Au milieu des protestations des étudiants, J Et K le gouvernement met en garde: ne Peut pas passer des examens si faible fréquentation

0
304

Frais des manifestations étudiantes à Srinagar, mercredi. Express photo

AVEC les manifestations étudiantes de continuer à travers la Vallée pour plus d’un mois maintenant, l’état de Jammu-et-Cachemire, le gouvernement a décidé de ne pas permettre aux étudiants de passer leurs examens, s’ils tombent à court de la participation.

S’exprimant à L’Indian Express, J&K Ministre de l’Éducation Syed Altaf Boukhari a dit qu’il a demandé aux autorités de ne pas fournir de détente dans les règles. “Les examens commencent dans les écoles et les collèges. Si leur fréquentation est faible, ils (les élèves) ne sera pas autorisé à se présenter aux examens”, dit-il.

Lorsque contacté, Ghulam Nabi Itoo, Directeur de l’Enseignement Scolaire (Cachemire), a déclaré que le nombre minimum de participants requis est de 90%. “La question a été discutée lors d’une réunion d’aujourd’hui… Si un élève ne respecte pas la présence des critères, il ne sera pas autorisé à se présenter aux examens”, dit-il.

“Nous allons respecter strictement le calendrier académique, la session sera terminée à temps et les examens auront lieu sur le temps. Je ne suis pas un votary de réduire le programme à 50%, puis la réalisation d’examens”, a déclaré Boukhari.

“Le début des manifestations de Pulwama (en avril), où le personnel de sécurité de l’entrée au collège. Mais des mesures ont été prises à l’encontre de l’officier de police. Je suis incapable de comprendre pourquoi les étudiants poursuivent leurs manifestations”, a déclaré Boukhari.

Il a dit que le gouvernement a demandé aux forces de sécurité de ne pas entrer d’enseignement de l’institut. “Vous devez avoir vu… il n’y a pas un seul rapport sur les (forces de sécurité) de l’intrusion dans une école, n’importe où au Cachemire après la Pulwama incident. Nous avons émis des directives claires à ce sujet,” at-il dit.

Le ministre a déclaré que si les élèves se sont des manifestations de l’enceinte du campus, il ne serait pas un problème. “Mais quand ils sortent de leur campus, il devient une loi et l’ordre problème. J’ai fait appel aux élèves qu’ils ont un droit de manifester, mais ce droit est confiné à l’intérieur des quatre murs du campus. Au moment où vous quittez le campus et de protestation sur les routes, vous n’êtes pas des élèves et elle sera traitée comme une loi et l’ordre en question,” at-il dit.

Interrogé sur l’utilisation de fusils contre les étudiants, dans le Nord du Cachemire, mardi, Boukhari a déclaré qu’il était lourde pierre-battante et étudiants ont également ciblé les véhicules privés. “Pour la première fois, les pellets ont été utilisés hier. Mais le plus de cette question devient une affaire d’ordre public, le plus fréquent est l’utilisation de pellets. L’utilisation des granulés est faux et je le condamner. Mais que peut faire la police lors de 4 000-5 000 étudiants protestent,” dit-Bukhari.

Dire qu’il y avait environ 17 tels incidents à travers le Cachemire dans le dernier mois, Bukhari dit que les étudiants ont été confrontés à “doux” action jusqu’à présent. “Même s’ils sont arrêtés, les élèves sont libérés immédiatement, le jour même, le lendemain ou quelques jours. Jusqu’à présent, seuls deux Sapins ont été enregistrés. Le nombre d’étudiants arrêtés et libérés doivent être dans des centaines. Nous estimons qu’ils n’ont pas l’intention criminelle, mais les manifestations sont trop maintenant,” dit-il.

Bukhari dit que les étudiants ont été “trompé”, et le gouvernement savait qui était l’incitation à eux. “Nous savons pourquoi ces manifestations sont en train d’arriver. Je ne veux pas les nommer… tu penses que c’est si facile… un jour, il arrive dans Magam, puis dans Handwara, puis dans un autre domaine. Ils sont induits en erreur et qu’ils (les élèves) ont pour comprendre cela,” at-il dit.

Interrogé sur les mesures préventives prises par le gouvernement, Bukhari dit counseling a été fait par les parents, les enseignants et les directeurs d’école. “Notre préoccupation majeure est sur le conseil… nous veillerons également à ce que tous les étudiants qui ont moins de présence ne sera pas permettre de passer leurs examens”, dit-il.

“Nous avons à proximité de certains instituts à cause de ce problème… à Cause de certains élèves, tous d’entre eux sont punis. Si il y a une manifestation dans toute l’école, les autres élèves doivent identifier les responsables”, a déclaré Boukhari.