Tokyo 2020: le rythme des boxeurs indiens affecté par le verrouillage du COVID, selon le directeur de BFI

0
57

Satish Kumar en action contre Ricardo Brown de la Jamaïque dans un combat masculin +91kg en 16 derniers. (Reuters)

L'accent sera mis davantage sur le renforcement mental des boxeurs indiens pour les événements à haute pression comme les Jeux olympiques, a déclaré le président de la Fédération indienne de boxe, Ajay Singh, à PTI, excluant toute réaction instinctive. au mélange de performances aux Jeux en cours à Tokyo.

Neuf boxeurs indiens sans précédent — cinq hommes et quatre femmes — a fait la coupe pour le shopwiece avec Lovlina Borgohain (69kg) décrochant la seule médaille, la première de l'Inde en neuf ans, en se qualifiant pour les demi-finales.

Avec des tirages difficiles, les hommes, cependant, n'ont pu enregistrer qu'une seule victoire — à travers le super poids lourd débutant Satish Kumar — tandis que le n°1 mondial Amit Panghal (52kg) faisait partie de ceux qui ont perdu au premier tour.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

“Absolument ça n'est pas ce qui était attendu. Je me sens particulièrement mal à propos des défaites de (un blessé) Vikas (Krishan) et Amit,” a déclaré Singh lors d'une conversation téléphonique depuis Tokyo, là-bas pour évaluer la campagne.

“Puis Mary (Kom) a perdu par les marges les plus étroites (dans ses pré-quartiers). Cela a donc été mitigé, mais regardez à la hausse, nous avons obtenu une médaille après neuf ans et cela peut s'améliorer,” a-t-il ajouté.

L'Inde n'a pas remporté de médaille aux Jeux olympiques de 2016 où aucune des boxeuses du pays n'a pu se qualifier. Seuls trois hommes avaient atteint le tableau principal à l'époque.

Par cette comparaison, Tokyo était une nette amélioration, mais qu'en est-il du fait qu'aucun des hommes n'a pu se qualifier pour la ronde des médailles au Japon ? Cela aura-t-il des conséquences ?

“Les autopsies peuvent attendre la fin de la campagne, mais je ne suis pas favorable aux réactions instinctives. Ne négligeons pas les quatre dernières années. Ces mêmes hommes et entraîneurs nous ont donné des réalisations sans précédent, ignorons-nous tout pour un résultat décevant?” demanda-t-il.

Parmi les réalisations auxquelles il a fait référence, citons des récoltes de médailles sans précédent aux championnats du monde et aux Jeux asiatiques, entre autres.

“Je suis très confiant que si ce groupe avait participé aux Jeux olympiques comme prévu l'année dernière, les résultats auraient ont été beaucoup mieux. Leur rythme a été brisé par les confinements, la dynamique a été affectée.

“Nous avons finalement dû les envoyer à l'étranger car selon le SOP ici, ils ne pouvaient même pas s'affronter à cause des protocoles de sécurité sanitaire et nous ne pouvons pas remettre cela en question, les cas étaient tout simplement trop élevé.

“Maintenant, vous diriez que c'était la même chose pour les autres aussi, assez juste, mais nous avons également eu une deuxième vague très, très meurtrière. Les boxeurs et les entraîneurs ont également été testés positifs. Ce n'est donc pas en noir et blanc.

“La critique est la bienvenue mais ne crucifions pas les gens. Je vais soutenir ce groupe car même quand ils gagnent, ils prennent un coup sur le visage et le corps.”

Les boxeurs qui sont venus à Tokyo après avoir subi des épisodes de COVID-19 étaient Manish Kaushik (63kg), Ashish Chaudhary (75kg), Simranjit Kaur (60kg) et Satish.

Lovlina Borgohain, qui a assuré l'Inde de leur deuxième médaille aux Jeux après avoir atteint la demi-finale des poids welters, avait également été testé positif pour le virus, mais c'était l'année dernière.

L'entraîneur-chef national masculin CA Kuttappa et l'entraîneur-chef féminin Mohammed Ali Qamar faisaient partie de ceux qui ont combattu le virus dans l'unité du personnel de soutien.

Samedi, lorsque Pooja Rani a perdu contre l'ancien champion du monde Li Qian, Singh s'était précipité pour lui faire un câlin alors qu'elle sanglotait et il a affirmé qu'il croyait vraiment en chaque boxeur.

“Je vais les soutenir, cela ne fait aucun doute sur ce,” a déclaré Singh.

Et ce soutien, a-t-il dit, s'étendra également au personnel d'entraîneurs actuel.

“Nous avons un championnat du monde dans trois ou quatre mois,& #8221; fit-il remarquer.

Singh a déclaré que l'objectif pour lui après les Jeux serait d'assurer un meilleur soutien mental aux boxeurs.

“Ce que je vois, c'est qu'il y a du talent mais nous devons être mentalement plus forts . Les Jeux olympiques sont une scène énorme. Nous avons un psychologue à temps plein avec l'équipe, mais nous essaierons d'évaluer ce qui peut être fait de plus. C'est un sport brutal et solitaire, notre travail est d'assurer le soutien,” dit-il.

“Les quatre dernières années ont été spectaculaires, oui cela aurait pu aller beaucoup mieux mais nous avons certainement atteint un niveau. Bien sûr, il y a un long chemin à parcourir pour en faire plus, nous y arriverons,” a-t-il ajouté.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles des Jeux olympiques, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.