Au coeur du pays du paludisme

0
57

Villageois à Edesmetta, où presque tout le monde a eu le paludisme au moins une fois. « Qui aime se sentir malade ? » dit l'un d'eux. (Photo expresse de Gargi Verma)

Silca Tati, 31 ans, contracte le paludisme chaque année, au moins une fois, parfois plus souvent. La résidente de Khadiapara, dans la ville difficile d'accès d'Edesmetta – un village niché dans les collines, avec la route carrossable la plus proche à 15 km – Tati dit qu'elle a une forte fièvre et des frissons toute la nuit pendant au moins trois jours, à chaque fois. Sur les 25 familles de son para, ou localité, chaque maison a une histoire similaire de paludisme, et chacune a imaginé « ses propres moyens » pour y faire face. L'intervention médicale, encore rare, n'a commencé à atteindre le village qu'après le début de la campagne « Malaria Mukt Bastar » en 2020.

Le paludisme est l'un des plus grands tueurs du Chhattisgarh, avec certains des blocs du district de Bastar le plus touché du pays. Même les forces de sécurité qui combattent les Naxals sont vulnérables à la maladie. En Inde, c'est dans des endroits comme Edesmetta où le tout premier vaccin contre le paludisme, désormais possible après l'approbation de l'OMS, peut changer la donne.

Une fois la mousson commencée, presque aucune semaine ne se passe sans que le paludisme ne frappe, disent les villageois. En septembre 2019, des jumeaux nés de Soma Punem sont décédés un mois après leur naissance des suites d'une forte fièvre.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Expliqué |Le paludisme et la chasse au vaccin

« Ils ont été malades pendant quelques heures avant de mourir. Nous ne pouvions même pas les emmener au centre de santé », explique Punem. Bien que les nourrissons n'aient jamais été testés, leurs symptômes étaient trop familiers pour que Punem puisse en douter.

Avec le centre de santé de Gangaloor à 15 km et deux collines plus loin, très peu de villageois y parviennent. Tati dit qu'ils ont mis au point des méthodes alternatives de «guérison», telles que boire de l'alcool indigène chaud, se faire mordre par une fourmi rouge locale connue sous le nom de Chapra et consommer des écorces d'arbres spécifiques de la jungle environnante. « Ce n'est que lorsque les choses deviennent sérieuses que nous nous rendons au centre de santé », explique son mari Budhru. Ceux qui ne peuvent pas marcher ou qui se sont évanouis sont emmenés sur un lit ou un panier.

La campagne Malaria Mukt Bastar a déjà fait la différence. À Bijapur, entre la première et la deuxième phase du programme, il y a eu une baisse de 71,3 % des cas.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

La directrice de la mission nationale de santé, Priyanka Shukla, a déclaré que l'incidence parasitaire annuelle (cas de paludisme pour 1 000 par an) est passée de 5,21 en 2015 à 1,17 en 2020 – dans le cadre d'un programme d'éradication qui encourage non seulement des mesures préventives telles que la distribution de moustiquaires, mais garantit également le dépistage des asymptomatiques. transporteurs ainsi que des hotspots et des cas actifs. « Nous appelons cela des tests passifs, pour extirper le parasite d'une zone et réduire la récurrence de la maladie. Nos équipes au sol interviennent périodiquement et effectuent des tests de masse », dit-elle.

Mais les défis sont nombreux, admet Shukla, à commencer par s'assurer que les familles tribales font de dormir sous des moustiquaires une habitude. « Nous avons vu que les villageois n'utiliseraient pas les moustiquaires si elles étaient emballées, donc notre personnel au sol est maintenant chargé de donner les moustiquaires après les avoir ouvertes, et de procéder à des vérifications régulières pour voir les villageois les utilisent. »

Aussi Lire |Expliqué : Le paludisme et la chasse aux vaccins

A Edesmetta aussi, chaque maison a une moustiquaire, mais peu l'utilisent. Les villageois disent que si les travailleurs anganwadi visitent rarement, les médecins sont venus sporadiquement au cours des deux dernières années. « Ils viennent aux mois d'août et de septembre et nous donnent des comprimés. Parfois, ils effectuent des analyses de sang et nous donnent des moustiquaires », dit Budhru, ajoutant : « Ils disent toujours qu'ils viendront chaque semaine, mais ils ne le font pas. Donc, après leur visite, si quelqu'un tombe malade, nous devons marcher jusqu'au centre de santé de Gangaloor. »

Les yeux de Tati s'illuminent en entendant qu'il pourrait bientôt y avoir un vaccin contre le paludisme, mettant ainsi fin à ses combats annuels. Des camps pour d'autres vaccins sont régulièrement organisés sur le marché de Gangaloor.

Tati est même prête à se porter volontaire pour le vaccin. « La maladie me détruit le corps et je me sens faible pendant des jours même après que la fièvre soit tombée. Qui aime tomber malade chaque semaine ? dit-elle.

Cependant, il y a beaucoup d'obstacles le long du chemin. Approuvé par l'OMS la semaine dernière seulement, le calendrier indien n'étant pas clair, le vaccin est essentiellement destiné aux enfants. Pour être efficace, quatre doses doivent être administrées dès l'âge de cinq mois, ce qui pourrait poser des problèmes logistiques dans des régions reculées comme Edesmetta, où même l'achèvement du cycle de chloroquine pour traiter le paludisme est une tâche complexe pour l'équipe médicale. .

Un agent de santé du centre de Gangaloor admet : « Nous disons aux villageois de terminer le cours, mais dès que leur fièvre baisse, ils arrêtent de prendre les médicaments, ce qui entraîne des complications et une récurrence sévère de la maladie. »

Shukla dit qu'elle ne peut pas encore commenter la stratégie car ils en savent peu sur le mode ou l'efficacité du vaccin. Mais, dans la lutte contre le paludisme, dit-elle, “un vaccin va certainement aider”.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd