Deux marchés, plusieurs intermédiaires, aucune limite de stock : ce qui a agacé les agriculteurs

0
51

Des agriculteurs en route pour Delhi depuis Barnala ce samedi. (Photo express par Gurmeet Singh)

Après l'agitation de près d'un an par les agriculteurs, principalement du Pendjab, de l'Haryana et de l'Uttar Pradesh, le Premier ministre Narendra Modi a annoncé vendredi que le Centre abrogerait les trois lois agricoles litigieuses. Les agriculteurs ont protesté contre la loi de 2020 sur le commerce et le commerce des produits agricoles (promotion et facilitation) ; Loi de 2020 sur les produits essentiels (modification) ; et Farmers (Empowerment and Protection) Agreement on Price Assurance and Farm Services Act, 2020 alléguant que les lois conduiront à l'abolition du régime de prix de soutien minimum (MSP) et les laisseront à la merci des grandes entreprises.

< p>Loi de 2020 sur le commerce et le commerce des produits agricoles (promotion et facilitation)

Le gouvernement a affirmé que la loi donnera aux agriculteurs « la liberté de choisir de vendre à n'importe qui et n'importe où ». Les agriculteurs ont déclaré qu'il n'y avait rien de nouveau dans la loi car un pourcentage important des produits agricoles était déjà vendu en dehors des chantiers réglementés de l'APMC (comité du marché des produits agricoles). Les chantiers de l'APMC, cependant, fixaient les taux de référence par le biais des enchères quotidiennes et offraient des signaux de prix fiables aux agriculteurs.

Les agriculteurs ont déclaré que la loi conduirait à deux marchés et à deux ensembles de règles différents. Un problème clé avec la loi est la création d'un marché pratiquement non réglementé dans la “zone commerciale” à côté d'un marché réglementé déjà existant dans les chantiers de l'APMC, soumis à deux lois différentes, différents régimes de frais de marché et différents ensembles de règles qui conduirait à l'exploitation des agriculteurs sur des questions telles que les taux, le pesage, le classement et la mesure de l'humidité des produits, entre autres.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

La loi ne contient aucune disposition pour réglementer les commerçants. Toute personne disposant d'un PAN (numéro de compte permanent) peut se procurer des céréales sur les marchés à son propre prix et accumuler les produits. Au lieu de prendre des dispositions d'enregistrement pour réglementer les commerçants, les agriculteurs ont allégué que le Centre essayait de renvoyer la balle aux gouvernements des États pour réglementer les commerçants dans les amendements proposés, qui ont ensuite été proposés lors de la réunion du syndicat agricole avec le gouvernement de l'Union. Les agriculteurs ont déclaré que même dans l'amendement proposé, la zone de marché n'était pas clairement définie.

« Les agriculteurs craignaient qu'avec la création de mandis privés, les APMC existants disparaissent et que le gouvernement supprime le système de marchés publics sous le régime MSP et que tout soit contrôlé par les grandes entreprises et les grands agriculteurs », a déclaré le professeur Sukhpal Singh, Économiste principal, (Marketing) Punjab Agriculture University (PAU), ajoutant qu'avec ce centre « remplace et sape » le rôle des gouvernements des États.
Il n'y avait aucune disposition en vertu de laquelle les agriculteurs pouvaient saisir un tribunal en cas de fraude de la part des commerçants. Ils ne pouvaient s'adresser qu'au mandataire spécial ou au sous-commissaire. Plus tard, le Centre a proposé de modifier la loi pour permettre aux agriculteurs de saisir un tribunal civil.

Accord des agriculteurs (autonomisation et protection) sur la loi sur l'assurance des prix et les services agricoles, 2020

Le gouvernement a affirmé que la loi supprimerait les intermédiaires de l'agriculture. Au Pendjab, les arhtiyas (commissionnaires) servent d'intermédiaires entre le gouvernement ou les acteurs privés et les agriculteurs pour l'approvisionnement de leurs produits. Les organismes d'agriculteurs, cependant, ont fait valoir que la nouvelle loi apportera plusieurs intermédiaires dans le nouveau système et ont affirmé que la législation ne protège pas les intérêts des agriculteurs.

Ils ont dit que les sections 2 (g), (ii) Sec .2 (d), Sec.3 (1) (b), Sec 4 (1), 4 (3) et 4 (4) de la loi créeront divers types d'intermédiaires.

Par exemple, l'article 2 (g) stipule : « Un accord agricole doit être un accord entre un agriculteur et un sponsor ou un sponsor ou tout tiers avant la production ou l'élevage de tout produit agricole d'une qualité prédéterminée, dans lequel le promoteur s'engage à acheter ces produits agricoles à l'agriculteur et à fournir des services agricoles ». Les agriculteurs ont fait valoir que le tiers dans cette section n'a pas été défini et qu'il peut s'agir de n'importe quelle personne ou intermédiaire et que, dans une telle situation, cela conduirait à la création de plusieurs intermédiaires tels que des agents commerciaux, des arhatiyas et des rabatteurs de village.

Ils ont également déclaré que les mots « parrain » dans la section 2 (g) (ii) et « fournisseur de services agricoles » dans la section 3 (1) (b) n'étaient pas clairement définis. En outre, l'article 4 (1) & La section 4 (3) a utilisé plusieurs de ces mots qui pourraient conduire à la création d'autres intermédiaires au sein du système.

« L'article 10 dit qu'un agrégateur ou un fournisseur de services agricoles peut devenir partie à l'accord agricole ». « Agrégateur » désigne toute entité, y compris une organisation d'agriculteurs et de producteurs (OPA) qui agit en tant qu'intermédiaire entre un agriculteur ou un groupe d'agriculteurs et un sponsor et fournit des services liés à l'agrégation aux agriculteurs et au sponsor », ont souligné les syndicats agricoles.

Au Bihar, suite à la suppression de la loi APMC, plusieurs rabatteurs au niveau du village, et les petits et grands commerçants ont commencé à contrôler l'achat des récoltes auprès des agriculteurs, ont déclaré les syndicats agricoles.

Le meilleur expliqué

Cliquez ici pour en savoir plus sur la

Loi de 2020 sur les produits essentiels (amendement)

Les agriculteurs ont déclaré que cette loi est non seulement anti-agriculteurs mais aussi anti-humain, anti-pauvre et anti-consommateur. Ils ont dit que les gens mourraient de faim si cela était mis en œuvre. Même le Centre a « annulé » les dispositions de cette loi au moins deux fois au cours de la dernière année.

Le préambule de cette loi dit que son objectif est «d'améliorer les revenus des agriculteurs», car la loi de 1955 sur les produits essentiels (CE) ne parlait pas des agriculteurs ou de leurs revenus. Il n'y avait aucune restriction en vertu de l'ECA sur les agriculteurs ou les OPC de stocker des produits et de les vendre. La restriction concernait les entreprises agroalimentaires et les commerçants, qui ont les moyens de stocker les produits des agriculteurs.

« De telles restrictions ont été supprimées pour tous les produits alimentaires, ce qui a donné aux commerçants la liberté d'acheter et de stocker n'importe quelle quantité, se livrant ainsi à la thésaurisation. Par conséquent, cela devrait s'appeler 'Loi sur la thésaurisation alimentaire (liberté des entreprises)' », avait déclaré le Comité de coordination All India Kisan Sangharsh (AIKSCC), ajoutant que cela conduirait à une domination complète du marché par les grandes entreprises, ce qui dicterait les conditions aux agriculteurs. /p>

« Il a été établi que lorsqu'il y a une hausse des prix sur le marché de détail, le bénéfice n'est pas répercuté sur les agriculteurs, qui vendent principalement à bas prix. Les prix élevés des produits de base finissent par affecter les consommateurs finaux », ont déclaré les organismes agricoles. Lorsque le stockage illimité des produits essentiels comme les céréales, les légumineuses, les graines oléagineuses, l'oignon, la pomme de terre aura lieu, le consommateur en ressentira le prix.

Newsletter | Cliquez pour obtenir les meilleurs explications de la journée dans votre boîte de réception

Jagmohan Singh Patiala, secrétaire général de l'Union Bharti Kisan (BKU) Ekta (Dakaunda) a déclaré que cette loi affecte les consommateurs pauvres urbains et ruraux qui obtiennent des céréales dans le cadre du système de distribution publique (PDS). « Les gens mourront de faim si cela est mis en œuvre. Alors que le gouvernement prétend que les lois n'ont rien à voir avec les marchés publics dans le cadre du régime MSP existant, dans la loi modificative de la CE, il est indiqué que « rien de ce qui est contenu dans cette sous-section ne s'appliquera à toute commande relative au PDS ou à la PDS (TPDS), pris par le gouvernement en vertu de cette loi ou de toute autre loi actuellement en vigueur », a-t-il déclaré, ajoutant que la loi ne stipule pas que le PDS continuera.

En outre, il qualifie la non-applicabilité aux PDS et TPDS « pour le moment en vigueur » et ce « moment en vigueur » est très sinistre, a ajouté Jagmohan Singh.

« Même si le gouvernement donne quelque de l'argent aux gens, qui obtiennent des céréales du PDS, pour acheter les produits du marché, cela ne fonctionnera pas pour plusieurs raisons, notamment la fluctuation des prix », a-t-il ajouté.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières actualités Explained, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd