Après son accusation de pot-de-vin, Malik dit que tout le monde sait qui était le responsable de RSS J&K

0
96

Satya Pal Malik (Fichier)

JOURS APRÈS, il a allégué qu'on lui avait dit qu'il obtiendrait un pot-de-vin de 300 crores de roupies s'il vidait deux dossiers appartenant à “Ambani&#8221 ; et un “fonctionnaire principal RSS” pendant son mandat de gouverneur du Jammu-et-Cachemire (J&K), Satya Pal Malik a déclaré samedi qu'il ne serait “pas correct” de nommer la personne, mais “tout le monde sait qui était le responsable RSS au J&K”.

S'adressant au Sunday Express, Malik, qui est actuellement gouverneur du Meghalaya, a déclaré : « Il ne serait pas correct de nommer la personne, mais vous pouvez déterminer qui était le responsable RSS de J&K. Mais je suis désolé, je n'aurais pas dû prendre le nom du RSS. Si quelqu'un travaille à titre individuel ou fait des affaires, il aurait dû être mentionné lui seul. Quelle que soit l'organisation à laquelle il est affilié, l'organisation n'aurait pas dû y être associée. »

Lire aussi |À mon époque, les terroristes ne s'approchaient pas de Srinagar, déclare Satya Pal Malik

Pendant ce temps, interrogé sur les allégations de Malik, le leader du RSS, Ram Madhav, a déclaré à Surat, “demandez-lui qui ou ce que c'était”. Lorsqu'on lui a dit qu'il était à J&K à ce moment-là, il a déclaré : « Personne du RSS ne ferait quelque chose comme ça ; mais je ne sais vraiment pas dans quel contexte il l'a dit, ou s'il l'a dit ou non. Vous devriez lui demander… Il a peut-être dit ‘quelqu'un a dit cela’… Je n'ai aucune connaissance à ce sujet, personne du RSS ne le fait jamais… Il a déclaré en 2014 que nous perdions les élections et que nous avions fait une injustice aux agriculteurs. Croyons-nous tout cela ? Cela pourrait être son opinion, quelle est la vérité, nous ne savons pas. »

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Malik a fait ces remarques lors d'une « réunion publique » au Rajasthan le 17 octobre. Dans une vidéo de son discours, Malik déclare : « Deux dossiers m'ont été présentés à J&K. L'un d'eux concernait Ambani, l'autre un haut fonctionnaire du RSS. L'un des secrétaires m'a dit que ce sont des offres louches, mais vous pouvez obtenir 150 crores de roupies chacune. J'ai rejeté l'offre en disant que j'étais venu (au Cachemire) avec cinq kurta-pyjamas et que je repartirai avec seulement ceux-ci. Mais, par mesure de précaution, j'ai pris du temps avec le Premier ministre et je suis allé le rencontrer. Je lui ai dit que c'est le dossier, c'est la ghapla (arnaque) qu'il contient, ce sont les personnes impliquées, et elles prennent votre nom, vous me dites ce qu'il faut faire. Si ces projets ne doivent pas être annulés, alors je peux partir et vous pouvez nommer quelqu'un d'autre à ma place ; mais si je reste, je n'effacerai pas ces fichiers de projet. Je félicite le Premier ministre pour sa réponse – il m'a dit qu'il n'y avait pas besoin de compromis sur la corruption. »

Lire aussi |Mehbooba envoie un avis juridique à Satya Pal Malik pour ses propos “diffamatoires” à son encontre

“Les gens ne peuvent pas imaginer à quel point J&K est corrompu. Dans tout le pays, le taux de commission pour la suppression de ces fichiers est de 4 à 5 %, mais à J&K, ils demandent une commission de 15 %. Pendant mon mandat, il y a eu la panique et aucune grande corruption n'a eu lieu », dit-il.

Lorsqu'on lui a demandé s'il avait pris des mesures contre ceux qui tentaient de le corrompre ou de corrompre des représentants du gouvernement pour obtenir l'autorisation de leurs projets, Malik a déclaré : « Ils n'essayaient pas de me corrompre. Mais il y avait un pot-de-vin dans ces projets. Il y avait quelques personnes qui le prenaient… Il n'y avait aucune exigence pour toute autre action puisque j'ai annulé les deux projets. Cette punition était suffisante. »

Dans son discours, Malik a également fait référence au stratagème de Roshni, alléguant que le chef du NC Farooq Abdullah, son fils Omar Abdullah et le chef du PDP Mehbooba Mufti faisaient partie des bénéficiaires. Les dirigeants du NC et du PDP ont déclaré que les accusations de Malik étaient sans fondement et ont menacé de poursuivre en justice contre lui.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

“Tout ce que j'ai dit est vrai”, a déclaré Malik au Sunday Express. «Elle (Mehbooba) est comme une fille pour moi parce que Muftiji était mon très cher ami. Je n'ai jamais rien dit de péjoratif contre elle. J'ai seulement dit que les gens en profitaient. Elle ne l'a pas pris (la terre) en son nom, mais ses ouvriers ont pris des parcelles de terrain à très grande échelle. Vous savez que Benami fonctionne beaucoup dans ce pays », a-t-il déclaré.

«Elle doit savoir que, légalement, elle ne peut ni m'envoyer d'avis légal ni intenter une action en justice contre moi… Si Mehbooba m'avait appelé au téléphone et m'avait demandé de retirer mes propos, je l'aurais fait, car j'ai de telles relations avec elle. Elle sait bien qu'elle ne peut pas me poursuivre en justice… Je maintiens ce que j'ai dit, mais si quelqu'un s'est senti blessé (à cause de mes remarques), je n'ai aucune hésitation à dire : « laissons-le ». Tout ce que j'ai dit est la vérité, mais je ne veux pas non plus insister là-dessus, et si quelqu'un se sent blessé, je retirerai mes propos », a déclaré Malik.

« (Farooq Abdullah) est un aîné, un politicien de très haut niveau. Je le respecte et n'ai rien dit de péjoratif à son sujet. Mais c'est la perception générale contre ces gens, qu'ils ont abusé de leur pouvoir. Je n'ai rien dit moi-même. Je n'ai aucune méchanceté contre eux », a-t-il déclaré.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd