Affaire de complot ISRO: Kerala HC accorde une protection provisoire contre l'arrestation à deux anciens policiers du Kerala

0
56

Nambi Narayanan avait saisi la Haute Cour de Kerela contre la demande de libération sous caution du DGP. (Fichier photo)

La Haute Cour du Kerala a accordé lundi une protection provisoire contre l'arrestation à deux anciens policiers du Kerala dans une affaire enregistrée par la CBI pour diverses infractions, notamment d'association de malfaiteurs, d'enlèvement et de fabrication de preuves, dans le cadre de l'arrestation et de la détention du scientifique Nambi Narayanan dans le 1994 ISRO affaire d'espionnage.

Le juge Ashok Menon a accordé le soulagement aux deux officiers après que CBI a demandé l'ajournement jusqu'à la semaine prochaine dans le plaidoyer de caution anticipé conjoint proposé par S Vijayan et Thampi S Durga Dutt, un avocat associé à la cas dit.

L'avocat du gouvernement central Suvin R Menon, qui a comparu pour le CBI, a également confirmé l'ordre et a déclaré que le tribunal a également ordonné que si les deux anciens policiers sont arrêtés, ils soient libérés sous caution en fournissant une caution de Rs 50 000 avec deux cautions de le même montant.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

L'ordonnance provisoire sera en vigueur jusqu'à la prochaine date d'audience le 2 août, a-t-il déclaré.

Les deux faisaient partie de l'équipe d'enquête spéciale (SIT) qui a arrêté le scientifique et deux ressortissants maldiviens –Mariam Rasheeda et Fouziyya Hassan– dans l'affaire d'espionnage de l'ISRO en 1994.

Les deux femmes, représentées par l'avocat Prasad Gandhi, et Narayanan s'étaient opposées au plaidoyer, alléguant qu'il contenait de fausses affirmations.

Le CBI dans son cas a rassemblé 18 accusés, dont des officiers du Bureau du renseignement (IB).

Les meilleures nouvelles du moment

Cliquez ici pour en savoir plus

Plus tôt le 7 juillet, le CBI s'était opposé au plaidoyer des deux anciens policiers du Kerala, affirmant qu'ils impliquaient faussement Narayanan dans une « affaire concoctée » ; ce qui a retardé le développement de la technologie cryogénique de l'Inde.

Le CBI a déclaré que les infractions contre les deux accusés étaient de nature grave car ils ont tous deux joué un rôle actif et concocté une affaire d'espionnage dans le cadre du complot avec les autres accusés dans le FIR (enregistré par le CBI) et d'autres personnes inconnues”.

Le 15 avril, la Cour suprême avait ordonné que le rapport d'un comité de haut niveau sur le rôle des agents de police égarés dans l'affaire d'espionnage concernant Narayanan soit remis à la CBI et a ordonné à l'agence de mener une enquête plus approfondie sur la question.

Le comité de trois membres, dirigé par l'ancien juge du tribunal suprême, le juge (à la retraite) DK Jain, a été nommé par la plus haute juridiction en 2018 après avoir acquitté Narayanan dans cette affaire.

La Cour suprême avait également ordonné au gouvernement du Kerala de payer Rs 50 lakh en compensation pour avoir contraint Narayanan à subir une « immense humiliation ».

L'affaire d'espionnage concernait des allégations de transfert de certains documents confidentiels du programme spatial indien vers des pays étrangers par deux scientifiques et quatre autres, dont deux Maldiviennes.

Le CBI, dans son enquête à l'époque, avait jugé que de hauts responsables de la police du Kerala étaient responsables de l'arrestation illégale de Narayanan.

L'affaire a également eu des retombées politiques, avec une section au Congrès ciblant le ministre en chef de l'époque, feu K Karunakaran, sur la question, ce qui a finalement conduit à sa démission.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.