Des missionnaires américains disent que deux des 17 personnes enlevées ont été libérées en Haïti

0
55

Un responsable du siège de Christian Aid Ministries, à gauche, s'entretient avec un travailleur à la porte du centre de Titanyen, au nord de Port-au-Prince, Haïti, dimanche 21 novembre, 2021. (AP Photo/Odelyn Joseph)

Deux des 17 membres d'un groupe missionnaire qui ont été kidnappés il y a plus d'un mois ont été libérés en Haïti et sont en sécurité, « de bonne humeur et soignés », leur Ohio- organisation de l'église basée a annoncé dimanche.

Christian Aid Ministries a publié une déclaration disant qu'il ne pouvait pas donner les noms des personnes libérées, pourquoi elles ont été libérées ou d'autres informations.

« Bien que nous nous réjouissions de cette libération, nos cœurs sont avec les 15 personnes qui sont toujours étant détenu,” a déclaré le groupe.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Les missionnaires ont été kidnappés par le gang des 400 Mawozo le 16 octobre. Il y a cinq enfants dans le groupe de 16 citoyens américains et un canadien, dont un enfant de 8 mois. Leur chauffeur haïtien a également été enlevé, selon une organisation locale de défense des droits humains.

Lire |L'affaire Rittenhouse met en lumière la profonde division du pays sur les droits des armes à feu

Le chef du gang des 400 Mawozo a menacé de tuer les otages si ses demandes ne sont pas satisfaites. Les autorités ont déclaré que le gang exigeait 1 million de dollars par personne, même s'il n'était pas immédiatement clair que les enfants faisaient partie du groupe.

Le porte-parole de la police nationale d'Haïti, Gary Desrosiers, a confirmé à l'Associated Press que deux otages ont été libérés dimanche.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

Le FBI, qui aide les autorités haïtiennes à récupérer les captifs, a refusé de commenter.

La libération intervient alors qu'Haïti est aux prises avec une augmentation de la violence et des enlèvements liés aux gangs, le gouvernement américain ayant récemment exhorté les citoyens américains à quitter Haïti dans un contexte d'insécurité croissante et d'un grave manque de carburant imputé aux gangs bloquant les terminaux de distribution de gaz. Vendredi, le Canada a annoncé qu'il retirait tout son personnel, sauf essentiel, de son ambassade.

La pénurie de carburant a contraint les hôpitaux à refuser des patients et paralysé les transports en commun, certaines écoles ayant fermé et des entreprises raccourcissant leurs heures de travail.

Haïti tente également de se remettre de l'assassinat le 7 juillet du président Jovenel Moise et d'un Séisme de magnitude 7,2 qui a frappé à la mi-août, tuant plus de 2 200 personnes et détruisant des dizaines de milliers de maisons.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.