ED fait une descente dans 12 locaux du groupe Ireo dans une affaire de blanchiment d'argent

0
32

Lalit Goyal, Vice-Président et Directeur Général du Groupe Ireo. (Fichier)

La Direction de l'exécution mène des perquisitions dans 12 endroits à Delhi et dans d'autres régions du nord de l'Inde dans le cadre de son enquête sur le blanchiment d'argent contre le groupe Ireo. Des sources ont déclaré que les bureaux du PDG et du directeur financier du groupe ainsi que divers autres locaux associés à Ireo dans la région de Delhi-NCR et à Chandigarh étaient en cours de perquisition.

« Les recherches sont en cours actuellement. Ils sont basés sur certaines conclusions de l'agence au cours de nos enquêtes », a déclaré un responsable d'ED.

L'agence a arrêté mardi dernier Lalit Goyal, vice-président et directeur général du groupe Ireo, après quatre jours d'interrogatoire. Goyal avait été arrêté dans le cadre d'une affaire de blanchiment d'argent enregistrée par l'agence dans sa succursale de Chandigarh sur la base d'allégations selon lesquelles Ireo aurait escroqué les fonds d'acheteurs de maisons et de ses investisseurs.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

« La Direction de l'exécution a arrêté Lalit Goyal, directeur général du groupe de sociétés M/s IREO, en vertu de la loi sur la prévention du blanchiment d'argent, 2002&#8230 ; dans une affaire liée à la fraude et au siphonnage de fonds d'acheteurs/investisseurs et autres », avait déclaré le directeur général dans un communiqué.

Il a également fait mention des enquêtes de l'Indian Express sur les “Pandora Papers”, qui ont révélé que Goyal a déplacé environ 77 millions de dollars sous forme d'investissements, entre autres, alors même que les acheteurs de maison et les investisseurs couraient de pilier en poste pour leur argent.

« L'enquête révèle en outre que Lalit Goyal est un colon et bénéficiaire désigné d'un trust à l'étranger basé à Guernesey, qui possède et contrôle des entités détenant des actifs en dehors de l'Inde. Le récent Pandora Papers Leak a également nommé quatre entités (qui sont la propriété effective de Lalit Goyal) ayant une adresse enregistrée aux BVI avec des actifs d'une valeur de plus de 77,73 millions de dollars (Rs 575 crore environ) », indique le communiqué d'ED.

Goyal a été produit mardi devant un tribunal spécial à Panchkula et placé en détention provisoire pendant sept jours.

Goyal a été détenu à l'aéroport IGI le 11 novembre sur la base de une circulaire d'observation dirigée contre lui alors qu'il s'apprêtait à embarquer sur un vol pour l'étranger.

Selon l'ED, il a ouvert une enquête pour blanchiment d'argent sur la base de FIR enregistrés à Panchkula par la police de Haryana, l'aile des délits économiques, la police de Delhi et un FIR enregistré au poste de police de Hauz Khas à Delhi contre M/s IREO Private Limited, M/s IREO Fiveriver Private Limited, Lalit Goyal et autres.

« Le modus operandi adopté par le groupe comprend l'acheminement de fonds de diverses entités basées dans des paradis fiscaux comme les îles Vierges britanniques (BVI), entre autres, le détournement de fonds par le biais de rachat d'actions, l'enregistrement de dépenses fictives dans les livres. de comptes, annulation de projets en cours, prêts et avances à des sociétés sœurs et allers-retours de fonds par le biais de sociétés écrans. Le total des fonds impliqués dépasse Rs 2 600 Crore, dont une partie est le produit du crime », a déclaré l'ED dans un communiqué.

Le 11 novembre 2019, la police de l'Haryana avait enregistré le premier FIR relatif au projet de logements collectifs IREO à Panchkula. Le plaignant avait allégué une fraude impliquant un montant total de 160 crore sur l'entreprise de construction nommée Ireo Five River, au titre d'infractions de tricherie, d'abus de confiance, de malhonnêteté, de détournement de fonds, de contrefaçon dans le but de tricher, d'infractions commerciales et économiques, d'acte de menace et d'association de malfaiteurs avec une intention commune.

Le FIR avait également déclaré que la société « Ireo Five River Pvt Ltd n'avait ni permis ni terrain à son nom. Le directeur du Département de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire ne lui avait donné aucune approbation/autorisation pour développer la colonie. La DTCP ne lui avait pas non plus accordé l'autorisation de vendre des terrains/appartements et autres aux acheteurs et de percevoir de l'argent auprès d'eux. »

Selon le FIR, la société est une fusion de 10 autres entreprises de construction, aucune d'entre elles. basé à Tricity.

Le DE est également en train d'enquêter sur une affaire de Foreign Exchange Management Act (FEMA) contre la société depuis 2010.

Un rapport du 12 octobre publié dans The Indian Express avait révélé que Goyal avait transféré 77 millions de dollars à des fiducies offshore alors même que les acheteurs de maison et les investisseurs avaient contacté les autorités et les tribunaux contre la société pour obtenir le remboursement de leur argent.

< p>Le produit phare du groupe IREO, IREO Private Limited, enregistre des pertes – Rs 500 crore en 2018-19.

Selon les révélations faites dans le cadre de l'enquête “Pandora Papers”, la cofondatrice du groupe Lalit Goyal, dont la sœur est mariée au leader du BJP Sudhanshu Mittal, avait transféré des actifs, des investissements et des participations d'une valeur estimée à 77 millions de dollars vers une structure de fiducie offshore qui comprenait quatre entités enregistrées dans les îles Vierges britanniques bien avant que le groupe n'ait des ennuis. Cela a été révélé dans des documents internes de Trident Trust, une société mondiale de services aux entreprises.

Selon ces documents, Goyal avait fourni l'adresse de sa résidence à Singapour et avait créé le Oak Veneer Trust dans le paradis fiscal de Guernesey avec Standard Chartered Trust (Guernsey) Ltd en tant que fiduciaire. Goyal est le « constituant » – celui qui crée ou crée la fiducie – d'Oak Veneer Trust. Lui et Standard Chartered Trust (Guernsey) Ltd – en tant qu'administrateur d'Oak Veneer – sont les « propriétaires effectifs » des quatre entités offshore, qui ont toutes été acquises soit pour détenir des biens, des actions et des investissements, soit pour être un « véhicule d'investissement ».

Répondant au rapport du 12 octobre de The Indian Express au nom de Goyal, Sasttra Legal, Advocates and Solicitors, a déclaré qu'il était un Indien non-résident selon la dernière évaluation déposée auprès des autorités fiscales indiennes. “Il est rappelé que tous les investissements réalisés par M. Lalit Goyal sont légitimes et qu'aucun argent des acheteurs de maison n'a été investi ou” illégalement siphonné “”, a déclaré le cabinet d'avocats.

< strong>📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.