Expliqué: Les nouveaux SIT enquêtant sur les cas de profanation et de licenciement de la police au Pendjab de 2015

0
70

Marche de protestation des Sikhs contre la profanation de Guru Granth Sahib au Pendjab au rond-point du secteur 35 à Chandigarh le lundi 26 octobre 2015. (Archives express)

La direction du Congrès en Le Pendjab est au milieu d'une querelle amère dans laquelle un certain nombre de chefs de parti sont enfermés dans une bagarre avec le ministre en chef, le capitaine Amarinder Singh, au sujet du sacrilège du gourou Granth Sahib et des tirs de la police sur les manifestants en 2015.

C'est le 9 avril de cette année que la Haute Cour du Pendjab et de l'Haryana a annulé l'enquête spéciale(SIT) enquête mise en place par le gouvernement du Congrès sur les tirs dans la ville de Kotkapura à Faridkot, au cours de laquelle deux hommes protestant contre le sacrilège dans le village de Bargari ont été tués par des tirs de la police le 14 octobre 2015. Plus tôt le 12 octobre, des pages déchirées de Guru Granth Sahib, le livre sacré des Sikhs qu'ils considèrent comme un gourou vivant, a été trouvé dans le village de Bargari à Faridkot, provoquant une indignation généralisée.

Le HC a non seulement annulé l'enquête, mais a également remis en question ses méthodes et a ordonné à l'État de reconstituer l'équipe d'enquête spéciale sans l'officier de l'IPS Kunwar Vijay Pratap Singh, qui a démissionné peu de temps après.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

La décision du HC a provoqué des troubles au Congrès, les hommes du parti la qualifiant de perte énorme de la face pour le gouvernement de l'État qui avait promis de traduire l'accusé en justice à la fois dans le sacrilège et dans l'affaire de licenciement lorsque il a été élu en 2017.

Les projecteurs sont désormais braqués sur les nouvelles équipes spéciales d'enquête (SIT) formées par le gouvernement pour enquêter sur les cas. Les nouveaux SIT se livrent à une course contre la montre pour mener à bien les affaires remontant à 2015, alors que le Pendjab se rapproche des élections législatives au début de l'année prochaine.

Un regard sur les nouveaux SIT et comment les choses se sont déroulées alors que le haut commandement du Congrès a mis en place un panel de trois membres au milieu des critiques virulentes du gouvernement sur la question de la part de divers dirigeants du Congrès.

Newsletter | Cliquez pour obtenir les meilleurs explications du jour dans votre boîte de réception

Combien de SIT examinent actuellement les cas ? Quelles affaires ont été confiées à chacun d'entre eux ?

Actuellement, trois SIT enquêtent sur les cas de sacrilèges et de licenciements de policiers de 2015 lorsque le gouvernement Akali était aux commandes.

* Un SIT dirigé par l'inspecteur général de la police Border Range Amritsar S P S Parmar enquête sur le cas de vol de copie (bir) de Guru Granth Sahib d'un gurdwara à Burj Jawahar Singh Wala (FIR du 2 juin 2015) ; le cas des affiches manuscrites sacrilèges et injurieuses dans le village de Bargari (FIR du 25 septembre 2015) ; et le cas des pages déchirées retrouvées éparpillées dans le village de Bargari (FIR du 12 octobre 2015). Le SIT dirigé par Parmar s'est vu confier l'enquête sur ces affaires après que l'ordonnance de la Haute Cour de janvier a demandé au gouvernement du Pendjab de remplacer Ranbir Singh Khatra, puis DIG à la tête du SIT, par un autre officier à la suite d'une requête du disciple de dera Sukhjinder Singh, un accusé dans les trois cas. Le tribunal avait toutefois souligné qu'il ne bafouait pas l'enquête menée par Khatra.

* Un SIT dirigé par l'ADGP/Bureau de vigilance L K Yadav enquête sur l'incident de tir de Kotkapura (FIR du 14 octobre 2015 et du 7 août 2018). Le SIT dirigé par Yadav a été formé le 7 mai et chargé de l'enquête après que la Haute Cour a annulé les enquêtes et l'acte d'accusation déposés par l'ancien IG Kunwar Vijay Pratap Singh, qui dirigeait le SIT constitué par le gouvernement du Capt Amarinder pour enquêter sur l'affaire. L'ordonnance du tribunal, qui a également ordonné que Kunwar Vijay ne fasse pas partie du nouveau SIT, fait suite à une requête déposée par l'ancien officier de Kotkapura Station House, Gurdeep Singh, qui était à la fois le plaignant et l'enquêteur de la FIR enregistrée en 2015 et a été rendue un prévenu au FIR enregistré en 2018.

* Un SIT dirigé par l'inspecteur général de Ludhiana Range Naunihal Singh a été chargé d'enquêter sur l'incident de tir de la police de Behbal Kalan au cours duquel deux manifestants anti-sacrilège ont été tués et deux FIR, l'un daté du 14 octobre 2015 (en vertu de diverses sections du Code pénal indien, dont 307 ( tentative de meurtre) et des articles de la loi sur les armes et de la loi sur la prévention des dommages causés à la propriété publique) et d'autres en date du 21 octobre 2015 pour meurtre et en vertu des articles de la loi sur les armes, ont été enregistrés. Le SIT dirigé par Naunihal Singh a été constitué le 15 mai, après la retraite volontaire de Kunwar Vijay qui enquêtait sur l'affaire.

Le coronavirus expliqué

Cliquez ici pour en savoir plus

Quels progrès ont été réalisés par les trois SIT ?

SIT dirigé par IG Parmar : Dans ce qu'il appelle sa « grève chirurgicale » réalisée dans le « secret le plus complet », le SIT dirigé par IG Parmar a arrêté le 16 mai six partisans de Dera en lien avec les affaires de sacrilège. Les six personnes arrêtées font partie de celles qui auraient été impliquées dans trois affaires de sacrilège par le SIT dirigé par Khatra.

En se référant à l'enquête de Khatra, la commission d'enquête du juge Ranjit Singh (ret) qui a enquêté sur les cas de sacrilège et de licenciement de la police et a soumis un rapport au gouvernement le 30 juin 2018 avait documenté le rôle de chacun en détail. CBI, à qui les dossiers ont été remis par l'ancien gouvernement Akali en octobre 2015, avait déposé un rapport de clôture dans les trois dossiers le 4 juillet 2019.

* SIT dirigé par ADGP Yadav : Lundi, le SIT a interrogé l'ancien DGP du Pendjab Sumedh Singh Saini dans le cadre de l'affaire de licenciement de Kotkapura. L'officier controversé, Saini, était DGP de l'État au moment de l'incident, avant d'être limogé à la suite d'une indignation massive face aux sacrilèges et aux tirs de la police. Le SIT a interrogé Saini, qui a pris sa retraite en juin 2018, pendant quatre heures et il y a des chances qu'il soit à nouveau convoqué pour un interrogatoire. Le même jour, le SIT a également interrogé Iqbal Preet Singh Sahota et Rohit Choudhary, les officiers ayant le grade de DGP spécial. Plus tôt, jeudi 27 mai, les membres du SIT se sont rendus à Faridkot et ont enregistré les déclarations d'une centaine de personnes, poursuivant leur interrogatoire jusqu'à la nuit et reprenant le lendemain. Yadav avait visité le site de l'incident le 13 mai, moins d'une semaine après avoir pris le relais.

* SIT dirigé par IG Naunihal : Le SIT est pris dans un “bourbier juridique” à partir de maintenant, selon une source, qui a ajouté qu'il étudiait la documentation en détail” pour “établir une plate-forme pour commencer l'enquête, s'il y avait suffisamment de motifs pour la même”. La source a déclaré que le SIT “obtenait les questions des feuilles d'accusation déposées dans l'affaire Behbal Kalan et les sursis et les instructions sur les demandes faites par l'accusé”. comment la rébellion a germé, que fait-on

Qui sont les six partisans de Dera arrêtés par le SIT dirigé par IG Parmar ? Quels sont leurs rôles présumés ?

* Sukhjinder Singh alias Sunny Kanda, un résident de Kotkapura qui dirigeait auparavant une entreprise laitière mais travaillait actuellement comme électricien et amp; plombier” Selon le SIT, il était l'homme le plus digne de confiance du disciple de dera Mohinder Pal Bittu, l'accusé clé dans les affaires qui a été tué dans la prison de Nabha le 22 juin 2019 et “est impliqué dans les trois cas de sacrilège”. #8221;.

* Shakti Singh, un habitant de Daggo Romana, « est charpentier et impliqué dans les trois cas de sacrilège ».

* alias Ranjit Singh Bhola, un résident de Kotkapura, “travaille comme agent d'assurance à Shri Muktsar Sahib et” également impliqué dans les trois cas de sacrilège”.

* Baljit Singh, un résident de Sikhan Wala, “est un ouvrier” et “également impliqué dans les trois cas de sacrilège”.

* Nishan Singh, un résident de Kotkapura, ” a une entreprise de meubles à Kotkapura et est impliqué dans ” deux cas de sacrilège “.

* Pardeep Singh alias Raju Dhodhi, & #8220; possède une laiterie près de sa maison et a été impliqué dans “un incident de sacrilège”.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières actualités Explained, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd