Soudan : les chefs militaires réintègrent le Premier ministre déchu

0
41

Photo d'archive du Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok. (AP)

Le Premier ministre soudanais déchu a signé dimanche un accord avec l'armée qui le verra réintégré, près d'un mois après qu'un coup d'État militaire l'a placé en résidence surveillée. Un groupe clé en faveur de la démocratie qui a mobilisé des dizaines de manifestations a qualifié l'accord de “forme de trahison”.

L'accord, annoncé lors d'une cérémonie diffusée en direct sur la télévision d'État du Soudan , envisage un cabinet technocratique indépendant dirigé par Abdalla Hamdok jusqu'à la tenue des élections. On ne sait toujours pas combien de pouvoir le gouvernement détiendra. Il resterait toujours sous contrôle militaire.

Il reste également difficile de savoir si des partis politiques ou des groupes pro-démocratie ont signé l'accord.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

L'accord prévoit que l'armée libère les responsables gouvernementaux et les politiciens arrêtés depuis le coup d'État du 25 octobre.

Le coup d'État, plus de deux ans après qu'un soulèvement populaire a forcé l'éviction de l'autocrate de longue date Omar el-Béchir et de son gouvernement islamiste, a suscité des critiques internationales.

Expliqué | Que se passe-t-il au Soudan ?

“La signature de cet accord ouvre la porte suffisamment large pour relever tous les défis de la période de transition,” a déclaré Hamdok, s'exprimant lors de la cérémonie de signature.

Les Soudanais sont descendus en masse dans la rue depuis la prise de contrôle militaire, qui a bouleversé la fragile transition du pays vers la démocratie. L'accord intervient quelques jours seulement après que les médecins ont déclaré qu'au moins 15 personnes avaient été tuées par des tirs à balles réelles lors de manifestations anti-coup d'État. Hamdok est assigné à résidence par des chefs militaires depuis des semaines.

Les gens manifestent à Khartoum, au Soudan, après un coup d'État militaire plus tôt cette semaine. (AP)

L'accord stipule également qu'une enquête sera menée pour identifier les responsables des meurtres et des blessures de civils et de soldats qui ont entaché les manifestations après le coup d'État.

Hamdok a remercié les autorités soudanaises amis mondiaux” qui a aidé à parvenir à cet accord, mais il n'a pas nommé les pays.

L'accord de 14 clauses a également souligné que le pouvoir devrait être remis à un gouvernement civil élu après la fin de la période de transition.

“En signant cette déclaration, nous pourrions jeter les bases de la période de transition,“ a déclaré Abdel-Fattah Burhan, le plus haut chef militaire du pays. “Nous voulons établir un véritable partenariat avec toutes les forces nationales afin que nous puissions éventuellement construire des institutions qui peuvent nous faire avancer.”

Lire |Au moins 15 personnes tuées par balle lors de manifestations anti-coup d'État à Soudan, disent les médecins

Les professionnels soudanais’ L'association, un groupe qui a joué un rôle clé dans le soulèvement contre Bashir, a exprimé son opposition véhémente à l'accord, accusant Hamdok d'avoir commis un “suicide politique”.

“Ceci l'accord ne concerne que ses signataires et c'est une tentative injuste de conférer une légitimité au dernier coup d'État et au conseil militaire,” a tweeté le groupe peu de temps après la signature de l'accord.

Plusieurs pays occidentaux ont salué l'accord tout en notant les défis à venir. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré qu'il était encouragé par les rapports et a exhorté toutes les parties à poursuivre les pourparlers et à redoubler d'efforts pour mener à bien les tâches de transition clés sur une voie dirigée par les civils vers la démocratie au Soudan. Il a également appelé les forces de sécurité à s'abstenir d'utiliser une force excessive contre les manifestants pacifiques. -les groupes démocrates, se sont opposés à tout accord avec l'armée.

Dans un communiqué dimanche, le groupe a réitéré son opposition à tout nouveau partenariat politique avec l'armée, insistant sur le fait que les auteurs du coup d'État devraient être traduits en justice.

“Nous ne sommes pas concernés par les accords avec cette junte brute et nous employons toutes les méthodes pacifiques et créatives pour la faire tomber,” dit la déclaration.

Des gens brûlent des pneus lors d'une manifestation un jour après la prise du pouvoir par l'armée Khartoum, Soudan, le mardi 26 octobre 2021. (AP Photo/Marwan Ali)

Le plus grand des partis politiques qui serait inclus dans l'accord, le Umma Party, avait également publié une déclaration impliquant qu'elle ne l'avait pas signée.

Cameron Hudson, ancien responsable du département d'État américain et expert du Soudan au Centre pour l'Afrique de l'Atlantic Council, a déclaré que l'accord permet aux généraux de conserver en grande partie leur contrôle et d'éviter d'être tenus responsables du coup d'État et de la mort de dizaines de manifestants.

“Il s'agit d'un accord entre les élites qui semble largement privilégier leur préservation par rapport aux exigences de la rue,” dit-il.

Des milliers de personnes étaient descendues dans les rues de la capitale Khartoum dimanche, peu avant la cérémonie de signature, pour dénoncer le coup d'État et exiger le transfert immédiat du pouvoir aux civils. Les manifestants ont brandi le drapeau soudanais et scandé « Le pouvoir au peuple ! Les militaires ont leur place dans leurs casernes.” Des militants ont diffusé sur les réseaux sociaux des vidéos montrant des tirs de gaz lacrymogène sur des manifestants.

Auparavant, des responsables militaires et gouvernementaux qui ont parlé de l'accord sous couvert d'anonymat parce qu'ils n'étaient pas autorisés à divulguer le informations, a déclaré que l'ONU, les États-Unis et d'autres avaient joué des « rôles cruciaux » ; dans l'élaboration de l'accord.

Les États-Unis, leurs alliés et les Nations Unies ont condamné l'usage excessif de la force contre les manifestants anti-coup d'État.

La Mission intégrée des Nations Unies pour l'assistance à la transition au Soudan, ou UNITAMS, s'est félicitée de l'accord et a exhorté les deux parties à s'attaquer d'urgence aux problèmes non résolus afin de mener à bien la transition politique de manière inclusive, dans le respect des droits de l'homme et de l'état de droit. ”

 

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.