Données NCRB : hausse de 214% des cas liés à des fake news, rumeurs

0
55

L'article 505 de l'IPC, une disposition générale relative aux « déclarations conduisant à des méfaits publics », punit les actes de propagande et de diffusion de fausses nouvelles. (Fichier)

INCIDENTS DE circulation de « fausses/fausses nouvelles » et de rumeurs, un crime en vertu du Code pénal indien, a presque triplé en 2020 par rapport à 2019, selon le dernier National Crime Records Bureau (NCRB) données.

Au total, 1 527 cas de fausses nouvelles ont été enregistrés au cours de l'année pandémique, soit une augmentation de 214%, contre 486 cas en 2019 et 280 cas en 2018, lorsque la catégorie a été incluse pour la première fois.

Telangana avec 273 cas en tête de liste des États suivis du Tamil Nadu (188) et de l'Uttar Pradesh (166). Hyderabad arrive en tête de liste des villes avec 208 cas, suivie de Chennai (42) et Delhi (30).

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Alors que la lutte contre les fausses nouvelles a été cruciale pour contenir la propagation du virus, plusieurs États ont qualifié ceux qui ont sonné l'alarme de la pénurie de lits et d'oxygène comme diffusant de fausses nouvelles.

En avril, le ministre en chef de l'UP Yogi Adityanath a déclaré que la stricte loi sur la sécurité nationale sera invoquée contre les publications sur les réseaux sociaux sur le manque d'oxygène. En avril 2020, un leader local du BJP a été condamné pour sédition après avoir prétendument posté sur Facebook exhortant les gens à faire des dons car il n'y avait “pas de ventilateurs” à Ludhiana pour traiter les patients de Covid.

< /p>

L'article 505 de l'IPC, une disposition générale relative aux « déclarations conduisant à des méfaits publics », punit les actes de diffusion de rumeurs et la diffusion de fausses nouvelles. « Quiconque fait, publie ou fait circuler une déclaration ou un rapport contenant des rumeurs ou des nouvelles alarmantes dans l'intention de créer ou de promouvoir, ou qui est susceptible de créer ou de promouvoir, pour des motifs de religion, de race, de lieu de naissance, de résidence, de langue, de caste ou de communauté ou pour tout autre motif que ce soit, les sentiments d'inimitié, de haine ou de malveillance entre différents groupes ou castes ou communautés religieux, raciaux, linguistiques ou régionaux, seront punis d'un emprisonnement pouvant aller jusqu'à trois ans, ou d'une amende, ou des deux, », indique-t-il.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd