Après deux mois, les principaux généraux de l'Inde et de la Chine se réunissent

0
142

Depuis le début de l'impasse en mai 2020, les deux parties se sont désengagées du PP14 dans la vallée de Galwan, du PP17A à Gogra Post et des rives nord et sud de Pangong Tso. (Représentationnel)

L'Inde et la Chine ont tenu dimanche à Moldo le 13e cycle de pourparlers au niveau des commandants de corps. La réunion, qui a commencé vers 10h30, s'est terminée vers 7 heures du soir.

La délégation indienne était dirigée par le Lt Gen PGK Menon, commandant du XIV Corps basé à Leh, qui est responsable de la Ligne de Contrôle réel (LAC) au Ladakh. La partie chinoise était dirigée par le général de division Liu Lin, commandant du district militaire du Xinjiang.

Lire aussi | La montée en puissance continue de la Chine est un sujet de préoccupation : le chef de l'armée, le général Naravane

Aucun détail de la réunion n'était disponible dans l'immédiat.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Depuis le début de l'impasse en mai 2020, les deux parties se sont désengagées du PP14 dans la vallée de Galwan, du PP17A à Gogra Post et des rives nord et sud de Pangong Tso.

Un petit nombre de troupes chinoises continuent d'être du côté indien du LAC près du PP15 à Hot Springs. Dans les plaines de Depsang, la Chine empêche l'Inde d'accéder à ses cinq points de patrouille – PP10, PP11, PP11A, PP12 et PP13. Certains « soi-disant civils » de Chine ont dressé des tentes du côté indien du Charding Nala à Demchok.

La réunion de dimanche a eu lieu après une interruption de plus de deux mois – la précédente série de discussions ont eu lieu le 31 juillet. Les responsables espéraient un accord sur le désengagement du PP15 à la fin de la réunion.

Expliqué

les dames chinoises

La Chine a investi dans les infrastructures de ses régions face au Ladakh et à l'Arunachal Pradesh. Il teste la préparation de l'Inde avec des transgressions dans les secteurs du Moyen-Orient et de l'Est.

La réunion a eu lieu au milieu de rapports croissants d'incursions par les Chinois à divers endroits le long de l'ALC. Des patrouilles indiennes et chinoises se sont affrontées à Tawang il y a quelques jours, et les troupes chinoises ont traversé le LAC à Barahiti dans l'Uttarakhand fin août. Le chef de l'armée, le général M M Naravane, avait déclaré samedi que la Chine avait construit des infrastructures dans la région et était « là pour rester ».

“Il est préoccupant que l'accumulation à grande échelle qui s'est produite, continue d'être en place et pour soutenir ce type d'accumulation, il y a eu une quantité égale de développement d'infrastructures du côté chinois. Cela signifie qu'ils sont là pour rester », avait déclaré le général Naravane.

« Mais s'ils sont là pour rester, nous sommes là pour rester aussi. Et l'accumulation de notre côté, et les développements de notre côté, sont aussi bons que ce que PLA a fait. »

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

Le général Naravane a également mentionné qu'en raison de l'impasse, l'armée indienne avait intensifié le renseignement, la surveillance et efforts de reconnaissance et surveillait l'APL.

Chaque partie dispose d'environ 50 000 soldats dans la région, ainsi que d'équipements militaires, d'armes, de chars et de moyens de défense aérienne supplémentaires qui ont été apportés l'année dernière.

À l'approche de l'hiver, les deux parties ont une fenêtre d'à peine un quelques semaines pour se désengager, sinon ils devront passer un deuxième hiver dans les conditions brutales du Ladakh. Cependant, contrairement au déploiement sans précédent de l'hiver dernier, ni les troupes indiennes ni chinoises ne sont actuellement en première ligne ou au sommet des montagnes.

< /p>

L'establishment indien de la sécurité s'est inquiété de la construction massive d'infrastructures chinoises, qui pourrait potentiellement faire de l'ALC une ligne de contrôle (LdC) avec le Pakistan, même si elle n'est pas aussi active.

Quelques jours après la dernière série de pourparlers avec le commandant du corps le 31 juillet, les deux parties s'étaient désengagées du PP 17A dans la région de Gogra Post, les troupes retournant vers leurs bases traditionnelles et créant une zone temporaire de non-patrouille. L'accord était intervenu après des mois d'impasse à partir de février.

Cependant, la Chine avait refusé de retirer ses troupes du PP15 à Hot Springs, où elle continue d'avoir un déploiement de la taille d'un peloton.

< p class="appstext hide_utm_paytm_phonepe">📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd