L'armée nigériane annonce la mort du chef d'un groupe lié à l'EI

0
131

Le père d'Al-Barnawi, Mohammed Yusuf, avait été le chef fondateur de Boko Haram, le groupe extrémiste islamique qui a mené des une insurrection depuis plus d'une décennie maintenant.

L'armée nigériane a affirmé jeudi qu'Abou Musab al-Barnawi, le chef d'un groupe extrémiste lié à l'État islamique accusé d'avoir tué des centaines de personnes dans le nord-est, était mort. Il n'y a pas eu de confirmation immédiate de la part des militants.

Gen. Lucky Irabor, chef d'état-major de la défense nigérian, a déclaré aux journalistes : « Je peux vous confirmer avec autorité qu'Abu Musab est mort.

Il n'a donné aucun autre détail. Il n'a pas été possible de corroborer l'affirmation de manière indépendante et l'armée n'a donné aucune autre information sur la façon dont elle savait qu'il avait été tué.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Al -Le père de Barnawi, Mohammed Yusuf, était le chef fondateur de Boko Haram, le groupe extrémiste islamique qui mène une insurrection depuis plus d'une décennie maintenant.

La violence s'est propagée au Niger, au Cameroun et au Tchad voisins également, déstabilisant la région du lac Tchad.

Al-Barnawi s'est fréquemment heurté à l'homme qui a remplacé son père, Abubakar Shekau, et s'est séparé en 2016 pour former l'État islamique dans la province d'Afrique de l'Ouest, ou ISWAP.

Les inquiétudes ont augmenté au sujet de l'ISWAP ces dernières années, en particulier lorsque le groupe a commencé à cibler des civils travaillant pour des organisations humanitaires internationales dans le nord-est. La faction dirigée par Shekau semblait affaiblie et en mai, il a été annoncé qu'il avait été tué lors d'affrontements avec des combattants liés à Al-Barnawi.

Les analystes de la sécurité affirment qu'Al-Barnawi, cependant, n'a pas réussi à convaincre des milliers de membres de Boko Haram qui étaient fidèles à Shekau et que beaucoup se sont plutôt rendus à l'armée nigériane.

Contrairement à Boko Haram, qui a souvent pris pour cible violemment populations civiles, l'ISWAP sous al-Barnawi a ciblé l'armée nigériane et ceux qui ont aidé les soldats.

“Cela a toujours été la politique de l'ISWAP d'établir une relation décente avec les civils musulmans, en prélevant des impôts en échange d'une protection et d'un certain degré d'ordre public,” a déclaré Vincent Foucher de l'International Crisis Group.

Le conflit dans le nord-est du Nigeria a directement causé la mort de 36 000 personnes, selon des responsables de l'ONU, avec plus de 2,3 millions de personnes déplacées.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.