La Chine fait sauter un barrage pour détourner les inondations qui ont fait au moins 25 morts

0
61

L'armée chinoise a dû faire sauter un barrage pour libérer les eaux de crue menaçant l'une de ses provinces les plus peuplées, alors que le nombre de morts dans les inondations généralisées dépassait les 20. (AP) < p>L'armée chinoise a fait sauter un barrage pour libérer les eaux de crue menaçant l'une des provinces les plus peuplées du pays, alors que le nombre de morts des inondations généralisées est passé à au moins 25.

L'opération du barrage a eu lieu tard mardi soir à la ville de Luoyang, tout comme de graves inondations ont submergé la capitale de la province du Henan, Zhengzhou, piégeant les résidents dans le système de métro et les bloquant dans les écoles, les appartements et les bureaux.

Sept autres personnes ont été portées disparues, ont déclaré des responsables provinciaux lors d'une conférence de presse.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Une vidéo publiée sur Twitter par le site d'information The Paper montrait des passagers du métro debout dans une eau brune boueuse à hauteur de poitrine alors que des torrents faisaient rage dans le tunnel à l'extérieur.

Les transports et les travaux ont été perturbés dans toute la province, la pluie tournant dans les rues dans les rivières au courant rapide, emportant les voitures et s'élevant dans les maisons.

Au moins 10 trains transportant environ 10 000 passagers ont été immobilisés, dont trois pendant plus de 40 heures, selon Caixin, un magazine d'information économique. Des sections de 26 autoroutes ont été fermées en raison de la pluie, a déclaré le ministère des Transports sur son compte de réseau social.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

Une panne de courant a fermé les ventilateurs du premier hôpital affilié de l'Université de Zhengzhou, forçant le personnel à utiliser des airbags à pompe manuelle pour aider les patients à respirer, selon le comité du Parti communiste de la ville. Il a indiqué que plus de 600 patients étaient transférés vers d'autres hôpitaux.

Une femme à bord d'un métro dans un tunnel inondé a déclaré à son mari que l'eau lui atteignait presque le cou et que les passagers avaient du mal à respirer, a rapporté le journal Henan Business Daily. .

Il a déclaré que le personnel d'une station de métro avait dit à son mari que tous les passagers avaient été évacués, mais a reconnu que ce n'était pas le cas après avoir commencé une conversation vidéo avec sa femme sur son téléphone portable montrant qu'elle était toujours à bord.

Les heures précises et les lieux des décès et des disparitions n'étaient pas immédiatement clairs, bien que la province ait déclaré que plus de 100 000 personnes avaient été évacuées en lieu sûr.

La province du Henan compte de nombreux sites culturels et constitue une base majeure pour l'industrie et l'agriculture. Il est sillonné par de multiples cours d'eau, dont beaucoup sont liés au fleuve Jaune, qui a une longue histoire de débordement lors des périodes de pluies intenses.

Les médias d'État ont montré mercredi des eaux à hauteur de taille, la pluie tombant toujours.

Au nord de Zhengzhou, le célèbre temple Shaolin, connu pour la maîtrise des arts martiaux de ses moines bouddhistes, a également été durement touché.

La Chine subit régulièrement des inondations pendant l'été, mais la croissance des villes et la conversion des terres agricoles en lotissements ont aggravé l'impact de tels événements.

L'ONU. Le secrétaire général Antonio Guterres a envoyé une lettre au président chinois Xi Jinping « pour exprimer ses sincères condoléances pour la perte tragique de vies humaines et la dévastation », a déclaré mercredi le porte-parole adjoint de l'ONU Farhan Haq.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.