Les véritables ONG ne doivent pas hésiter à se conformer à la réglementation : du centre au SC

0
54

La Cour suprême de l'Inde. (Dossier)

IL n'existe pas de droit fondamental de recevoir des contributions étrangères débridées sans aucune réglementation, a déclaré le Centre à la Cour suprême, défendant les modifications apportées l'année dernière à la loi de 2010 sur la réglementation des contributions étrangères (FCRA).

Dans un affidavit déposé mercredi devant le tribunal, qui est saisi de trois requêtes en la matière – deux contre les amendements et une demandant leur application plus stricte — le ministère de l'Intérieur de l'Union a déclaré qu'« en fait, il n'existe aucun droit fondamental en vertu duquel un droit, légal ou autre, peut être considéré comme incluant le prétendu droit de recevoir des contributions étrangères ».

Le Parlement, représentant la volonté du peuple, a fait la loi, établissant une politique législative claire de contrôles stricts des contributions étrangères pour certaines activités dans le pays, et il n'existe aucun droit de recevoir une contribution étrangère en dehors du cadre conçu par le Parlement et mis en œuvre par l'exécutif, a-t-il déclaré.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Le gouvernement a déclaré qu'il reconnaissait le rôle des ONG et des organisations bénévoles dans le développement national et Les ONG n'ont pas à hésiter à se conformer à la réglementation imposée par la loi. »

Le gouvernement a déclaré que les contributions étrangères, compte tenu de leur nature et de la vaste étendue des abus, sont un moyen étroitement réglementé et contrôlé et qu'il est tout à fait dans son droit d'apporter des modifications pour mettre en œuvre efficacement les objectifs fixés par le Parlement.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

Concernant la disposition exigeant que les membres du bureau, les fonctionnaires clés et les membres fournissent leurs numéros d'Aadhaar, l'affidavit a déclaré que cela « faciliterait l'identification appropriée de la personne et des associations avec lesquelles les personnes sont liées pour faciliter le contrôle des activités des associations qui ne devraient pas être préjudiciables. à l'intérêt national et, par conséquent, les restrictions sont raisonnables et proportionnées ».

Expliquant les difficultés rencontrées dans le fonctionnement de la loi de 2010, il a déclaré que, conformément à l'ancien article 17 de la loi, les ONG pouvaient recevoir des contributions étrangères sur un compte bancaire exclusif de leur choix dans n'importe quelle banque en Inde.

Comme ces comptes FCRA ont été ouverts dans des centaines de succursales réparties à travers le pays, il a été difficile de surveiller les entrées et les sorties de contributions étrangères de ces comptes et également pendant le processus d'audit, a-t-il déclaré.

Bien que les détails des envois de fonds entrants et de leur utilisation ultérieure soient divulgués par les ONG dans le rapport annuel, les détails des entrées et des sorties à un moment donné, au niveau de l'association ainsi que de manière cumulative pour toutes les organisations, n'ont pas pu être recueillis et contrôlés en raison à une distribution dispersée de ces comptes FCRA à travers le pays, selon l'affidavit. Il a ajouté que l'article 17 a donc été modifié et que les ONG ont désormais été mandatées pour ouvrir un compte FCRA à la State Bank of India, New Delhi Main Branch, pour recevoir une contribution étrangère.

Il a rejeté les inquiétudes soulevées par les pétitionnaires concernant l'accès physique à la banque, les jugeant « infondées et trompeuses ». Il a déclaré que «pour les organisations FCRA situées dans des régions éloignées, la MHA et la State Bank of India ont mis en place un système permettant aux ONG d'ouvrir le compte FCRA principal désigné dans SBI, New Delhi Main Branch sans avoir besoin de physiquement venez à Delhi”.

Le Centre a également soutenu que « la question de l'exigence ou de la nécessité d'une loi de la nature de la FCRA et des amendements contestés est intrinsèquement une question politique et ne peut être tranchée devant les tribunaux honorables ».

< p>« Il est suggéré que les tribunaux honorables des juridictions du monde entier ont nié se prononcer sur de telles questions politiques », a-t-il déclaré.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Télégramme. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd