Le gouverneur de la province iranienne giflé dans une rare violation de la sécurité

0
57

Le drapeau iranien flotte devant le siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). (Reuters)

Le nouveau gouverneur d'une province du nord-ouest de l'Iran s'est retrouvé giflé au visage par un homme en colère lors de son investiture samedi, une atteinte inhabituelle à la sécurité en République islamique lors d'une cérémonie en présence du ministre de l'Intérieur du pays.

Le motif de l'attaque dans la province iranienne de l'Azerbaïdjan oriental n'est toujours pas clair, bien qu'elle ait visé un nouveau gouverneur de province qui a autrefois servi dans les Gardiens de la révolution paramilitaires du pays et qui aurait été kidnappé à un moment donné par les forces rebelles en Syrie. Un rapport l'a qualifié de différend personnel.

Le nouveau gouverneur, Brig. Le général Abedin Khorram était monté sur le podium dans la capitale provinciale de Tabriz lorsque l'homme est sorti de la scène et a immédiatement balancé l'officiel. Une vidéo diffusée par la télévision d'État a enregistré la foule rassemblée sous le choc, le son de la gifle résonnant sur le système audio. Il a fallu plusieurs secondes avant que des forces de sécurité en civil ne l'atteignent.

Ils ont traîné l'homme par une porte latérale, faisant tomber un rideau. D'autres se sont précipités, se heurtant les uns aux autres.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Des images ultérieures ont montré que Khorram retournait sur scène et s'adressait à la foule instable, maintenant tout debout.

Top News en ce moment

Cliquez ici pour en savoir plus

“Je ne le connais pas bien sûr mais vous devez savoir que, même si je ne voulais pas le dire, quand j'étais dans Syrie, je me faisais fouetter par l'ennemi 10 fois par jour et je serais battu », a-t-il déclaré. «Plus de 10 fois, ils tenaient une arme chargée sur ma tête. Je le considère sur un pied d'égalité avec ces ennemis, mais pardonne-lui. »

Un autre homme sur scène a crié : « Mort aux hypocrites ! » C'est un chant commun utilisé contre les groupes d'opposition en exil et d'autres qui s'opposent à la République islamique. D'autres ont crié que Khorram était un “gouverneur chef pro-suprême”. Corps d'Ashoura, que Khorram avait supervisé. IRNA a décrit l'attaque comme étant due à des “raisons personnelles”, sans plus de précisions.

< /p>

Plus tard, l'agence de presse semi-officielle Fars a déclaré que l'homme qui a giflé le gouverneur avait été contrarié que sa femme ait été vaccinée contre le coronavirus par un infirmier, par opposition à une infirmière.

Khorram avait récemment été nommé par le parlement iranien pur et dur au poste de gouverneur de province sous le gouvernement du président Ebrahim Raisi, un protégé du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

Khorram faisait partie des 48 Iraniens retenus en otage en 2013 en Syrie, puis libérés pour quelque 2 130 rebelles, selon la Fondation pour la défense des démocraties, un groupe de réflexion basé à Washington qui critique depuis longtemps l'Iran. L'Iran avait qualifié les personnes détenues de pèlerins religieux chiites. Un porte-parole du département d'État à l'époque l'avait qualifié de “juste un autre exemple de la façon dont l'Iran continue de fournir des conseils, une expertise, du personnel (et) des capacités techniques au régime syrien”.

L'incident survient également au milieu de la colère de l'Iran face à sa situation économique précaire malgré son soutien à l'étranger aux milices régionales et autres, dont le président syrien Bashar Assad. L'économie iranienne a été mise à mal depuis que le président de l'époque, Donald Trump, s'est retiré unilatéralement de l'accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales en 2018.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.