ExplainSpeaking : Pourquoi la reprise de l'emploi peut prendre du retard par rapport à la reprise du PIB

0
64

Un employé d'un restaurant à Jammu (AP)

ExplainSpeaking-Economy est une newsletter hebdomadaire d'Udit Misra, livrée dans votre boîte de réception tous les lundis matins. Cliquez ici pour vous abonner 

Chers lecteurs,

Au cours de la semaine dernière, le Fonds monétaire international (FMI) a fait l'actualité à la fois pour ce qui est souhaitable et indésirable raisons.

Une grande partie de l'attention portée au FMI est due à la controverse entourant le rôle de sa directrice générale, Kristalina Georgieva, dans le prétendu truquage du classement de la facilité de faire des affaires de la Banque mondiale alors qu'elle était directrice générale du Banque.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Mais, loin des controverses, le FMI a également fait l'actualité pour dévoiler ses deuxièmes Perspectives de l'économie mondiale (PEM). Certes, deux fois par an – avril et octobre – le FMI sort son WEO. Il fournit des « mises à jour » régulières au WEO à d'autres occasions. Les rapports WEO sont importants car ils sont basés sur un large éventail d'hypothèses sur une multitude de paramètres – tels que le prix international du pétrole brut – et définissent la référence pour toutes les économies à comparer et à contraster.

Dans l'ensemble, le message central du FMI était que la dynamique de la reprise économique mondiale s'était un peu affaiblie, en grande partie grâce aux perturbations de l'approvisionnement induites par la pandémie à travers la planète.

« Par rapport à nos prévisions de juillet, la projection de croissance mondiale pour 2021 a été légèrement revue à la baisse à 5,9% et est inchangée pour 2022 à 4,9%. Cette modeste révision des titres masque toutefois de fortes baisses de notation pour certains pays. Les perspectives pour le groupe des pays en développement à faible revenu se sont considérablement assombries en raison de l'aggravation de la dynamique pandémique », déclare le dernier WEO.

Mais plus que les chiffres marginaux de la croissance mondiale, ce sont les inégalités croissantes entre les pays qui préoccupent le plus le FMI.

« La dangereuse divergence des perspectives économiques entre les pays reste une préoccupation majeure. La production globale du groupe des économies avancées devrait retrouver sa trajectoire tendancielle d'avant la pandémie en 2022 et la dépasser de 0,9 % en 2024. En revanche, la production globale du groupe des marchés émergents et des économies en développement (à l'exclusion de la Chine) devrait rester 5,5 % en deçà des prévisions pré-pandémiques en 2024, entraînant un recul plus important de l'amélioration de leur niveau de vie », a-t-il déclaré.

Il y a deux raisons principales aux divergences économiques : l'accès aux vaccins et, deux, la différence de soutien politique (ou l'aide fournie par les gouvernements respectifs).

«Alors que près de 60 % de la population des économies avancées sont entièrement vaccinées et que certains reçoivent désormais des rappels, environ 96 % de la population des pays à faible revenu reste vaccinée. Les économies émergentes et en développement, confrontées à des conditions de financement plus strictes et à un risque accru de désancrage des anticipations d'inflation, retirent plus rapidement leur soutien politique malgré des déficits de production plus importants », indique-t-il.

Sur la vaccination, qui est peut-être intervention la plus importante pour remettre l'économie mondiale sur les rails, le graphique illustre la nature et l'ampleur du défi auquel sont confrontés les décideurs.

La distribution mondiale de vaccins reste un défi politique clé

Mais peut-être le point à retenir le plus important du WEO cette fois concerne la croissance de l'emploi susceptible de retarder la reprise de la production

Part des économies qui devraient retrouver les niveaux d'emploi et de production d'avant la pandémie d'ici 2022

“L'emploi dans le monde reste inférieur à ses niveaux d'avant la pandémie, reflétant un mélange d'écarts de production négatifs, les craintes des travailleurs d'être infectés au travail dans les professions à forte intensité de contact, les contraintes de garde d'enfants, la demande de main-d'œuvre change à mesure que l'automatisation s'accélère dans certains secteurs, un revenu de remplacement par le biais de régimes de congé ou d'allocations de chômage aidant à amortir les pertes de revenus et les frictions dans la recherche d'emploi et l'appariement », déclare le FMI dans WEO.

Dans ce thème général, ce qui est particulièrement inquiétant, c'est que cet écart entre la reprise de la production et de l'emploi est susceptible d'être plus important dans les marchés émergents et les économies en développement que dans les économies avancées.

Travail marchés, par économie et groupes de travailleurs

En outre, les jeunes et les travailleurs peu qualifiés sont susceptibles d'être moins bien lotis que les travailleurs dans la force de l'âge et les travailleurs hautement qualifiés, respectivement.

Dans l'ensemble, le taux de croissance de l'Inde n'a pas été modifié pour le pire. En fait, au-delà du FMI, plusieurs indicateurs à haute fréquence suggèrent que la reprise économique de l'Inde gagne du terrain.

Mais dans le contexte de ce que le FMI a dit au sujet de la reprise du chômage en retard sur la reprise de la production, il est important de comprendre pourquoi nous ne sommes peut-être pas au courant de la détresse du chômage dans une grande partie de l'Inde. En effet, comme on le dit souvent, 90 % des emplois en Inde se trouvent dans le secteur dit informel. Le plus souvent, les données sur cette partie de l'économie sont assez inégales et inadéquates.

La semaine dernière, mon collègue Ishan Bakshi a écrit un article d'opinion soulignant la divergence continue des fortunesdes parties formelles et informelles de l'économie indienne.

Quelle est la taille de l'économie informelle de l'Inde ? Combien de personnes emploie-t-elle ? Quel est le niveau de production qu'il contribue à l'économie nationale ?

Dans un article de 2019, intitulé « Mesurer l'économie informelle en Inde », S V Ramana Murthy du National Statistical Office a estimé l'étendue de l'économie informelle de l'Inde. « Les termes secteur non organisé/informel sont utilisés de manière interchangeable dans le contexte indien. Le secteur informel/secteur non organisé se compose d'entreprises qui sont des entreprises pour compte propre et exploitées par des travailleurs pour compte propre ou des entreprises non organisées employant des travailleurs salariés. Ce sont essentiellement des entreprises propriétaires et en partenariat », déclare-t-il.

Le tableau 1 montre deux choses. Premièrement, la part de l'activité économique au sens large dans la VAB (en %). Deuxièmement, la part du secteur informel dans différents types d'entreprises. Comme on peut le voir, la part de la VAB du secteur informel/non organisé dans le total est supérieure à 50 %. (Source : Calculé à partir des statistiques des comptes nationaux, 2019)

Secteur de l'économie Part dans la valeur ajoutée brute

(en %) Part du secteur non organisé/informel

(en %)Agriculture, foresterie et pêche 17,2 97,1 Mines et carrières 2,3 22,5 Fabrication 16,4 22,7 Électricité, gaz, approvisionnement en eau & autres services publics 2,7 5,3 Construction 7,8 74,5 Commerce, réparation, hébergement et services de restauration 11,8 86,6 Transport, stockage, communication & services liés à la radiodiffusion 6,4 47,7 Services financiers 5,4 11,9 Immobilier, propriété de logements & services professionnels 15,6 52,8 Administration publique et défense 6,2 0 Autres services 8,1 47,9 Total  100 52,4

Bien sûr, il existe des secteurs tels que l'agriculture et les industries connexes où la quasi-totalité de la VAB du secteur est produite par ceux qui travaillent dans le secteur informel. Ensuite, il y a des secteurs tels que la fabrication où moins de 23 pour cent de la VAB totale provient du secteur informel.

C'était la contribution du secteur informel dans la production totale. Mais qu'en est-il de l'emploi ?

Le travailleur informel est défini comme « un travailleur sans contrat écrit, sans congé payé, sans prestations de santé ou sans sécurité sociale ». Le secteur organisé fait référence aux entreprises qui sont enregistrées. En règle générale, on s'attend à ce que les entreprises du secteur organisé fournissent des emplois formels.

Le tableau 2 montre l'éclatement à partir de 2017-18. (Source : Calculé à partir des données de la 68e unité du NSS sur l'emploi et le chômage, 2011-12 et Enquête périodique sur les forces de travail, 2017-18)

Travailleur Non organisé Organisé Total Informel 84,5 5,2 90,1 Formel 1,3 7,9 9,3 Total 86,8 13,2 100

Il est clair que la majeure partie de l'emploi en Inde est à la fois dans le secteur non organisé et de nature informelle.

Ce que montrent ces données, c'est que si le secteur informel/non organisé se rétablit à un rythme plus lent que le secteur formel, alors la reprise de l'emploi (par rapport à la reprise de la production) sera encore plus lente en Inde.

Prenez prenez soin de vous et restez en sécurité.

Udit

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières actualités Explained, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© IE Online Media Services Pvt Ltée