N'a protégé personne dans les émeutes post-Godhra de 2002, n'a ménagé aucun effort : SIT devant la cour suprême

0
53

Zakia est l'épouse d'Ahsan Jafri, un ex-député tué lors des émeutes post-Godhra de 2002 (photo d'archives)

L'équipe spéciale d'enquête (SIT) mise en place par la Cour suprême pour enquêter sur les cas de violence communautaire au cours des émeutes post-Godhra de 2002, a déclaré mercredi à la plus haute cour qu'elle n'avait protégé personne et déplorait que des remarques « non charitables » soient faites à son encontre.

« Nous ne protégeaient personne », a déclaré l'avocat principal Mukul Rohtagi, représentant le SIT, à un banc dirigé par le juge AM Khanwilkar.

Rohatgi répondait aux accusations de Zakia Jafri, épouse de l'ancien député du Congrès Ahsan Jafri, qui a été tué pendant les émeutes, accusant le SIT de partialité et négligeant les preuves.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Rohatgi a souligné que SC, lors de la création du SIT le 26 mars 2008, avait déclaré qu'il enregistrerait la déclaration de toute personne souhaitant la faire, et a invité des déclarations en publiant des annonces dans les journaux. Pourtant, a-t-il déclaré, « des remarques peu charitables (sont faites) contre le SIT ».

Lire | L'avocat de Zakia dit une preuve « flagrante » de collaboration, SC souligne les accusations déposées par le SIT

Sa référence était aux allégations de Jafri l'avocat principal Kapil Sibal, que le SIT n'avait pas enregistré le témoignage de plusieurs témoins cruciaux.

« Le SIT a interrogé 275 témoins, n'a ménagé aucun effort », a déclaré Rohatgi, faisant référence à l'arrestation et à la condamnation de l'ancien ministre du Gujarat, Mayaben Kodnani. « Elle a été arrêtée et condamnée et a été emprisonnée pendant plusieurs années. Si le SIT était partisan, j'ose dire qu'il n'aurait pas arrêté un ministre en exercice. »

La magistrature, qui comprend également les juges Dinesh Maheswhwari et CT Ravikumar, entend l'appel de Jafri contestant l'ordonnance de la Haute Cour du Gujarat du 5 octobre 2017 confirmant la décision du tribunal métropolitain d'Ahmedabad d'accepter le rapport de clôture du SIT, qui a donné un avis sans équivoque à puis le ministre en chef du Gujarat Narendra Modi et 63 autres personnes dans des affaires liées aux émeutes.

Rohatgi a également nié les accusations de retard dans l'appel à l'armée. « Elle (Jafri) dit que l'armée a été retardée. C'est une allégation contre l'État et le Centre. C'est complètement sans fondement. Le fax a été envoyé à 14 heures le 28 février 2002 et l'armée a été redéployée. Ils sont venus la nuit, ont été transportés par avion…”

Top News en ce moment

Cliquez ici pour en savoir plus

À propos de l'argument de Sibal selon lequel le SIT n'avait saisi aucun téléphone portable au cours de son enquête, Rohatgi a déclaré : « (l'affirmation est que) un téléphone portable utilisé en 2002, le SIT devrait le leur prendre en 2010, 2011, 2012. Les téléphones de cette époque étaient naissants. — (ils n'avaient) pas de WhatsApp, pas de caméra. Qui garderait un téléphone pendant 10 ans ?”

Il a également répondu aux affirmations selon lesquelles le SIT n'aurait pas saisi les enregistrements de données d'appels (CDR) ou les enregistrements de la salle de contrôle de la police : “Aucune entreprise ne conserve les CDR pendant neuf ans. Le manuel exige la destruction des enregistrements PCR après cinq ans. »

Jafri avait soutenu que les corps des personnes tuées dans la tragédie du train de Godhra avaient été remis à un particulier, Jaydeep Patel de VHP, et que le SIT ne l'avait pas fait. sondez cela.

Rohatgi a déclaré que les corps identifiés devaient être remis à des proches et que ceux qui n'avaient pas été identifiés devaient être envoyés à l'hôpital Sola d'Ahmedabad. Il a dit que Jaydeep Patel devait seulement les accompagner.


Concernant l'allégation selon laquelle le SIT n'avait pas cherché à savoir pourquoi deux ministres se sont rendus dans la salle de contrôle de la police à Ahmedabad pendant les émeutes, Rohatgi a déclaré qu'elle avait fait l'objet d'une enquête. “Sur la base de cela, le SIT est arrivé à la conclusion qu'un seul ministre s'était rendu et qu'il était assis dans une pièce séparée.” Il a dit que c'est une question de pratique qu'un ministre se rende à la salle de contrôle et a ajouté que “la présence du ministre ne fera qu'aider le moral de la police, qu'il ne se cache pas dans sa maison”.

Rohatgi a souligné que la pétition de Jafri s'inspire largement des déclarations de l'ancien ADGP R B Sreekumar et a déclaré : « Il semble qu'il se soit retourné contre le gouvernement après avoir été remplacé. »

« Le témoignage de Sreekumar est motivé. Il a enregistré clandestinement des conversations avec le ministre de l'Intérieur, etc. Il a gardé tout cela comme un secret bien gardé jusqu'à ce qu'il soit remplacé”, a-t-il déclaré au tribunal. “Pourquoi a-t-il fait surface pour la première fois en 2005 ?”

Sur l'affirmation de Sreekumar selon laquelle le couvre-feu n'a pas été imposé le jour fatidique pour faciliter le défilé des corps des victimes de Godhra, Rohatgi a déclaré que Sreekumar n'avait été posté en tant que DGP supplémentaire (Renseignements) « qu'à partir du 9 avril 2002 – deux mois après (les) émeutes. Avant cela, il était DGP Additionnel (Unité Armée)…. Donc, il ne savait pas qu'il n'avait rien à voir avec la question de l'ordre public. “

” (Il a été) posté bien après les émeutes, (pourtant) il dit que le couvre-feu n'a pas été imposé pour faciliter défilant. Comment sait-il », s'est demandé Rohatgi.

L'avocat principal a également déclaré que bien que le surintendant de la police de Bhavnagar, Rahul Sharma, ait été nommé dans la plainte initiale de Jafri, son nom n'était pas dans l'appel. “Je soumets qu'il s'agit d'une omission délibérée”, a-t-il déclaré. « Laissez-moi lire l'accusation. C'est un officier de l'IPS. Dégradation facilitée de la gouvernance. Pourquoi manque-t-il ? Parce qu'aujourd'hui, M. Sibal prétend qu'il est un héros. »

Au cours de ses arguments, Sibal avait déclaré que Sharma, dans sa déclaration à la commission Nanavati, avait déclaré que les téléphones portables avaient été largement utilisés lors des émeutes et avait demandé : « voici un officier de police qui dit que les téléphones portables ont été utilisés. Alors pourquoi n'avez-vous pas saisi les téléphones portables ? Les enregistrements d'appels n'ont jamais fait l'objet d'une enquête. »

Sharma, a déclaré Sibal, a également raconté comment les dirigeants politiques l'ont approché pour la libération sous caution des accusés et ont affirmé que « cela montre une ingérence politique ».

« Aujourd'hui il (Rahul Sharma) est leur héros. Ils disent qu'il a été pris pour cible en 2011. Maintenant, ils disent qu'il a fait la bonne chose », a déclaré Rohatgi. Il a ajouté que selon Jafri, Sharma a été transférée à titre de punition.

Rohatgi a déclaré qu'il appartenait au gouvernement de décider où les services d'un policier sont nécessaires. « Il a été transféré de Bhavnagar à Ahmedabad. Sinon (si c'était à titre de punition), il aurait dû être transféré dans un endroit perdu », a soumis Rohatgi.

Les arguments sont restés non concluants et se poursuivront jeudi.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd