Expliqué : pourquoi la Chine a-t-elle interdit une chanson pop virale ?

0
134

Le rappeur malaisien Namewee et la chanteuse australienne Kimberly Chen, les créateurs de la chanson, 'Fragile.' (Photo : Facebook/Namewee)

Avec plus de 33 millions de vues sur YouTube, la chanson « Fragile » du rappeur malais Namewee et de la chanteuse australienne Kimberly Chen a fait des vagues parmi les fans de mandopop ou de pop mandarine. Cependant, la Chine n'a pas été impressionnée. La chanson a été retirée des plates-formes de streaming chinoises et les comptes des créateurs ont été bloqués sur la plate-forme de médias sociaux du pays, Weibo.

Se moquer des guerriers du clavier chinois, « petits roses », un terme utilisé pour les nationalistes jeunes qui défendent le pays contre les critiques en ligne, la chanson de Namewee fait plusieurs références voilées aux violations des droits humains en Chine.

Global Times, un journal d'État, a qualifié la chanson d'”insultante” et de “malveillante”, publiée au ” déplaisir des internautes chinois”.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Pourquoi Fragile est-il considéré comme ‘insultant’ en Chine ?

Au début, la chanson semble être une mélodie sucrée, avec une vidéo montrant des décors roses et un panda dansant, mettant en vedette Namewee et Kimberly.

< p>Cela commence par un avertissement : « S'il vous plaît soyez prudent si vous êtes un rose fragile. » La chanson contient plusieurs mentions des « roses » et de leur « estime de soi fragile ». Il ridiculise encore plus les guerriers Internet chinois avec les paroles : « Vous me dites NMSL quand vous vous fâchez ». NMSL est l'acronyme de l'argot Internet offensant, “ni ma si le”, qui se traduit par « j'espère que ta mère meurt », et a été au cœur d'une guerre de mèmes en ligne entre les Chinois et les Thaïlandais l'année dernière.

Aussi dans Expliqué | Pourquoi la « Milk Tea Alliance » des guerriers des médias sociaux d'Asie du Sud-Est fait fulminer les Chinois

La chanson utilise également le terme « Ourson », une référence à Winnie l'ourson, un personnage de Disney souvent utilisé par les internautes pour troller le président chinois Xi Jinping. En fait, en 2017, la Chine a interdit le personnage, et en 2018, elle aurait interdit le film « Christopher Robin » dans le but de censurer les publications en ligne comparant le personnage au chef du Parti communiste.

La musique la vidéo montre ensuite le panda en train de préparer une «soupe de chauve-souris» et de servir une chauve-souris en peluche dans une assiette au duo — une référence voilée aux rumeurs selon lesquelles la pandémie de coronavirus provenait de Chinois mangeurs de chauves-souris. « Désirer des chiens, des chats, des chauves-souris et des civettes… », lit-on dans l'une des paroles.

Références à la violation des droits de l'homme

« Il est illégal de violer le pare-feu. Tu vas nous manquer si l'ourson le découvre », dit la chanson. Le ‘Grand pare-feu de Chine’ est une monnaie populaire faisant référence à une série de lois appliquées en Chine pour réglementer l'utilisation d'Internet par ses citoyens – du blocage de Google et des plateformes de médias sociaux comme Facebook et Twitter à la répression des émissions, chansons et films populaires.

« Fragile » évoque également la violation des droits humains des minorités ethniques en Chine. « Porter du coton et ramasser son miel préféré », lit-on dans l'une des paroles, faisant référence aux camps de travaux forcés du Xinjiang – qui fourniraient apparemment 20 % du coton mondial — où les Ouïghours sont obligés de cueillir le coton. Plusieurs maisons de presse dans le passé, dont la BBC et The Guardian, ont fait état de ces camps de détention qui exploitent les minorités ethniques. Le gouvernement chinois, cependant, a nié ces accusations appelant les camps à des écoles de formation professionnelle dans le cadre de son « plan de réduction de la pauvreté », selon un rapport de la BBC.

En outre, Namewee dans l'un des cadres, jongle avec un pomme dans ses mains et chante: “Avalez la pomme, coupez l'ananas.” L'Apple est considéré comme une référence voilée à la répression du journal pro-démocratie de Hong Kong, Apple Daily, plus tôt cette année. Considérant que l'ananas fait référence à l'interdiction par le pays des ananas de Taïwan, alléguant qu'il y avait un risque de « créatures nuisibles » qui pourraient menacer sa propre agriculture. L'interdiction de la Chine a été considérée comme une mesure hostile qui pourrait menacer l'économie de Taïwan, au milieu de son insistance à inclure le pays dans son propre territoire en tant que « Taipei chinois ».

Best of Explained

Cliquez ici pour en savoir plus

Comment les chanteurs ont-ils réagi à l'interdiction imposée par la Chine ?

« Il y a de nombreuses races en Malaisie et je suis catégorisé comme chinois. Alors, quand les gens disent que vous insultez les Chinois, je dis – êtes-vous en train de dire que je m'insulte ? Il est injuste de dire que « chinois » ne peut faire référence qu'au Parti communiste chinois ou à l'État chinois », a déclaré Namewee, de son vrai nom Wee Meng Chee, à la BBC dans une interview.

« Si certains sont offensés, cela signifie qu'ils sont les personnes décrites dans ma chanson. L'interdiction fait désormais partie de mon travail créatif », ajoute-t-il.

Le chanteur a souvent courtisé la polémique en raison de son travail. Il a été arrêté en 2018 en Malaisie pour sa chanson « Like A Dog » pour obscénité et insulte présumée à la culture du pays. En 2016, il a été arrêté pour son clip, « Oh my God ! » pour avoir prétendument insulté l'islam.

Pendant ce temps, Kimberly s'est rendue sur Instagram pour se moquer de la Chine en l'interdisant de Weibo. Elle a chanté une parodie de ‘Fragile’ chanson, qui se traduit par “Je suis désolé de t'avoir blessé. Vous pouvez supprimer Weibo. Oh, j'entends un son. L'estime de soi fragile s'est brisée en morceaux. C'est bon, j'ai toujours IG et (Facebook) », selon l'agence australienne news.com.au.

Un aperçu de la répression chinoise contre le divertissement

Ce n'est pas la première fois qu'une chanson agace les autorités chinoises. En août, le pays avait annoncé qu'il mettrait sur liste noire les chansons de karaoké qui mettent en danger l'unité nationale, insultent les politiques religieuses ou encouragent des activités illégales comme le jeu ou la drogue.

En fait, en 2015, dans le cadre d'une répression similaire contre les chansons, la Chine avait interdit 120 chansons « immorales ». Selon The Guardian, il s'agissait notamment de « J'aime les filles taïwanaises », qui comportait une ligne indiquant : « Je n'aime pas les femmes chinoises, j'aime les filles taïwanaises ». Parmi les autres chansons, citons « Fart », « Shaking Your Head for Fun », « Beijing Hooligans » et « Don't Want to Go to School ».

En septembre de cette année, l'Administration du cyberespace de Chine ( CAC), le chien de garde d'Internet du pays, avait distribué une liste de règles pour réglementer l'industrie du divertissement. Il a interdit plusieurs émissions de télé-réalité, demandant aux diffuseurs de ne pas promouvoir les hommes « pousses » – considérés comme la féminisation des hommes dans l'industrie du divertissement.

Également dans Expliqué |Les restrictions imposées par la Chine à son industrie du divertissement

Même les pop stars internationales comme Lady Gaga, Beyonce et Justin Beiber n'ont pas été épargnées par la longue liste d'interdictions de la Chine. En 2011, la BBC a rapporté que la Chine avait interdit six morceaux de Lady Gaga — ‘The Edge of Glory’, ‘Hair’, ‘Marry the Night’, ‘Americano’, ‘Judas’ et ‘Bloody Mary’. “Run the World (Girls)” de Beyonce, “Last Friday Night” de Katy Perry et “I Want It That Way” des Backstreet Boys ont également été interdits. Beiber et Perry ont été interdits de se produire en Chine en 2017. Beiber aurait été interdit pour son « mauvais comportement », selon un reportage de la BBC, tandis que Perry a été interdite à la suite de son apparition à un événement à Taïwan dans une « robe à fleurs de soleil » – un symbole associé aux manifestations anti-chinoises.

Newsletter | Cliquez pour obtenir les meilleurs explications du jour dans votre boîte de réception

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières actualités Explained, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© IE Online Media Services Pvt Ltée