Des milliers de personnes protestent contre le confinement à venir à Vienne

0
90

Des manifestants crient des slogans et des fusées lumineuses lors d'une manifestation contre les mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus à Vienne, en Autriche, le samedi 20 novembre 2021. La bannière se lit comme suit : &#039 ; Contrôle la frontière. Pas votre peuple'. (AP)

Des milliers de manifestants se sont rassemblés à Vienne samedi après que le gouvernement autrichien a annoncé un verrouillage à l'échelle nationale pour contenir l'augmentation rapide des infections à coronavirus dans le pays.

Le Parti de la liberté d'extrême droite faisait partie de ceux-ci. qui ont appelé à la manifestation et promis de lutter contre les nouvelles restrictions.

Des manifestations contre les mesures contre les virus étaient également attendues dans d'autres pays européens, dont la Suisse, la Croatie et l'Italie.

https://images.indianexpress .com/2020/08/1×1.png

Vendredi soir, la police néerlandaise a ouvert le feu sur des manifestants et sept personnes ont été blessées lors des émeutes qui ont éclaté dans le centre-ville de Rotterdam autour d'une manifestation contre les restrictions de Covid-19.

Le verrouillage autrichien commencera tôt lundi et durera initialement 10 jours, et sera ensuite réévalué. Au maximum cela durera 20 jours.

La plupart des magasins fermeront et les événements culturels seront annulés. Les gens ne pourront quitter leur domicile que pour certaines raisons spécifiques, notamment faire l'épicerie, aller chez le médecin ou faire de l'exercice.

Le gouvernement autrichien a également déclaré qu'à partir du 1er février, le pays rendra les vaccinations obligatoires.< /p>

Au début de la marche sur la Heldenplatz de Vienne, des milliers de manifestants se sont rassemblés sur la grande place. Environ 1 300 policiers étaient en service. Ils ont utilisé des haut-parleurs pour dire aux manifestants que les masques étaient obligatoires, mais la plupart ne les portaient pas.

Chanter « résistance ! » et soufflant des sifflets, les manifestants ont commencé à se déplacer lentement sur la rocade intérieure de la ville. Beaucoup agitaient des drapeaux autrichiens et portaient des pancartes se moquant des chefs de gouvernement comme le chancelier Alexander Schallenberg et le ministre de la Santé Wolfgang Mueckstein.

Certains portaient des blouses de médecin ; d'autres portaient des chapeaux en papier d'aluminium. La plupart des signes se sont concentrés sur le mandat de vaccin nouvellement annoncé : « Mon corps, mon choix », en lit-on un. « Nous défendons nos enfants ! » dit un autre.

Le chef du Parti de la liberté Herbert Kickl, qui a annoncé plus tôt cette semaine qu'il avait été testé positif pour Covid-19 et devait rester isolé à la maison, a fait une apparition par vidéo. Il a dénoncé ce qu'il a qualifié de mesures “totalitaires” d'un gouvernement “qui pense qu'il devrait penser et décider à notre place”.

Les vaccinations en Autriche ont plafonné à l'un des taux les plus bas d'Europe occidentale et les hôpitaux sont durement touchés. les États ont averti que leurs unités de soins intensifs atteignaient leur capacité maximale. Le nombre moyen de décès quotidiens a triplé ces dernières semaines.

Pas tout à fait 66% des 8,9 millions d'Autrichiens sont complètement vaccinés, selon les chiffres du gouvernement.

Le chancelier autrichien Schallenberg s'est excusé auprès de toutes les personnes vaccinées vendredi soir en disant que ce n'était pas juste qu'ils l'aient fait. à souffrir sous les restrictions de verrouillage renouvelées alors qu'ils avaient tout fait pour aider à contenir le virus.

“Je suis désolé de prendre cette mesure drastique”, a-t-il déclaré sur le diffuseur public ORF.

En France, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a condamné samedi les incidents survenus dans l'île caribéenne de Guadeloupe, l'un des territoires français d'outre-mer, où de violentes manifestations ont éclaté cette semaine à propos des restrictions liées au Covid-19.

Darmanin a déclaré 29 personnes ont été arrêtées par la police pendant la nuit. Les autorités ont annoncé vendredi une décision d'envoyer 200 policiers supplémentaires sur l'île et un couvre-feu nocturne de 18 heures à 5 heures du matin sera imposé jusqu'à mardi.

Les manifestants ont organisé des barrages routiers et incendié du matériel de rue et des voitures. Ils dénoncent le pass sanitaire Covid-19 qui est obligatoire pour accéder aux restaurants et cafés, aux lieux culturels, aux arènes sportives et aux déplacements longue distance. Ils protestent également contre la vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé.

Le laissez-passer montre que les gens sont complètement vaccinés, ont eu un test négatif récent de preuve d'une récente récupération de Covid-19.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.