Arrêtée cette semaine, l'épouse du promoteur d'Unitech a obtenu une fiducie offshore, un passeport de la Dominique

0
52

Il y a six ans, l'épouse du promoteur du groupe Unitech, Sanjay Chandra, Preeti Chandra, a mis en place une structure de fiducie familiale offshore et a changé de nationalité.

Il y a six ans, à peu près au moment où des acheteurs désespérés ont saisi les tribunaux contre le promoteur du groupe Unitech, Sanjay Chandra, sa femme Preeti Chandra a mis en place une structure de fiducie familiale offshore et a changé de nationalité, selon les archives des Pandora Papers faisant l'objet d'une enquête par The Indian Express afficher.

Lire aussi |La belle-fille de Vasundhara avait un cabinet dans un paradis fiscal au Belize

Les dossiers du fournisseur de services aux entreprises Trident Trust montrent que Unitech Group a fait défaut dès 2009 sur le service d'un prêt de 210 millions de dollars du Credit Suisse pour avoir investi dans des projets immobiliers à Inde.

Lundi dernier, Ramesh Chandra, le père de Preeti Chandra et Sanjay Chandra, ont été arrêtés par la Direction de l'exécution qui enquêtait sur l'affaire de blanchiment d'argent d'Unitech. En mars, l'ED l'avait empêchée d'embarquer sur un vol à Delhi. L'agence a affirmé qu'elle était “impliquée dans le blanchiment et la superposition de fonds déposés par des acheteurs de maisons”.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Plus tôt cette semaine, la Cour suprême a autorisé une “enquête criminelle à part entière” sur les allégations de collusion de certains responsables de la prison de Tihar avec Sanjay Chandra et son frère Ajay Chandra alors qu'ils étaient incarcérés. En août, tous deux ont reçu l'ordre d'être séparés et transférés dans les prisons de Mumbai.

Entre les arrestations de son mari en 2011 dans l'escroquerie du spectre 2G et en 2017 pour avoir prétendument trompé des acheteurs de maison, la créatrice de mode Preeti Chandra, toujours citoyenne indienne, a constitué deux sociétés et une fiducie familiale dans les îles Vierges britanniques.

Formé en mars 2015, Trikar International Inc (BVI), devait détenir les actifs de la fiducie familiale, qui était en cours de constitution avec Preeti comme protecteur. Bellmora Ltd (BVI) a été constituée en tant que « bénéficiaire désigné du Chandra Family Trust » en mai 2015 pour détenir des investissements aux Émirats arabes unis et en Inde, ainsi qu'un compte bancaire à Emirates NBD, Dubaï.

Le Chandra Family Trust détenait les 50 000 actions de Trikar International, qui a été financé par Trikar Advisors DMCC (Dubaï) ; Trikar General Trading FZE (Charjah) ; et “entreprises de création de mode.”

🗞️ Lisez le meilleur journalisme d'investigation en Inde. Abonnez-vous à l'e-Paper de The Indian Express ici.

En septembre 2015, Preeti a signé une déclaration de solvabilité, promettant qu'« aucun événement ne s'est produit dont j'ai des raisons de croire qu'il entraînera une réclamation fait contre moi par un tiers » et qu'aucun de ses avoirs « n'a été dérivé » du blanchiment d'argent.

En avril 2016, Preeti a obtenu son passeport du Commonwealth de la Dominique, qui n'a pas de traité d'extradition avec l'Inde.

Et un mois plus tard, elle a transféré toutes les actions de Trikar General Trading FZE (Sharjah) de Trikar Internationale à elle seule pour 150 000 dirhams.

Fin 2016, elle décide de dissoudre le trust familial et Trikar International. Dans une autocertification en avril 2017, Preeti s'est déclarée résidente fiscale des Émirats arabes unis et de la Dominique.

Preeti Chandra et un expert-comptable indien basé à Dubaï, qui a été directeur de Trikar International (BVI), n'ont pas répondu aux questions de The Indian Express.

Ne manquez pas | L'homme qui a amené Hyatt en Inde s'installe actifs successoraux dans un paradis fiscal

Les archives des Pandora Papers montrent également comment le Credit Suisse a sonné l'alarme au sujet de deux « entités liées au groupe Unitech » à Chypre alors même que le groupe Unitech subissait des turbulences sur le marché.

Entre janvier et juillet 2008, Credit Suisse (Singapour) a prêté 210 millions de dollars (alors environ Rs 850 crore) aux deux sociétés chypriotes pour investir dans des projets fonciers et immobiliers tels que des hôtels et des ZES en Inde.

Le les prêts étaient garantis par des actions du groupe Unitech à 325 pour cent de la valeur. En outre, les actions des entités chypriotes — Dareno Holdings Ltd et Rockslide Investments Ltd — ont été mis en gage, ainsi que des actions dans des entreprises indiennes sous-jacentes.

En juin 2008, Dareno Holdings, qui avait emprunté 165 millions de dollars au Credit Suisse, avait réalisé des investissements d'une valeur de 116 millions de dollars dans le cadre de coentreprises à 49 % avec Vectex Holdings Ltd (Chypre, 25 millions de dollars) et Crowbel Holdings Ltd (Chypre, 40 millions de dollars) ; et dans 100 % des filiales Ranchero Services Ltd (Chypre, 12 millions de dollars), Hedisa Holdings Ltd (Chypre, 18 millions de dollars), Albium Holdings Ltd (Chypre, 15 millions de dollars) et Legal Value Technology Services Pvt Ltd (Inde, 6 millions de dollars).< /p>

La même année, au milieu d'une grave crise du crédit sur le marché, l'action Unitech s'est effondrée de 500 Rs à moins de 80 Rs. Et la société a cherché du temps et une restructuration, promettant des actions supplémentaires et promettant de « rembourser lentement » l'encours.

Au cours de cette période, un cadre britannique de Trident Trust Company, qui gérait plusieurs entités offshore pour les Chandras, a suggéré dans un e-mail interne que les finances des sociétés chypriotes inquiétaient le Credit Suisse, les auditeurs notant leur incapacité à « se prononcer sur la valeur des projets en dessous au-delà du coût”.

Le prêt était de toute façon “basé sur la valeur à long terme attendue lorsque l'hôtel a été développé et vendu, pas sur la valeur d'aujourd'hui” et “en ce qui concerne la” crise “, le Credit Suisse ne pense qu'aujourd'hui à CYA (couvrez votre a**)”, a écrit le dirigeant de Trident.

En mai 2009, Dareno Holdings et Rockslide Investments ont fait défaut sur leur dette et Credit Suisse a conservé leurs actions jusqu'en octobre 2009.

Les dossiers montrent également qu'en octobre 2007 , le Credit Suisse a offert une facilité de 40 millions de dollars à Sanjay Chandra pour l'achat d'un avion Bombardier Global Express d'occasion. Mais ils ne montrent pas si le prêt s'est concrétisé.

Dans un e-mail, un porte-parole du Credit Suisse a déclaré: «Le Credit Suisse ne commente pas les relations clients potentielles ou existantes. Le Credit Suisse exerce ses activités bancaires dans le respect de toutes les lois, règles et réglementations applicables sur les marchés sur lesquels il opère.”

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles Express Exclusive, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a a été classé VERT pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd