Beidou et Galileo veulent tolérer

0
52

La chine Satellitennavigationsnetz “Beidou” est maintenant à plein Régime. En dépit des Frictions avec le Système européen Galileo prédominent, selon les Experts, les Avantages de plusieurs Systèmes.

La Chine Beidou-Système

Fin Juillet, a annoncé la Chine, le Président Xi Jinping lors d’une Cérémonie dans la Grande Salle du Peuple, le Début de la mise en exploitation complète du chinois par satellite système de Navigation “Beidou”. Il s’agit de la Fin de la 3. et dernière Phase, composée de près de 35 pleinement opérationnel des Satellites. Beidou est la Constellation de “le Grand Chariot” nommé. Il est d’ores et déjà plus de la Moitié de tous les Pays dans l’Utilisation, a déclaré un Außenamtssprecher. Auparavant, la Chine avait à la Fin de Juin dernier, par manque de Chaînes pour “Beidou 3” en Orbite apporté.Le système de Navigation Beidou est potentiellement en Concurrence avec le GPS américain, le Glonass russe et européen Galileo.

Départ de la dernière Beidou-Satellite dans le 23.06.2020

Coopération avec Galileo a échoué

Souhaitait à l’origine, la Chine a Galileo participer. En Octobre 2004, un accord de Coopération entre les deux parties a été signé. Avec un Investissement de 200 Millions d’Euros, serait de Pékin, le principal pays Partenaire du Projet Galileo a été. Mais il est vite est devenu clair que la Chine et l’Europe varie d’une Idée de cette Collaboration.

Les acteurs européens les Entreprises, il s’agit de l’amélioration de l’Accès aux lucratifs chinois des Transports et de Communications, en Chine pour le transfert de technologie. Car au Début des Années 2000, avaient Ingénieurs chinois encore des Difficultés, de manière autonome à développer un tel Système.

Robert Weber, spécialiste de la Navigation par satellite à l’Université Technique de Vienne, a déclaré à la DW, qu’à cette époque, surtout des problèmes de Sécurité des états-UNIS a donné. “Ainsi, en Chine, une Contribution financière exigée, mais il a été, de fait, pas d’Informations techniques proposées. Ainsi, c’était l’affaire a éclaté.”

Pékin Système déjà prévu de longue date

Weber souligne également que, Beidou prévu dès le Début était. En s’ouvrant au Projet Galileo auraient les Chinois avec les obtenu les Données de votre propre Projet facile et plus rapide à réaliser.

Effectivement riches, les Plans pour une salle de chinois de navigation par satellite jusqu’au Début des Années 90, avant même d’être européen Galileo, le Projet est à l’étude avait. C’était il y a quelques Années, dans les médias d’etat chinois à lire, que la précision des Missiles des états-UNIS dans la guerre du Golfe en 1990/91 contre l’Irak ont été utilisés, la Direction de Pékin “impressionné” auraient. L’Armée chinoise a pas du GPS américain de conditionner. C’est ainsi que la Chine, à l’Automne 2000 son premier Beidou-Satellites dans l’espace manquait.

Quatre existants Systèmes de navigation par satellite: Galileo (Photo), un GPS, Beidou et Glonass

Conflit avec Galileo, en raison de Fréquences

Le premier satellite-test du Système Galileo est venu, en revanche, en 2005, dans l’espace. Pour environ 30 Satellites de Galileo, le désormais dans leurs Positions respectives ont été mis en résulte maintenant le Problème suivant: Les Fréquences, qui a besoin de Galileo, sont en partie à des Beidou-Satellite occupe.

Pour l’Europe est ennuyeux, car, d’après les Règles Internationales Fernmeldeagentur UIT était chinois, le Droit d’usage n’est pas répréhensible. Günter Hein, Satellitennavigationschef pour Galileo de l’ESA, l’agence Spatiale entre 2008 et 2014, a déclaré dans un Entretien avec DW, que les Européens, selon les Règles internationales, les chinois Frequenzbelegung devraient reconnaître. “Pour des raisons de Sécurité, l’Europe a, à l’égard de la Chine a exprimé le Désir, la Frequenzbelegung de changer. Cela n’a malheureusement pas. Les très longues Négociations, auxquelles j’ai participé, ont abouti à aucun Résultat.”

Particulièrement contestable sont ceux qui ont des Fréquences de l’état, de la Sécurité et de Sauvetage utilisés. Bien qu’il existe des Possibilités techniques, que les deux Systèmes, avec les mêmes Fréquences. Mais si, par Exemple, Beidou, de manière ciblée, perturbé serait aussi Galileo affectée.

“Oui, le Problème est toujours là. Mais nous pouvons faire notre vie. Aussi parce que l’Europe est la deuxième Génération de Galileo nouvellement développé et permettra de résoudre le Problème”, dit cependant, Günter Hein.

Matthias Petschke, auprès de la Commission européenne pour le Système Galileo compétent, croit à une Solution du Problème. Le processus de Rapprochement avec la Chine, d’aller toujours plus loin. En outre, la Chine, depuis 2015, quelques Changements Beidou apportées, pour l’existant Frequenzüberlappung de continuer à réduire.

(Archives) Un Galileo par Satellite est à Brême monté

La coopération des Systèmes avec des Restrictions

Les Autorités chinoises mentionnent le Différend autour de la Fréquence de pas, ou presque pas. Beidou porte-parole de Ran Chengqi a réaffirmé la Semaine dernière, qu’il entre, GPS, Glonass, Galileo et Beidou “énorme Potentiel de Coopération” donne. Comme Exemple, il a mentionné que la plupart des Smartphones de nos jours à la fois Beidou – comme le GPS et Galileo signal. “Seuls les iPhones fermer Beidou-Signaux. Mais tôt ou tard, Apple aussi faire le pas, parce que Beidou est un bon Système.”

Selon Günter Hein, cette Interopérabilité Résultat de longues Négociations. “Dans des Zones civiles, il n’y a presque pas de Galileo ou Beidou-Récepteur plus. Tous les Appareils sont dits Multi-Destinataires.”

Robert Weber, de l’Université Technique de Vienne fait l’éloge de la Coopération entre les quatre systèmes de navigation par satellite dans le Domaine civil. “Cela conduit à une plus grande précision de positionnement et surtout à un meilleur Positionnement dans signalabgeschatteten Régions.” Toutefois, il existait des cas de Signaux cryptés grandes préoccupations de Sécurité des deux Côtés. “Il n’y a pas de Coopération possible. Ces problèmes de Sécurité sont évidemment aussi entre Galileo, d’une part, et le GPS ou Glonass, d’autre part.”