Comment la deuxième vague de la pandémie de Covid-19 a ravagé l'Inde rurale

0
101

Même si le pire semble passé dans de nombreuses régions, la dévastation des derniers mois, la fatigue des quarts de travail épuisants depuis plus d'un an et la peur d'une troisième vague ont laissé de nombreux affligé. (Illustration de Bivash Barua)

Vers la deuxième semaine d'avril, Suraj (nom changé), un superviseur de service dans un hôpital public de 1 500 lits à Saifai, Etawah, est sorti pour une rare pause. Le nombre de cas quotidiens dans l'Uttar Pradesh était alors de près de 10 000 par jour. Bientôt, il a vu approcher un bus avec 70 patients atteints de COVID-19, la plupart âgés de plus de 60 ans. « J'ai senti mes oreilles chauffer. L'hôpital regorgeait déjà de patients. Cela faisait 45 jours que je n'avais pas pris un jour de congé, et porter l'équipement EPI pendant six à sept heures par jour me donnait la nausée et me désorientait, mais les patients continuaient à affluer », explique la femme de 24 ans.

Inscrivez-vous maintenant. C'est gratuit.Inscrivez-vous pour continuer à lire cette histoire gratuitement.
Connectez-vous si déjà un utilisateur enregistré.Email/Mobile:ContinueOUContinuer avec Facebook< img src="https://indianexpress.com/wp-content/themes/indianexpress/images/pcl/google-logo.png" />Continuer avec GoogleDéjà membre ? Connectez-vous

À la mi-mai, à environ 1 200 km de là, Swapnil (nom changé), un médecin résident principal du district d'Alipurduar au Bengale occidental, près de la frontière du Bhoutan, a vu cinq patients atteints de COVID-19 mourir en quelques heures pendant son quart de nuit. « Les élections venaient de se terminer et je n'ai pas pu m'empêcher de blâmer la campagne et les sondages pour la vague de décès dans l'État. Examens, élections, mariages, tout est inutile dans ces moments-là », explique le trentenaire.

Après avoir laissé une traînée de mort et de misère dans les grands métros, alors que la deuxième vague déchaînée de COVID-19 commençait à ravager les zones rurales mal équipées de l'Inde depuis avril de cette année, les 3,8 millions de personnels de santé du pays (National Sample Survey Office, janvier 2016 ) s'est retrouvé à se démener pour traiter les patients, tout en faisant face à une grave pénurie d'oxygène, de médicaments et de lits salvateurs. Même si le pire semble être passé dans de nombreuses régions, la dévastation des derniers mois, la fatigue des quarts de travail épuisants depuis plus d'un an et la peur d'une troisième vague ont laissé beaucoup de personnes en détresse.

https://images. indianexpress.com/2020/08/1×1.png

L'Uttar Pradesh a fait plus de 20 600 décès depuis la pandémie de l'année dernière, jusqu'à maintenant. Avec plus de 99 000 décès au cours de la même période, le Maharashtra a enregistré le plus grand nombre de décès du pays. Le Karnataka a signalé plus de 29 500 décès et le Bengale occidental en comptait plus de 15 800 à cette époque, tandis que le nombre de morts au Bihar s'élevait à plus de 5 200. Suraj blâme la désinformation et la peur, entre autres facteurs, pour de nombreux décès dus au COVID.

Le Dr Arvind Kumar Singh, qui travaille à l'Institut des sciences médicales Vardhman dans le district de Nalanda au Bihar, est d'accord avec lui. « Les gens ne veulent pas se faire tester, ils se soignent eux-mêmes et doutent des médecins à chaque étape. J'ai eu des patients qui prenaient des pilules d'ivermectine (utilisées pour traiter les infections parasitaires) sans jamais consulter de médecin », explique le Dr Singh.

Au Bengale voisin, dit Swapnil, ce qui l'a le plus dérangé, ce sont les foules dans les grands rassemblements électoraux, sans masques, tout au long des mois de mars et avril. «Nous savions que nous serions submergés de patients après le 2 mai (le jour des résultats). Et c'est ce qui s'est passé. Avec 250 lits, le nôtre est le plus grand hôpital public du district et nos patients sont parmi les plus pauvres de la région. Les voir mourir nous a fait nous sentir impuissants », dit-il.

< img src="https://images.indianexpress.com/2014/03/kashmir.jpg?resize=600,334" /> Des agents de santé transportant des vaccins descendent une colline lors d'une campagne de vaccination contre Covid-19 dans le village de Doodkulan, au sud de Srinagar, samedi 5 juin 2021. (Photo AP : Dar Yasin)

La « pénurie de tout », y compris de personnel, avait également fait des ravages. « Avec la deuxième vague, plus de 50 % de notre personnel a été infecté. Les médecins devaient doubler en tant qu'infirmières, techniciens et garçons de salle. Tout le monde ne peut pas faire fonctionner des équipements tels que des ventilateurs et nous avons finalement dû former des personnes par roulement. Le gouvernement faisait tout ce qu'il pouvait, mais la gravité de l'infection et le volume de patients – ek jaa raha thha aur ek aa raha thha (l'un est parti et l'autre est entré) – a pesé sur tout le monde », explique le Dr Singh.

Pendant ce temps, début mai, lorsque 23 patients sont décédés dans un établissement COVID-19 du district de Chamarajanagar au Karnataka, prétendument à cause d'une pénurie d'oxygène médical, Yogesh CB était occupé à vérifier les niveaux de sucre et les signes vitaux des patients infectés dans un centre de soins COVID à le taluka Kollegal du district. L'incident a sonné l'alarme dans tout le centre, admet l'infirmière de 35 ans. Le nombre élevé de morts et le nombre de cas quotidiens du Karnataka – qui continue d'être supérieur à 20 000 par jour – l'ont toujours placé parmi les cinq États les plus touchés au cours de la deuxième vague de la pandémie.

« Il n'y avait pas une telle pénurie dans notre établissement, mais les proches des patients sont devenus très agressifs. Ils n'étaient pas autorisés dans les services COVID et ils ont commencé à demander des mises à jour toutes les heures. Dans chaque quart de travail, il y a deux infirmières et nous sommes un centre de 100 lits. Il était impossible de mettre à jour les familles et aussi de faire notre travail. Les patients viennent des villages voisins. Ils ont peu de connaissances sur COVID-19 et veulent des résultats immédiats. Il est très difficile de gérer de telles attentes », explique Yogesh.

Le Dr Singh, lui aussi, est confronté à des situations similaires lorsque « les familles quittent le patient et fuient car elles ont peur de contracter la maladie. Ou, ils se querellent avec nous après la mort et ne nous laissent pas emballer les corps dans des sacs et suivre les protocoles COVID-19. Dans les deux cas, cela devient difficile pour nous », explique le Dr Singh.

La semaine dernière, une vidéo d'un médecin en service COVID-19 à Assam, qui le montrait brutalement frappé et battu par des proches d'un patient décédé dans l'établissement de santé, a fait surface sur les réseaux sociaux. Jusqu'à présent, la police a arrêté 24 personnes qui auraient été impliquées dans l'incident.

Pour ceux du service COVID-19, c'est l'isolement qui est troublant. « Dans les services, les gens sont seuls pendant des jours. Ils voient des vidéos de tas de corps incinérés ensemble, des corps jetés sur les berges des rivières, et ils n'ont personne pour confirmer ou infirmer ces rapports. L'isolement et la peur les tuent en premier. Les autres, qui n'ont pas de téléphone, voient des patients mourir à côté d'eux. J'ai vu des étrangers frissonner et pleurer lorsque des patients vivant avec eux dans le service décèdent », explique Suraj.

Des ouvriers à salaire journalier portant des masques faciaux attendent de travailler à Dharmsala, Samedi 5 juin 2021. (Photo AP : Ashwini Bhatia)

Parfois, la situation devient également incontrôlable. « Au plus fort de la deuxième vague, nous avons vu des gens essayer de fuir les services. Une nuit, j'ai dû mettre un cadenas sur la salle de l'extérieur. Cela a rendu beaucoup de gens anxieux, mais je n'avais pas le choix. Leurs familles m'auraient tué le lendemain s'ils ne les avaient pas trouvés », explique Suraj.

En tant que superviseur de service, en plus d'organiser les lits et de surveiller régulièrement les patients, Suraj doit également leur fournir des repas réguliers. Chaque service COVID du centre compte deux garçons de service et 35 lits. « Nous avons trois repas fixes, en plus des collations comme du thé, du kadha et 100 g de fruits secs. Une semaine, un message sur les avantages du kaju et du kishmish dans le traitement du COVID-19 a commencé à faire le tour des réseaux sociaux, et les patients ont commencé à les exiger à chaque repas », dit-il.

Mais ce sont les décès, ajoute Suraj, notamment de jeunes, qui lui donnent des nuits blanches. « Une fois, un garçon de mon âge avait emprunté mon téléphone pour passer un appel vidéo à ses parents. Nous avons parlé longtemps puis je l'ai quitté vers minuit. Lorsque je me suis présenté au travail à 8 heures du matin le lendemain, il était parti. J'ai vu des rangées entières de patients, au moins 10 d'entre eux, s'effondrer en même temps », dit-il.

À l'intérieur des services également, la conversation n'apporte que peu de soulagement. «Ce n'est que COVID! COVID! COVID! Nous avons maintenant un patient atteint de champignons noirs en soins intensifs. Comme COVID, personne n'en sait rien non plus, par baatein nahi rukti (Les conversations ne s'arrêtent pas) », dit-il.

“Je n'ai jamais craint la mort”, déclare le Dr Singh, mais lorsqu'il a été testé positif fin avril, il s'est inquiété pour sa famille. «Je ne suis pas rentré chez moi à Patna pendant des jours et je suis resté à la faculté de médecine. Je ne voulais pas infecter ma femme et mon enfant. J'ai aussi arrêté de sortir sur le campus. Mes symptômes n'étaient pas trop graves et je n'ai pris que des comprimés de vitamine C et de zinc. Aucun médicament ne peut guérir le COVID-19 et j'ai été infecté malgré la vaccination », explique le Dr Singh.

Yogesh assure également une distance sociale avec sa famille depuis plus d'un an. Mais malgré ses efforts, il a été testé positif quelques jours seulement après l'incident de Chamrajnagar. «Je savais qu'il n'y avait pas de pénurie de médicaments et d'oxygène dans notre centre, mais j'avais peur parce que ma femme et ma fille de cinq ans ont également été testées positives pour le virus. Je peux continuer à faire mon devoir et ma famille m'a toujours soutenu, mais je ne pouvais pas ignorer l'idée que je les avais infectés. Toute la période de 14 jours de la maladie était un test », explique Yogesh, qui fait partie des 45 infirmières de l'établissement COVID de 150 lits.

Les rondes régulières en équipement EPI dans la chaleur accablante d'avril à mai ont ajouté à ses malheurs physiques, dit Suraj, “J'ai vu mes collègues s'évanouir de déshydratation.”

“Même lorsque nous entendons parler de collègues perdants leurs proches et les voir s'effondrer, nous ne pouvons pas nous approcher d'eux. Pendant plus d'un an, je suis resté coincé dans ma chambre après le travail, à suivre la même routine de désinfection tous les soirs, notamment en utilisant une machine UV pour désinfecter les porte-clés, le portefeuille, etc. », explique Swapnil.

Les chauffeurs d'ambulance qui transportent des patients Covid-19 s'arrêtent entre leurs déplacements à Kochi, Kerala, vendredi 4 juin , 2021. (Photo AP : RS Iyer)

La plupart des travailleurs de la santé dans les zones rurales ont admis avoir rencontré des problèmes d'infrastructure en avril-mai – du manque de lits, de ventilateurs et de kits de test à l'accès à l'oxygène – mais ont refusé de témoigner par crainte de représailles. À l'installation de Saifai, Suraj dit qu'une usine d'oxygène a été installée récemment pour répondre aux préoccupations de pénurie. A Alipurduar, Swapnil affirme que “la vaccination aide à réduire le nombre de cas”, et, à Kollegal, où la situation “est sous contrôle”, blâmer les autorités n'aidera pas, dit l'infirmière Yogesh.

Mais ils admettent tous que la deuxième vague a été une vérification de la réalité pour les systèmes de santé ruraux du pays et a souligné la nécessité d'y investir davantage. La semaine dernière, près de 3 000 jeunes médecins se sont mis en grève dans le Madhya Pradesh pour exiger, entre autres, une augmentation de leur allocation et un traitement gratuit pour eux et leurs familles s'ils contractent le COVID-19.

L'absence de tout un moyen de briser le « cycle du stress et de la dépression » a aggravé les choses. “Avant la pandémie, les voyages m'aidaient à gérer le stress de ma profession, mais maintenant ce n'est plus possible”, explique Swapnil, dont la famille reste à Siliguri.

En attendant, ces travailleurs de première ligne ont trouvé de petits moments de répit pour garder le cap. Alors que le Dr Singh s'est mis à l'écoute de ses mélodies préférées des années 90 d'Alka Yagnik et d'Udit Narayan après un quart de travail chargé, Swapnil s'est mis au badminton, “un jeu qui assure la distanciation sociale”. «Je veux occuper un poste dans une plus grande ville bientôt, peut-être Kolkata. Cela devient très solitaire et stressant dans ces régions. Il n'y a qu'un nombre limité de promenades en forêt que l'on peut faire », dit-il.

Yogesh, cependant, continue de garder ses distances avec sa fille, évitant tout contact direct. «Cela a été la phase la plus difficile de ma carrière», déclare Yogesh, qui est infirmière depuis plus de 10 ans. Quant à Suraj, qui continue de dormir moins de quatre heures par jour, il est reconnaissant pour le salaire mensuel de 25 000 roupies en ces temps difficiles, déclare : « Ab toh sapne bhi COVID ke hi aate hain (Même mes rêves ne sont que de COVID maintenant).

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières Eye News, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd