Des milliers de personnes fuient le Myanmar pour l'Inde au milieu des craintes d'une crise croissante des réfugiés

0
46

Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie de Human Rights Watch, a averti que la situation des réfugiés deviendrait plus difficile avec le temps. (Fichier)

Écrit par Sui-Lee Wee

Des agriculteurs terrifiés et des familles avec enfants au Myanmar fuient en Inde alors que la junte militaire qui a pris le pouvoir lors d'un coup d'État en février se poursuit rechercher et éliminer la résistance le long de la frontière du pays.

Le Tatmadaw, comme on appelle l'armée birmane, a ciblé des zones qui abritent des milliers de civils armés qui se font appeler les Forces de défense du peuple. Les soldats ont tiré des lance-roquettes sur des quartiers résidentiels, incendié des maisons, coupé l'accès à Internet et l'approvisionnement en nourriture, et ont même tiré sur des civils en fuite, selon les habitants.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Pendant plus de sept décennies, les conflits armés, la répression politique et les campagnes ciblées contre des minorités comme les Rohingyas ont contraint des centaines de milliers de personnes originaires du Myanmar à chercher refuge dans d'autres pays. Beaucoup d'autres devraient maintenant suivre.

Les groupes d'aide disent qu'ils se préparent à un afflux de réfugiés, mais craignent que les pays entourant le Myanmar, comme la Thaïlande, ne les repoussent. Dans l'État de Chin, au nord-ouest du Myanmar, une ville entière d'environ 12 000 habitants s'est presque vidée le mois dernier. Les habitants ont signalé une forte accumulation de troupes ces dernières semaines, signalant une potentielle répression plus large de la part des Tatmadaw et laissant de nombreuses personnes désespérées de s'échapper.

Après que les troupes ont incendié sa maison le 18 septembre avec des grenades propulsées par fusée, Ral That Chung a décidé qu'il n'avait d'autre choix que de quitter Thantlang, sa ville dans l'État de Chin.

« J'aime le Myanmar, mais je ne reviendrai que s'il y a la paix », a déclaré Ral That Chung, qui a marché pendant huit jours avec 10 membres de sa famille pour rejoindre l'Inde. « Il vaut mieux souffrir ici que vivre dans la peur dans mon propre pays. »

Au cours des huit mois écoulés depuis que l'armée a pris le contrôle, environ 15 000 personnes au Myanmar ont fui vers l'Inde, selon les Nations Unies. Catherine Stubberfield, porte-parole du bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés pour l'Asie et le Pacifique, a déclaré que l'agence avait suivi quelque 5 000 personnes qui sont entrées avec succès en Inde depuis le Myanmar après les récents affrontements.

« La brutalité avec laquelle des villages entiers sont attaqués sans discernement a créé une situation horrible dans laquelle les gens sont absolument désespérés », a déclaré Tom Andrews, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme au Myanmar. « Et les choses empirent. »

Les réfugiés disent qu'ils dorment dans les forêts pendant des jours, certains d'entre eux étant privés de nourriture alors qu'ils se dirigent vers l'Inde. Une fois arrivés à la traversée de la rivière Tiau séparant les deux pays, ils traversent un radeau en bambou ou un bateau pour se mettre en sécurité.

Dans le village de Ramthlo, Crosby Cung a déclaré que les 1 000 personnes qui y vivent se préparaient à partir. Les villageois, a-t-il dit, ont sélectionné deux ou trois endroits où environ 500 personnes peuvent se cacher dans la forêt jusqu'à ce qu'elles soient prêtes à se diriger vers la frontière indienne. La semaine dernière, des soldats ont incendié un village voisin.

« C'est vraiment triste à voir », a déclaré Cung. « Quitter votre village et fuir dans la jungle n'est pas ce que nous voulons faire. Je veux protéger mon village pour qu'ils ne pillent pas et ne brûlent pas le village. Mais nous, les civils, ne pouvons rien faire. Nous n'avons pas d'autre choix que de fuir. »

L'exode récent a été le plus prononcé dans l'État Chin, un bastion des Forces de défense du peuple où les civils ont souvent subi de plein fouet la cruauté des Tatmadaw. En août et septembre, 28 des 45 personnes tuées dans la région rurale frontalière étaient des civils, selon l'Organisation des droits de l'homme Chin.

L'État de Chin borde l'État indien du Mizoram et est majoritairement chrétien. De nombreux habitants du Mizoram appartiennent également à l'ethnie Chin et ont des liens étroits avec le peuple Chin du Myanmar, mais leur patience a été mise à l'épreuve par une récente épidémie de COVID que les responsables du Mizoram ont imputée aux réfugiés.

Un responsable du district à Mizoram, qui a refusé d'être nommé parce qu'il n'était pas autorisé à parler aux médias, a déclaré que même si la politique du gouvernement indien est de garder les frontières fermées aux réfugiés, les habitants aident officieusement ceux qui fuient le Myanmar. Si les habitants ne fournissaient pas d'assistance, a déclaré le responsable, les réfugiés mourraient.

Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie de Human Rights Watch, a averti que la situation des réfugiés deviendrait plus difficile avec le temps.

« Les ressources deviendront de plus en plus rares, et il pourrait y avoir des pressions pour les renvoyer, », a-t-il déclaré.

En Inde, les réfugiés vivent dans des baraques avec des toits en tôle ou des bâches en plastique au-dessus de leur tête. Van Certh Luai, 38 ans, une réfugiée arrivée à Mizoram après trois jours de marche, a déclaré que sa famille de six personnes ne recevait que 3 gallons d'eau par jour pour boire, se laver et se laver. Les moustiques se régalent de leur peau. Mais la famille dit qu'ils restent sur place.

“Je ne veux pas que mes trois enfants grandissent dans la peur”, a déclaré Van Certh Luai.

Les combats dans l'État de Chin ont commencé en août, lorsque 150 soldats sont arrivés dans la ville et ont commencé à tirer des obus de mortier, blessant personnes et endommager les maisons. Le 6 septembre, la Chinland Defence Force — la branche Chin de la People's Defence Force — a déclaré avoir tué 15 soldats.

Les militants des droits de l'homme affirment que la junte a ciblé l'État Chin parce qu'il abrite le Front national Chin, le premier groupe ethnique armé à apporter son soutien au soi-disant gouvernement d'unité nationale, l'organisation fondée par les dirigeants élus du Myanmar. Le groupe rebelle a également formé des milliers de manifestants anti-coup d'État qui ont pris les armes contre l'armée.

Des civils innocents ont été pris entre deux feux.

Cer Sung a déclaré avoir entendu des coups de feu et des bombes tomber vers 16 heures. Le 15 août, alors qu'elle faisait bouillir du pop-corn chez elle à Thantlang, dans l'État de Chin. Dans un état de panique, elle a cherché son fils de 10 ans, qui regardait son dessin animé hindi préféré à la télévision, télécommande dans la main gauche. Alors qu'elle entrait dans la maison, des fragments d'obus ont commencé à tomber entre elle et son fils.

Cer Sung, 44 ans, se souvient avoir vu le côté gauche du corps de son fils s'enflammer. Son index gauche, celui de la télécommande, a été soufflé. Il est mort sur le coup.

« Je suis en colère contre l'armée birmane pour avoir brutalement tué mon fils unique », a déclaré Cer Sung en sanglotant.

Elle et sa famille ont décidé de rester au Myanmar pour le moment, effrayées de rester mais aussi effrayées de savoir à quoi ressemblerait la vie s'ils devaient partir. D'autres familles se sont empressées de partir si vite qu'elles n'ont pas eu beaucoup de temps pour se préparer.

Sui Tha Par a déclaré avoir trouvé son mari, Cung Biak Hum, allongé sur le bord d'une route avec deux blessures par balle dans le dos et la poitrine après s'être précipité pour éteindre un incendie causé par les troupes de Tatmadaw à Thantlang le 18 septembre. Son annulaire avait été coupé, et son alliance en or manquait, selon les membres de la famille.

« Ils ont tué mon mari », a déclaré Sui Tha Par, en larmes.

Elle est enceinte et espère accoucher le mois prochain, a-t-elle déclaré. Après avoir enterré son mari, elle et ses deux fils de 11 et 7 ans ont décidé de partir pour le Mizoram.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.