SC va rappeler son ordonnance sur la prolongation du délai de prescription pour le dépôt des affaires judiciaires en raison de Covid

0
40

Le banc dit “pessimiste” la soumission que le délai de prescription soit prolongé jusqu'à la fin de l'année car il y avait une appréhension d'une troisième vague de Covid dans le pays.

Prenant acte de l'amélioration de la situation pandémique, la Cour suprême a observé jeudi qu'elle rappellera son ordonnance du 27 avril par laquelle elle avait prorogé l'application d'une directive antérieure en vertu de laquelle le délai de prescription pour le dépôt des affaires judiciaires a cessé de courir statutairement à l'encontre des justiciables depuis mars. 15, 2020, en raison de Covid.

À la suite du début de la deuxième vague de Covid, un banc dirigé par le juge en chef NV Ramana, le 27 avril 2021, avait assoupli le délai légal pour le dépôt des requêtes , y compris les pétitions électorales.

Le tribunal, composé également des juges L Nageswara Rao et Surya Kant, a déclaré que la prolongation du délai de prescription suo motu sera retirée le 1er octobre et qu'après cela, le délai de prescription habituel de 90 jours pour le dépôt des affaires devant les tribunaux entrera à nouveau en vigueur. .

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

“Nous passerons les commandes,” dit le banc en réservant la commande.

Le banc dit “pessimiste” la soumission que le délai de prescription soit prolongé jusqu'à la fin de l'année car il y avait une appréhension d'une troisième vague de Covid dans le pays.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

& #8220;Vous êtes pessimiste. Veuillez ne pas inviter la troisième vague,” a observé le CJI.

Au début, le procureur général KK Venugopal a déclaré que la situation de Covid s'était améliorée et qu'il n'y avait actuellement aucune zone de confinement dans le pays et que l'ordonnance d'assouplissement du délai de prescription peut donc être rappelée.

“S'il y a des zones de confinement au Kerala ou à un autre endroit, ils peuvent s'adresser au tribunal,” a-t-il déclaré.

Venugopal a suggéré que l'ordonnance du 8 mars 2021 du tribunal suprême, qui avait rappelé la directive de l'année dernière prolongeant indéfiniment le délai de prescription, puisse être rétablie.

< p>“Je pense que nous pouvons lever la commande,” a déclaré le CJI tout en acceptant prima facie la soumission de l'officier de justice.

Observant que la période d'assouplissement pourrait se poursuivre jusqu'à la fin du mois de septembre, la magistrature a déclaré qu'elle réglerait l'affaire suo motu qui a été instituée l'année dernière au début de la pandémie qui avait conduit au verrouillage à l'échelle nationale.

L'avocat principal Vikas Singh, représentant la Commission électorale, a déclaré qu'au lieu de 90 jours, un délai de prescription de 45 jours serait accordé pour le dépôt de requêtes électorales et que le délai légal devrait commencer à courir contre les justiciables à partir du 1er octobre.< /p>

Le panel électoral, dans son plaidoyer, a cherché à fixer le délai de dépôt des requêtes électorales relatives aux scrutins de l'Assam, du Kerala, de Delhi, de Puducherry, du Tamil Nadu et du Bengale occidental, affirmant que la direction du tribunal suprême sur une prolongation du délai de prescription a conduit à une situation où il ne peut pas ordonner la réutilisation des EVM et des machines VVPAT dans les prochains scrutins.

Singh a déclaré que les EVM et les machines VVPAT sont inutilisées car elles doivent être conservées comme preuve si une pétition électorale est déposée dans le cadre des scrutins de l'assemblée dans six États, car le délai de prescription ne court pas contre les pétitionnaires probables.

Le procureur général a déclaré qu'une exception au délai de prescription pourrait être prévue pour la commission électorale.

“Nous avons déjà passé une ordonnance en mars avec un avantage de 90 jours et maintenant, si nous réduisez-le, il y aura des litiges à ce sujet à l'avenir,” dit le CJI.

Auparavant, la cour suprême avait invoqué le 23 mars de l'année dernière son pouvoir plénier en vertu de l'article 142 de la Constitution pour prolonger indéfiniment le délai de prescription des recours formés contre les cours ou les tribunaux en raison de la pandémie avec effet au 15 mars 2020.

Puis, le 8 mars 2021, a noté que le pays « revient à la normale » et avait décidé de mettre fin à la prolongation du délai de prescription qui avait été accordée pour former des recours en mars 2020 aux justiciables en raison de la pandémie de Covid-19.

Cependant la situation s'est aggravée et la formation dirigée par la CJI le Le 27 avril a pris note du début de la deuxième vague de Covid et a de nouveau assoupli le délai légal pour le dépôt des pétitions, y compris les pétitions électorales, en vertu de la Representation of the People Act, 1951.

Constatant que la recrudescence des affaires de Covid-19 mettait les justiciables dans une situation “difficile”, la magistrature avait alors prorogé tous les délais de prescription expirant le 14 mars 2021, jusqu'à nouvel ordre.

Le la plus haute juridiction avait prolongé le délai de prescription par des ordonnances provisoires et a finalement décidé d'y mettre fin en gardant à l'esprit l'amélioration de la situation dans le pays et le fait que les tribunaux ont commencé à fonctionner le 8 mars de cette année.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.