Manikarnika controverse: la légendaire reine et sa fiction de la représentation dans un livre interdit

0
1139

Célébrée pour sa bravoure et de patriotisme, la Reine de Jhansi, Rani Laxmibai nom brille dans les pages de l’histoire de l’inde comme l’un des premiers exemples de femmes de l’héroïsme dans le soulèvement nationaliste Indien. (Wikimedia Commons)

“Bundele Harbolo ke mooh humnein suni kahani thi, khoob ladi mardani woh ho Jhansi waali rani thi.” Les lignes de la célèbre poème “Jhansi ki Rani” par Subhadra Kumari Chauhan se traduit par “de bardes de Bundela, nous avons entendu cette histoire, elle a beaucoup combattu vaillamment, elle était la reine de Jhansi.” Célébrée pour sa bravoure et de patriotisme, la Reine de Jhansi, Rani Laxmibai nom brille dans les pages de l’histoire de l’inde comme l’un des premiers exemples de femmes de l’héroïsme dans le soulèvement nationaliste Indien. Sans surprise, la culture populaire, que ce soit sous la forme de ballades, de chansons, de poèmes, de l’art ou de théâtre, a plus et encore glorifié la vaillance de Laxmibai. Hindi film directeur, Radha Krishna Jagarlamudi, populairement connu comme Krishna, est en train de créer encore un autre morceau de la ligne artistique de “restitution” de la reine dans son prochain film, “Manikarnika: La Reine de Jhansi.”

Le film mettant en vedette Kangana Ranaut le tournage a commencé l’année dernière et dans ces derniers temps, a été attaqué par un Brahmane tenue dans le Rajasthan appelé le Sarv Brahmane Mahasabha. La tenue des revendications que le film a un “indécent représentation” de Rani Laxmibai, qui était un Brahmane. La principale objection à l’encontre d’une apparente représentation de la reine, représentée dans un livre écrit par basé à Londres, auteur, Jaishree Mishra appelé “Rani”, qui a été interdit dans l’Uttar Pradesh, en 2008 par la Mayawati, le gouvernement mené. Dans l’histoire de la fiction écrite par Mishra, Laxmibai est avéré être impliqué dans une liaison avec un officier Britannique Robert Ellis. Alors que le cinéaste a refusé toute représentation de la reine qui peuvent blesser les sentiments nationalistes, le Sarv Brahmane Mahasabha est de la conviction forte que le film sera préjudiciable à Brahmane des sentiments et des émotions.

Le film Manikarnina mettant en vedette Kangana Ranaut le tournage a commencé l’année dernière et dans ces derniers temps, a été attaqué par un Brahmane tenue dans le Rajasthan appelé le Sarv Brahmane Mahasabha.

La protestation contre le Manikarnika vient juste après la récente polémique semblable sur directeur de Sanjay Leela Bhansali est Padmavat. Cependant, à la différence du personnage de Padmavati, il n’y a jamais eu de débat sur l’historicité de Rani Laxmibai. Son existence a été prouvée par des documents historiques, et qui est donc son implication dans la lutte contre les Britanniques dans la rébellion de 1857. Fait intéressant cependant, plus de documents historiques, c’est la culture populaire qui a toujours été plus puissant dans la reconstruction de la vie et de l’époque de Rani Laxmibai. “Dans l’histoire de l’inde et de la culture, de la légende est souvent plus important que les faits, depuis les légendes proliférer spontanément par leur lien étroit withy folk ou rustique de la culture et de l’absence de leur dépendance sur les traditions littéraires”, écrit l’historien Joyce Lebra-Chapman, dans son livre, “La Rani de Jhansi: Une étude de la femelle de l’héroïsme dans l’Inde.” Dans le cas de Laxmibai par conséquent, il est de son statut comme une figure légendaire qui a combattu contre la domination étrangère, plus que ce que nous savons de sa vie qui sert de fourrage pour la création de fierté nationaliste. La protestation contre le film, par conséquent, doit être examiné comme une lutte entre des notions populaires d’une figure légendaire et la représentation des aspects de sa vie dans un livre qui va à l’encontre de ce qui est communément admis sur elle.

Manikarnika, la légendaire reine de Jhansi

Manikarnika ou Manu Bai est le nom de jeune fille de Rani Laxmibai. Elle est née en novembre 1828 à Varanasi pour une famille de Maharashtra Brahmanes. Son ascension au pic de l’Indien historique de la gloire, cependant, ne commence qu’après qu’elle se marie pour le Maharaja de Jhansi, Raja Gangâdhar Rao Newalkar et est renommé Laxmibai.

Le statut de légende attachée à Laxmibai tourne autour de la révolte de 1857, dans lequel elle est connue pour avoir joué un rôle très actif. Populairement considéré comme un tournant dans la longue histoire de la domination Britannique en Inde, la révolte de 1857 est peut-être l’un des plus écrit sur des moments de l’histoire de l’inde moderne. De débats houleux ont eu lieu au cours des années quant à savoir s’il peut être considéré comme un cas de sepoy mutinerie ou si elle a marqué la première phase du mouvement de l’indépendance Indienne. Laxmibai son rôle dans ce contexte émerge comme étant essentiel, à la fois parce qu’elle était originaire, qui participent activement à la coordination des efforts pour vaincre les Britanniques, et plus encore parce qu’elle était une femme dont l’héroïsme a été comme d’habitude poivré avec des éléments de féminité à l’honneur.

Le statut de légende attachée à Laxmibai tourne autour de la révolte de 1857, dans lequel elle est connue pour avoir joué un rôle très actif. (Wikimedia Commons)

La décennie qui a précédé la révolte de 1857, le Britannique avait annexé un certain nombre d’états princiers dans le cadre de la politique de “déchéance”. Selon la politique, les Britanniques pouvaient prendre le contrôle de ces états, dans lequel le souverain est mort sans héritier naturel. Jhansi était l’un de ces cas dans lesquels le Maharaja était mort et Rani Laxmibai a été laissé avec son fils adoptif collectives damodar, Rao, qui n’a pas pu être intronisé sur le compte de la politique Britannique. L’annexion de ces états par la British a été largement ressentie par les dirigeants Indiens comme on le voit par les mémoires de Laxmibai.

La Rani, sa participation à la révolte de 1857 doit être situé dans le contexte de l’annexion de Jhansi. Si c’était un cas de soulèvement nationaliste ou d’une règle de protection de son territoire a été débattue par les historiens depuis des années. Aussi, le débat est l’ampleur et la nature de son rôle dans le massacre des Anglais. Ce qui est certain, cependant, est le fait qu’à partir de la fin Mars à juin 1858, elle a été très impliquée dans la bataille dans les forts de Jhansi, Kalpi et Gwalior, où elle est morte en combattant.

Un personnage fictif de la représentation de la reine dans un livre interdit

En 2007, basé à Londres, l’auteur Indien, Jaishree Mishra a écrit son quatrième roman, Rani, basé sur la vie de Rani Laxmibai de Jhansi. Le plutôt lent roman commence avec Manikarnika à Varanasi, en profitant de son enfance et atteint son point culminant avec sa transformation en une ardente du souverain Britannique au cours de l’annexion de Jhansi. Cependant, contrairement à la plupart des autres comptes de figures historiques associés à 1857, Mishra du livre est une esthétique de la collaboration entre la réalité et la fiction.

Les examens de “Rani” dire que le livre est en fait très bien documenté. Les références aux monuments historiques en Jhansi et ailleurs, ainsi que archivé communication entre la reine et les Britanniques sont dispersées à travers tout le roman, faisant d’elle une pièce forte de l’histoire de l’écriture. Cependant, comme c’est le cas de la plupart des fictions historiques, le livre est aussi à l’imagination, fait plus comme un moyen de parvenir à l’attrait qu’autre chose.

En 2007, basé à Londres, l’auteur Indien, Jaishree Mishra a écrit son quatrième roman, Rani, basé sur la vie de Rani Laxmibai de Jhansi. (Amazon.com)

L’histoire de “Rani” représente Laxmibai dans une affaire romantique avec un officier Britannique du nom de Robert Ellis. Alors que les noms de deux personnages sont en fait, l’affaire de l’aveu même de l’auteur est purement fictif. Le fictionalised compte des deux personnages dans le fond de 1857 était une tentative de l’auteur d’imaginer les émotions humaines impliquées dans de tels politiquement chargé d’instances. Dans un poignant analyse du roman la recherche d’érudit K. Varun Narayanan, il dit que “le roman tente d’explorer l’époque à travers les yeux de deux personnages principaux – Rani Lakshmi Bai et les Principaux Willis; le Réactif de l’East India Company à Jhansi. Il tente de présenter le visage humain de l’ensemble de conflits, les conflits et les souffrances des gens, souvent oublié dans le glorifié comptes de sang et de la vaillance à la guerre.”

Mishra du fruit de l’imagination, cependant, était inacceptable pour de nombreux, résultant dans le livre interdit par la Mayawati, le gouvernement mené dans l’Uttar Pradesh. Il n’y a aucune preuve que pourtant, si le film à venir, Manikarnika, est en quelque sorte basé sur le roman. Ce que les motivations politiques pourrait être pour une manifestation de protestation contre le film, nous sommes encore à connaître. Ce qui est certain, c’est que c’est la représentation imaginaire de la reine dans un livre interdit qui est craint de le perturber son statut de légende.

Pour toutes les dernières Nouvelles sur la Recherche, télécharger Indian Express App