Des militants du climat demandent une enquête sur le président brésilien Bolsonaro pour “crimes contre l'humanité”

0
32

Depuis son entrée en fonction, Bolsonaro a encouragé le développement en Amazonie et a rejeté les plaintes mondiales concernant sa destruction comme un complot visant à freiner l'agro-industrie brésilienne. (AP)

Un groupe d'avocats spécialisés dans le climat a demandé mardi à la Cour pénale internationale d'ouvrir une enquête sur le président brésilien pour d'éventuels crimes contre l'humanité liés à la politique amazonienne de son administration.

Le groupe AllRise a déposé un dossier auprès du tribunal mondial alléguant que l'administration de Jair Bolsonaro est responsable d'une “attaque généralisée contre l'Amazonie, ses personnes à charge et ses défenseurs” qui affecte la population mondiale.

L'appel arrive moins de trois semaines avant le début de la 26e Conférence des Parties sur le changement climatique des Nations Unies, connue sous le nom de COP26, le 31 octobre à Glasgow.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png < p>Le sommet de 12 jours vise à obtenir des engagements plus ambitieux pour limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2 degrés Celsius dans le but de le maintenir à 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels. L'événement est également axé sur la mobilisation de financements pour lutter contre le changement climatique et protéger les communautés vulnérables et les habitats naturels.

Cette photo d'archive du 18 août 2020 montre une zone incendiée et nettoyée près de Novo Progresso dans l'état de Para, Brésil. (AP)

Depuis son entrée en fonction, Bolsonaro a encouragé le développement au sein de l'Amazonie et a rejeté les plaintes mondiales concernant sa destruction comme un complot visant à freiner l'agro-industrie brésilienne. Son administration a également affaibli les autorités environnementales et soutenu des mesures législatives pour assouplir les protections foncières, encourageant ainsi les accapareurs de terres.

« Les crimes contre la nature sont des crimes contre l'humanité. Jair Bolsonaro alimente la destruction massive de l'Amazonie les yeux grands ouverts et en pleine connaissance des conséquences », a déclaré le fondateur d'AllRise, Johannes Wesemann, dans un communiqué. “La CPI a clairement le devoir d'enquêter sur les crimes environnementaux d'une telle gravité mondiale.”

Ce n'est pas la première fois que des opposants au leader brésilien de droite demandent à la CPI d'intervenir.

Il y a deux ans, un groupe d'avocats et d'anciens ministres brésiliens a demandé au tribunal d'enquêter sur Bolsonaro pour avoir prétendument incité au génocide des peuples autochtones et n'avoir pas protégé les forêts et les terres protégées dans lesquelles ils vivent.

Le bureau du procureur de la Cour reçoit chaque année des centaines de dossiers de ce type, détaillant les crimes présumés dans le monde. Il est tenu de les étudier tous et d'évaluer si la demande relève de la compétence du tribunal et, le cas échéant, si elle mérite une enquête plus approfondie ou une inclusion dans l'une des enquêtes en cours du parquet.

Les militants font de plus en plus pression pour que les poursuites pour crimes contre l'environnement fassent partie de la mission principale de la CPI. En juin, un panel d'avocats et d'experts internationaux a publié une proposition de définition juridique du crime d'« écocide », affirmant qu'il est temps d'étendre le traité fondateur de la Cour pour inclure « les protections contre les dommages environnementaux graves, déjà reconnus comme étant une question de droit international préoccupation.”

Avant l'entrée en fonction de Bolsonaro en 2019, l'Amazonie brésilienne n'avait pas enregistré une année avec plus de 10 000 kilomètres carrés de déforestation en plus d'une décennie. Entre 2009 et 2018, la moyenne par an était de 6 500 kilomètres carrés contre 10 500 kilomètres carrés en moyenne pendant le mandat de Bolsonaro.

Mais les chiffres préliminaires publiés le mois dernier par l'Institut national brésilien de recherche spatiale ont montré que la déforestation en Amazonie brésilienne a chuté pour le deuxième mois consécutif en août par rapport à la même période en 2020.

Wesemann, cependant, insiste sur le fait que Bolsonaro doit être tenu responsable des communautés amazoniennes et du monde.

“Notre initiative bénéficie d'un fort soutien brésilien, mais nous ne cherchons pas à parler au nom d'aucune communauté brésilienne, ni prétendons les représenter”, a-t-il déclaré. « Notre cas vise à ajouter une dimension internationale importante à leur lutte. L'Amazone leur appartient, mais nous en avons tous besoin. »

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.