Un tribunal iranien confirme la peine de prison d'un travailleur humanitaire britannique et iranien, selon un avocat

0
53

Une travailleuse humanitaire anglo-iranienne, Nazanin Zaghari-Ratcliffe, pose pour une photo après avoir été libérée de son assignation à résidence à Téhéran, Iran, le 7 mars 2021. (Reuters)

Une cour d'appel iranienne a confirmé une peine d'un an de prison contre l'aide humanitaire anglo-iranienne Nazanin Zaghari-Ratcliffe pour des infractions à la sécurité, a déclaré samedi son avocate citée par un site d'information iranien.

&#8220 ;La cour d'appel a approuvé le verdict de la juridiction inférieure sans tenir d'audience,” a déclaré l'avocate Hojjat Kermani au site Web Emtedad.

En avril, un tribunal iranien a condamné Zaghari-Ratcliffe à une nouvelle peine de prison pour propagande contre le système au pouvoir en Iran, un mois seulement après qu'elle a < strong>a terminé une peine antérieure de cinq ans. Cependant, cette phrase n'a pas encore commencé.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Zaghari-Ratcliffe, chef de projet à la Fondation Thomson Reuters, a été arrêté dans un aéroport de Téhéran en avril 2016 et plus tard reconnu coupable de complot visant à renverser l'establishment religieux.

Il n'y a eu aucun commentaire officiel immédiat de l'Iran&#8217 ;s judiciaire sur la décision de la cour d'appel.

Richard Ratcliffe, mari de l'aide humanitaire anglo-iranienne Nazanin Zaghari-Ratcliffe, et leur fille Gabriella manifestent devant l'ambassade d'Iran à Londres, en Grande-Bretagne, le 8 mars 2021. (Reuters)

La famille de Zaghari-Ratcliffe et la fondation ont nié les accusations. La fondation est une organisation caritative indépendante de la société de médias Thomson Reuters et de sa filiale d'information Reuters.

Zaghari-Ratcliffe, qui a purgé la majeure partie de sa première peine à la prison d'Evin à Téhéran, a été libérée en mars 2020 pendant la pandémie de coronavirus et maintenue en résidence surveillée. En mars 2021, elle a été libérée de l'assignation à résidence, mais elle a de nouveau été convoquée devant le tribunal pour la nouvelle accusation.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

La législatrice britannique Tulip Siddiq a déclaré qu'elle avait parlé au mari de Zaghari-Ratcliffe, Richard.

“Nazanin a perdu son dernier appel et sa peine de 1 an plus 1 an d'interdiction de voyager est confirmée avec pas d'audience au tribunal. Elle pouvait désormais être renvoyée en prison à tout moment,” Siddiq a déclaré dans un tweet, exhortant le Premier ministre Boris Johnson à intervenir.

Les détentions de dizaines de doubles nationaux et d'étrangers ont compliqué les liens entre l'Iran et plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, toutes parties à l'accord nucléaire de Téhéran de 2015 avec six puissances mondiales.

La décision de l'Iran de porter ces accusations sans fondement contre Nazanin Zaghari-Ratcliffe est une continuation épouvantable de la cruelle épreuve qu'elle traverse,” La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a déclaré dans un communiqué.

Au lieu de menacer de renvoyer Nazanin en prison, l'Iran doit la libérer définitivement. l'élection de l'ecclésiastique pur et dur Ebrahim Raisi à la présidence.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.