Pourquoi certains craignent un « Polexit » de l'Union européenne

0
57

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki arrive pour un sommet de l'UE dans le bâtiment du Conseil européen à Bruxelles. (AP)

La Pologne sera au centre de l'attention européenne cette semaine, le Premier ministre Mateusz Morawiecki s'adressant au Parlement européen et aux dirigeants lors d'un sommet de l'Union européenne qui devrait être aux prises avec une énigme juridique créée par une récente décision de la Cour constitutionnelle polonaise.

Certains opposants au gouvernement nationaliste polonais craignent que la décision du tribunal n'ait mis le pays sur la voie d'un éventuel « Polexit » ou d'un départ de l'UE à 27, comme la Grande-Bretagne l'a fait avec le Brexit. Le gouvernement dénonce ceux qui propagent l'idée, qu'il qualifie de « fake news ». Voici un aperçu des points de vue divergents sur la question – et pourquoi le départ de la Pologne du bloc est peu probable.

La trame de fond

Le gouvernement polonais, dirigé par le parti conservateur Droit et justice, est en conflit avec les responsables de l'UE à Bruxelles depuis son arrivée au pouvoir en 2015. Le différend porte en grande partie sur les modifications apportées au système judiciaire polonais qui donnent au parti au pouvoir plus de pouvoir sur le tribunaux. Les autorités polonaises disent qu'elles cherchent à réformer un système judiciaire corrompu et inefficace. La Commission européenne estime que les changements érodent le système démocratique de freins et contrepoids du pays.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Une rhétorique anti-UE émerge de Pologne

Alors que l'impasse sur le système judiciaire est devenue plus tendue, la Commission menaçant de retenir des milliards d'euros de fonds de relance en cas de pandémie à la Pologne, les dirigeants des partis au pouvoir ont parfois comparé l'UE à l'Union soviétique, la puissance occupante de la Pologne pendant la guerre froide.

Ryszard Terlecki, le chef adjoint du parti, a déclaré le mois dernier que si les choses ne se passent pas comme le veut la Pologne, « nous devrons rechercher des solutions drastiques ». Se référant au Brexit, il a également déclaré : « Les Britanniques ont montré que la dictature de la bureaucratie bruxelloise ne leur convenait pas et ont fait demi-tour et sont partis. »

Marek Suski, un autre membre dirigeant du parti, a déclaré que la Pologne « combattra l'occupant bruxellois » tout comme elle a combattu les occupants nazis et soviétiques dans le passé. « Bruxelles nous envoie des suzerains qui sont censés ramener la Pologne à l'ordre, nous mettre à genoux, afin que nous soyons un État allemand, et non un État fier de Polonais libres », a-t-il déclaré.

Une décision clé sur les lois

Ce mois-ci, la Cour constitutionnelle de Pologne a contesté l'idée que la loi de l'UE remplace les lois de ses 27 pays membres avec une décision disant que certaines lois de l'UE sont incompatibles avec la propre constitution de la nation.

Cette décision – prise par un tribunal dominé par les loyalistes du parti au pouvoir – donne au gouvernement polonais la justification qu'il avait cherché à ignorer les directives de la Cour de justice de l'Union européenne qu'il n'aime pas – en particulier sur les questions d'indépendance judiciaire.

La décision marque un autre test majeur pour l'UE après des années de gestion de son divorce désordonné avec le Royaume-Uni

Lire aussi |Explication : Pourquoi une décision de justice a fait craindre le « Polexit »

Qu'est-ce que le gouvernement polonais ?

Les dirigeants polonais disent qu'il est absurde de penser qu'ils veulent quitter l'UE et ils accusent l'opposition de jouer avec l'idée de « Polexit » à des fins politiques.

Morawiecki, le Premier ministre, a déclaré la semaine dernière que l'opposition « essaie d'insinuer que nous voulons affaiblir la Pologne et l'Union européenne en quittant l'UE. Ce n'est évidemment pas seulement une fake news, c'est encore pire. C'est simplement un mensonge qui est fait pour affaiblir l'UE. »

Morawiecki a pris la parole peu après que le principal chef de l'opposition polonaise, Donald Tusk, un ancien dirigeant de l'UE, ait organisé des manifestations de masse à l'échelle nationale exprimant son soutien au maintien de la Pologne dans l'UE. .

< /p>

Pourrait-il y avoir expulsion pour la Pologne ?

L'UE n'a aucun mécanisme légal pour expulser un membre. Cela signifie que pour que Polexit se produise, il devrait être déclenché par Varsovie. Pour le moment, l'idée semble tirée par les cheveux, car l'adhésion à l'UE de la Pologne est extrêmement populaire, avec des enquêtes montrant que plus de 80% des Polonais sont favorables à l'adhésion.

Lorsque la Pologne est entrée dans l'UE en 2004, les Polonais ont obtenu de nouvelles libertés pour voyager et travailler à travers l'UE et une transformation économique spectaculaire a été déclenchée qui a profité à des millions de personnes.

Pourtant, certains Polonais craignent encore que cela ne change. Ils craignent que si de nouveaux fonds de l'UE sont refusés à la Pologne en raison de différends sur l'état de droit, les Polonais pourraient éventuellement finir par penser qu'il n'est plus dans leur intérêt d'appartenir au bloc.

Certains craignent simplement un accident politique à l'image de ce qui s'est passé avec le départ de la Grande-Bretagne de l'UE. L'ancien Premier ministre britannique qui a appelé à un référendum sur l'adhésion à l'UE, David Cameron, avait cherché à ce que le pays reste dans le bloc. Il a appelé au vote pour régler la question, estimant que les Britanniques voteraient pour rester. Une majorité en 2016 ne l'a pas fait, et Cameron a rapidement démissionné.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.