Affrontement entre la police française et les manifestants du laissez-passer anti-virus à Paris

0
52

Des manifestants assistent à une manifestation convoquée par le parti nationaliste français contre les restrictions françaises liées au Covid-19, samedi à Paris. (Photo: Reuters)

Des milliers de personnes ont protesté contre le laissez-passer spécial de la France contre le virus en traversant Paris et d'autres villes françaises samedi. La plupart des manifestations étaient pacifiques, mais des affrontements sporadiques avec la police anti-émeute ont marqué des manifestations dans la capitale française.

Quelque 3 000 forces de sécurité se sont déployées autour de Paris pour un troisième week-end de manifestations contre le laissez-passer qui sera bientôt nécessaire pour entrer dans les restaurants et d'autres lieux. La police a pris des postes le long des Champs-Elysées pour se prémunir contre une invasion de la célèbre avenue.

Alors que les infections virales augmentent et que les hospitalisations augmentent, les législateurs français ont adopté un projet de loi exigeant le laissez-passer dans la plupart des endroits à compter du 9 août. Les sondages montrent qu'une majorité de Français soutiennent le laissez-passer, mais certains y sont catégoriquement opposés. Le laissez-passer nécessite une vaccination ou un test négatif rapide ou la preuve d'un rétablissement récent de Covid-19 et oblige tous les agents de santé à se faire vacciner d'ici la mi-septembre.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Un manifestant tient une pancarte indiquant “Vacciné pour la liberté”, lors d'une manifestation contre les restrictions françaises, samedi à Paris. (Photo : Reuters)

À travers les Alpes, des milliers de manifestants anti-vaccins ont défilé dans des villes italiennes comme Rome, Milan et Naples pour la deuxième semaine consécutive. Des manifestants milanais se sont arrêtés devant le palais de justice de la ville en scandant « Vérité ! “Honte!” et “Liberté !” tandis qu'à Rome, ils ont défilé derrière une banderole indiquant “Résistance.” Ces manifestations étaient bruyantes mais pacifiques.

Pour les manifestants anti-vaccins en France, « Liberté » était le slogan du jour. Les marches ont attiré quelque 204 000 personnes à travers le pays. Quelque 14 250 personnes hostiles au laissez-passer ont manifesté à Paris, plusieurs milliers de plus qu'il y a une semaine.

Hager Ameur, une infirmière de 37 ans, a déclaré avoir démissionné de son poste, accusant le gouvernement d'avoir utilisé un forme de « chantage ».

“Je pense qu'on ne doit pas nous dire quoi faire”, a-t-elle déclaré à l'Associated Press, ajoutant que les travailleurs médicaux français pendant la première vague de Covid-19 ont été assez maltraités. «Et maintenant, on nous dit soudain que si nous ne nous faisons pas vacciner, c'est de notre faute si les gens sont contaminés. Je pense que c'est écoeurant.”

Des tensions ont éclaté devant la célèbre boîte de nuit du Moulin Rouge dans le nord de Paris lors de ce qui semblait être la plus grande manifestation. Des files de policiers ont affronté les manifestants lors d'affrontements rapprochés pendant la marche. La police a utilisé ses poings à plusieurs reprises.

Alors que les manifestants se dirigeaient vers l'est et que certains policiers bombardaient d'objets, la police a tiré des gaz lacrymogènes dans la foule, des panaches de fumée remplissant le ciel. Un manifestant a été vu avec une tête en sang et un policier a été emporté par des collègues. Trois officiers ont été blessés, a indiqué la presse française citant la police. La police, répondant à nouveau aux foules tapageuses, a également tourné un canon à eau sur les manifestants alors que la marche se terminait à la Bastille.

Un manifestant tient une pancarte indiquant “Non au passeport sanitaire” lors d'une manifestation contre les restrictions françaises, samedi à Paris. (Photo : Reuters)

Une marche plus calme a été menée par l'ancien haut lieutenant de la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen, qui est parti pour former son propre petit parti anti-UE. Mais la nouvelle cause de Florian Philippot, contre le virus passe, semble bien plus populaire. Son contingent de centaines de personnes a défilé samedi vers le ministère de la Santé.

Parmi ceux qui n'étaient pas présents cette semaine se trouvait François Asselineau, chef d'un autre petit parti anti-UE, l'Union républicaine populaire, et ardent militant contre le laissez-passer sanitaire, qui est tombé avec COVID-19. Dans une vidéo diffusée sur le site de son parti, Asselineau, qui n'a pas été hospitalisé, a appelé la population à dénoncer l'”absurde, injuste et totalement liberticide” pass santé.

Les autorités françaises mettent en place le pass santé car la variante delta très contagieuse fait une forte percée. Plus de 24 000 nouveaux cas quotidiens ont été confirmés vendredi soir, contre seulement quelques milliers de cas par jour au début du mois.

L'annonce par le gouvernement de l'entrée en vigueur du pass sanitaire le 9 août a poussé de nombreux Français non vaccinés à s'inscrire aux vaccinations afin que leur vie sociale ne soit pas interrompue pendant les vacances d'été. Les vaccins sont maintenant disponibles dans une grande variété d'endroits, y compris certaines plages. Plus de 52% de la population française a été vaccinée.

Environ 112.000 personnes sont mortes du virus en France depuis le début de la pandémie.

< strong>📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.