Seule la moitié des écoles dans le monde ont repris l'apprentissage hors ligne : rapport

0
61

L'année dernière, la pandémie de COVID-19 a entraîné la fermeture mondiale d'écoles dans plus de 188 pays, laissant 1,6 milliard d'enfants – 75 % des élèves inscrits – à l'extérieur de l'école. Déposer.

Dix-neuf mois après que la pandémie de COVID-19 a forcé la fermeture des écoles dans le monde, seule la moitié des écoles du monde ont repris l'enseignement et l'apprentissage en classe, tandis qu'environ 34% des écoles s'appuient sur un mode d'enseignement mixte ou hybride, selon le COVID-19 Global Education Recovery Tracker.

Le tracker a été créé conjointement par l'Université Johns Hopkins, la Banque mondiale et l'UNICEF pour aider les pays’ prise de décision en suivant les efforts de réouverture et de planification de la reprise COVID-19 dans plus de 200 pays.

Lire |KVPY 2021 : voici un plan de préparation d'un mois par sujet

Selon les données suivies, 80% des écoles dans le monde participent à des sessions régulières. Parmi ceux-ci, 54 % reviennent à l'enseignement en personne, 34 % s'appuient sur un enseignement mixte ou hybride, tandis que 10 % poursuivent l'enseignement à distance et 2 % n'offrent aucun enseignement.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Alors que le tracker a noté que seulement 53% des pays donnent la priorité à la vaccination des enseignants, la Banque mondiale a recommandé aux pays de ne plus attendre pour obtenir leur population ou leur personnel scolaire entièrement vacciné avant la réouverture des écoles.

“Pour promouvoir la reprise de l'éducation, les enseignants doivent être prioritaires pour la vaccination dans la mesure du possible, tout en reconnaissant qu'il existe des moyens de rouvrir en toute sécurité sans vaccination grâce à des mesures de sécurité adéquates,” selon un rapport de l'équipe Éducation de la Banque mondiale.

Étant donné que les écoles qui ont rouvert dans le monde ont pu réduire efficacement la transmission au sein des écoles avec des stratégies de contrôle des infections simples et relativement bon marché comme le masquage, la ventilation et l'éloignement physique, et étant donné que la couverture vaccinale généralisée dans la plupart des pays n'est pas attendu pendant de nombreux mois, maintenir les écoles fermées jusqu'à ce que tout le personnel puisse être vacciné n'apporte que très peu d'avantages en termes de réduction du risque de transmission, mais génère potentiellement des coûts substantiels pour les enfants,” a-t-il dit.

Lire aussi |La clé de réponse provisoire JEE Advanced 2021 est publiée, soumettre des objections avant le 11 octobre

La Banque mondiale a préconisé la réouverture des écoles et évalué les risques associés à de nouvelles fermetures prolongées d'écoles à travers le monde. “Dans les pays où il y avait moins de 36 à 44 nouvelles hospitalisations pour COVID-19 pour 1 lakh de population par semaine avant la réouverture, les réouvertures d'écoles n'ont pas augmenté les hospitalisations pour COVID-19, même jusqu'à six semaines après.

< p> Dans les pays où les taux d'hospitalisation étaient plus élevés avant la réouverture des écoles, les résultats de l'étude n'étaient pas concluants quant à savoir si les réouvertures généraient une augmentation des hospitalisations liées au COVID.

Une autre étude a exploité les différences dans les dates de début et de fin des vacances d'été et d'automne à travers l'Allemagne et a révélé que ni les fermetures d'été ni d'automne n'avaient d'effet de confinement significatif sur la transmission du virus chez les enfants ou d'effet d'entraînement significatif sur les adultes .

“De même, d'autres études soutiennent l'argument selon lequel la transmission dans les écoles suit généralement les tendances de la transmission communautaire, plutôt que de les précéder ou de les augmenter,” il a ajouté.

Lire aussi |Admissions à l'UD 2021 : plus de 36 000 étudiants obtiennent des places dans la première liste de sélection

L'année dernière, la pandémie de COVID-19 a entraîné la fermeture d'écoles dans plus de 188 pays, laissant 1,6 milliard d'enfants — 75 pour cent des étudiants inscrits — en dehors de l'école. “Alors que la pandémie de COVID-19 se propageait dans et entre les pays au début de 2020, nous en savions très peu sur le virus : comment il se propageait, qui serait le plus touché et comment le traiter.

< p>Pour protéger les enfants et ralentir la transmission des maladies, la plupart des gouvernements ont réagi en fermant les écoles. “Un an plus tard, nous en savons beaucoup plus sur le virus et la maladie et sur la manière d'atténuer la transmission et les autorités sanitaires comme l'OMS ne recommandent la fermeture des écoles qu'en dernier recours”, c'est dit.

Citant des preuves de la faible transmission du COVID-19 chez les enfants, la Banque mondiale a déclaré que les données des études de surveillance de la population et des études de recherche des contacts suggèrent que par rapport aux adultes et aux adolescents, les jeunes enfants, en particulier ceux de moins de 10 ans, sont considérablement moins sensibles à contracter COVID-19 et beaucoup moins susceptibles de transmettre la maladie.

“Parmi les enfants qui contractent COVID-19, les maladies graves et le décès sont rares et surviennent le plus souvent chez les enfants atteints d'autres maladies sous-jacentes ,” c'est dit.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles sur l'éducation, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.