Un an plus tard, la décapitation d'un enseignant hante toujours la France

0
56

Les émotions sont vives en France voisine après la décapitation d'un autre enseignant à la suite d'un incident similaire. (Charles Platiau/Reuters)

La plupart des écoles de France ont observé vendredi une minute de silence en souvenir de Samuel Paty, un enseignant dont la tentative d'illustrer la liberté d'expression à ses élèves a conduit à sa décapitation il y a un an par un fanatique islamiste.

En tant que professeur d'histoire, Paty était responsable de l'enseignement de l'instruction civique. Pour illustrer le droit au blasphème, à la liberté d'expression et à la liberté de conscience, il a montré des caricatures du prophète Mahomet, déclenchant un tourbillon de mensonges et de rumeurs qui a abouti à sa décapitation.

L'enquête policière a révélé que la fille qui a raconté à son père, Brahim Chnina, une fausse version de ce qui s'était passé dans la classe et qui a provoqué la frénésie en ligne qui a conduit au meurtre n'était pas du tout dans la classe.

https ://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

La jeune fille a déclaré à la police que Paty avait interrogé tous les élèves sur leur allégeance religieuse, avait fait savoir aux musulmans qu'ils pouvaient partir parce qu'”ils seraient choqués”, puis lui avait ordonné de quitter la classe pour avoir causé du chahut alors que des images d'un prophète nu étaient montrées. Mais l'histoire, elle est apparue en mars, était inventée ; elle n'y était jamais.

L'enquête judiciaire se poursuit, et aucun procès n'est prévu avant au moins un an.

L'assassinat, dans une banlieue nord de Paris, a eu des effets durables, en partie parce que la France considère l'école comme un lieu sacré, des lieux où les citoyens se forgent en apprenant le droit de tout remettre en question, d'accepter les différences, de croire en Dieu ou non, et de placer les valeurs de la république au-dessus de celles de leur identité ethnique ou religieuse particulière.< /p>

Un titre en première page jeudi dans le quotidien français Le Monde – « Paty : un traumatisme durable » – a capturé un sentiment de choc qui ne s'est pas entièrement calmé. Un square Samuel Paty dans le cinquième arrondissement de Paris sera inauguré samedi.

Ce sentiment de choc s'est reflété vendredi alors que la mort de Paty a été commémorée à travers le pays. Un groupe d'imams de la Grande Mosquée de Paris a déposé une gerbe devant l'école où Paty avait enseigné à Conflans-Saint-Honorine.

Les tensions dans la société française qui ont conduit au meurtre étaient cependant évidentes dans le fait que le ministère de l'Éducation a donné aux enseignants la possibilité d'organiser un débat sur la décapitation s'ils pensaient qu'une minute de silence serait interrompue par du chahut.

Le meurtre de Paty par un réfugié tchétchène de 18 ans, Abdouallakh Anzorov, abattu par la police, a intensifié le débat sur la sécurité et l'immigration, radicalisé la politique à l'approche de l'élection présidentielle de l'année prochaine et suscité un examen minutieux de le modèle laïc français connu sous le nom de laïcité.

À certains égards, la France se rapproche d'une élection de Samuel Paty, dominée par la droite parce que la gauche n'a trouvé aucune réponse aux préoccupations écrasantes concernant la sécurité. Un sondage d'opinion publié en avril par le Journal du Dimanche indiquait que 86 % des Français considèrent la sécurité comme un enjeu électoral majeur, contre 60 % un an plus tôt.

Ce sont ces craintes qui ont fait gagner en popularité un expert de la télévision et polémiste d'extrême droite insurgé, Éric Zemmour, avec son discours anti-immigré, même s'il n'est pas encore candidat déclaré.

David Feutry, un professeur d'histoire dans un lycée de Dreux, à environ 80 kilomètres à l'ouest de Paris, a déclaré que depuis le meurtre de Paty, il «se sent une mission constante de mémoire, d'expliquer pourquoi on peut critiquer la religion, pourquoi la liberté de conscience est importante et pourquoi la laïcité compte. »

La France est, en théorie, une société non discriminatoire où l'État maintient une stricte neutralité religieuse. C'est une nation qui, dans son image d'elle-même universaliste maintenant remise en question, dissout les différences de foi et d'ethnicité dans un engagement partagé envers les droits et les responsabilités de la citoyenneté française.

C'était le modèle laïc que Paty a essayé de définir à sa classe, en payant de sa vie.

Mais certains musulmans français et d'autres immigrés voient ce projet prétendument daltonien d'une société de liberté, de fraternité et d'égalité comme rien de plus qu'un exercice d'hypocrisie qui masque une discrimination généralisée.

Feutry a reconnu les problèmes de la société française. Travaillant dans une ville à forte population musulmane, où le Front national d'extrême droite, désormais connu sous le nom de Rassemblement national, a remporté certaines de ses premières victoires électorales, il a déclaré qu'il ressentait un besoin particulier d'expliquer aux étudiants musulmans pourquoi, par exemple, le blasphème n'est pas un crime en France.

“Nous devons reconnaître qu'il y a un problème”, a-t-il déclaré. « La république a abandonné certaines de ces personnes. S'ils étaient jetés dans des zones urbaines séparées, faut-il s'étonner qu'ils se tournent vers leurs traditions et l'islam ? »

Il fallait construire la compréhension, a-t-il suggéré. Il trouve que parler du rôle de son grand-père du côté français dans la guerre d'Algérie, et du rôle des ancêtres de ses étudiants musulmans dans le Front de libération nationale, peut être utile en faisant ressortir une histoire réprimée et conflictuelle.

< /p>

« Paty n'était pas un héros ; il était une victime », a déclaré Feutry. “Mes élèves doivent comprendre à quel point les réseaux sociaux et les rumeurs peuvent être dangereux.”

Emmanuel Menetrey, professeur d'histoire dans une école près de Dijon, dans l'est de la France, a déclaré avoir été frappé de “stupeur” en apprenant le meurtre il y a un an. « Qu'enseigner en France pouvait être risquer sa vie ne m'était jamais venu à l'idée », a-t-il déclaré.

“Les Français sont fortement attachés à leurs écoles, c'était donc un point de rupture, pour tous les enseignants et pour la nation”, a-t-il déclaré. “La laïcité n'est pas la réponse à tout, et nous devons être conscients des inégalités et des préjugés, mais cela doit toujours être l'objectif que nous essayons d'atteindre.”

Menetrey, dans une école rurale tranquille, a observé une minute de silence avec tous les élèves. Feutry, dans l'environnement plus chargé de Dreux, a choisi d'engager un débat avec sa classe.https://www.nytimes.com/2021/10/15/world/europe/france-samuel-paty-beheading-anniversary. html

Menetrey a déclaré que Paty était décédée à cause de « mensonges éhontés répandus sur les réseaux sociaux ».

Un amendement de Samuel Paty, adopté par le Sénat cette année, érige en crime passible de trois ans de prison la diffusion met la vie de quelqu'un en danger. Il a été adopté malgré les craintes qu'il ne constitue une menace pour la liberté de la presse.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.