La baisse des crimes signalés contre les femmes, selon le chef du NCW, pourrait ne pas refléter la réalité

0
46

La présidente de la Commission nationale pour les femmes, Rekha Sharma, a déclaré à The Indian Express que ces chiffres pourraient ne pas représenter la réalité. (Fichier)

Les experts avaient mis en garde contre une augmentation de la violence à l'égard des femmes pendant les blocages de Covid-19, mais le nombre de tels crimes signalés en 2020 a montré une baisse de 8,3% par rapport à 2019, selon le rapport annuel du National Crime Record Bureau sur le crime en Inde, le rapport 2020 a été publié mercredi.

La violence domestique, cependant, était le crime le plus répandu contre les femmes, selon les dossiers.

Plus de 1,1 lakh de cas de violence domestique ont été enregistrés à travers le pays, le Bengale occidental enregistrant le nombre le plus élevé avec 19 962. Il a été suivi par l'Uttar Pradesh avec 14 454 cas et le Rajasthan avec 13 765 cas.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

La présidente de la Commission nationale des femmes, Rekha Sharma, a déclaré à The Indian Express que ces chiffres peuvent ne pas représenter la réalité.

« Lors de notre réunion avec tous les DGP, nous avons également constaté que la police avait enregistré moins de cas, mais NCW a reçu plus de plaintes par rapport à l'année précédente qui n'a pas été affectée par les blocages. Les femmes ne peuvent peut-être pas se rendre au poste de police et demander de l'aide en raison du verrouillage », a déclaré Sharma.

Les experts avaient noté que le verrouillage provoquait une augmentation de la violence domestique à l'égard des femmes. En mars, un panel parlementaire traitant des « atrocités et crimes contre les femmes et les enfants » avait recommandé la poursuite des transferts d'espèces et un moratoire sur les remboursements de prêts, entre autres mesures, pour autonomiser les femmes, reconnaissant que le verrouillage avait entraîné une recrudescence des cas de violence domestique et de traite. .

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

« Le Comité note qu'il y a eu une poussée soudaine de violence domestique et de traite des femmes et des enfants lors de l'épidémie sans précédent de la pandémie de COVID-19. Cela était principalement dû à la perturbation des activités économiques, au travail à domicile et à la famille passant plus de temps à la maison pendant les fermetures. Les travailleuses migrantes et leurs enfants ont été victimes de la traite et ont disparu pendant les fermetures », a noté le rapport de la Commission parlementaire permanente des affaires intérieures dirigée par le député du Congrès Rajya Sabha Anand Sharma.

< /p>

Les crimes contre les castes répertoriées ont augmenté de 9,4 % en 2020 par rapport à 2019, selon les données. Contre les tribus répertoriées également, les infractions ont augmenté de 9,3% en 2020 par rapport à 2019.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd