CAA viole structure de base: le Kerala est le premier état à se déplacer SC contre la nouvelle loi

0
50

Kerala Ministre En Chef Pinarayi Vijayan

Défi de la Citoyenneté (Loi sur la Modification et le qualifiant de “discriminatoire” et un “colourable de la législation”, le gouvernement du Kerala a été le premier état à se déplacer à la Cour Suprême mardi, l’invitant à déclarer la loi promulguée par le Parlement à une violation de la Constitution, sa structure de base de la règle et des principes laïques.

La pétition a été déposée deux semaines après le Kerala Assemblée a adopté une résolution exigeant que la nouvelle loi sur la nationalité, être mis au rebut.

Citant la compétence exclusive de la Cour Suprême, le grief déposé en vertu de l’Article 131 de la Constitution dit que “conformément au mandat de l’Article 256 de la Constitution, l’État Demandeur sera contraint de s’assurer de la conformité de la Contestée loi modifiant la Loi sur les Règles et les Ordres, qui sont manifestement arbitraire, déraisonnable, irrationnel et de la violation des droits fondamentaux. Ainsi, il existe un différend, comportant des questions de droit et de fait, entre le Demandeur de l’État du Kerala et le défendeur de l’Union de l’Inde, concernant l’application des droits légaux en tant qu’Etat et en tant que bien pour la mise en application de la fondamentale, légales et constitutionnelles juridique des droits des habitants de l’État du Kerala”.

Article 131 stipule que “sous réserve des dispositions de la présente Constitution, la Cour Suprême, à l’exclusion de toute autre juridiction, le pouvoir de juridiction en cas de litige (1) entre le Gouvernement de l’Inde et un ou plusieurs États; ou (2) entre le Gouvernement de l’Inde et de tout État ou les États sur un côté et un ou plusieurs autres États de l’autre; ou (3) entre deux ou plusieurs États, si et dans la mesure où le litige porte sur toute question de droit ou de fait) sur l’existence ou l’étendue d’un droit dépend: à Condition que ladite compétence ne s’étend pas à un litige découlant d’un traité, convention, pacte, l’engagement, ou d’un autre instrument semblable, qui, ayant été conclu ou exécuté avant l’entrée en vigueur de la présente Constitution, continue dans son fonctionnement après un tel début, ou qui prévoit que cette compétence ne s’étend pas à un tel différend”.

Expliqué

Importance de l’Article 131

Art 32 sur l’application des droits a été cité dans d’autres CAA pétitions. Seul l’Art 131 donne SC compétence exclusive pour régler les différends entre le Centre et un ou plusieurs États; entre Centre et de tout État ou les États sur un côté et un ou plusieurs autres États de l’autre; entre deux ou plusieurs Etats.

Le moyen, dit un costume dans les termes de l’Article 131 “entacher la légalité d’une Législation Centrale d’un Etat membre de l’Union est facile à entretenir dans le point de vue de la loi établie par la Cour Suprême dans l’Etat de Jharkhand vs État de Bihar et l’Autre en 2015.

Le Kerala a également contesté le Passeport (à l’Entrée de l’Inde) Modification des Règles, 2015; les Étrangers (Amendment) Order, 2015; Passeport (à l’Entrée de l’Inde) Modification des Règles, 2016; et, les Étrangers (Amendment) Order, 2016.

Le moyen, dit la CAA et des modifications aux Règles sur le Passeport et les Étrangers de l’Ordre sont “classe législations rabâcher, interalia, sur l’identité religieuse d’un individu, ce qui serait contraire aux principes de la laïcité, qui a été reconnue à plusieurs reprises par cette Honorable Cour comme une structure de base de la Constitution”.

“La même à faire de la religion et le pays d’origine de la personne des critères pour l’octroi de la citoyenneté et de la suite dans les classifications fondées sur la religion et basées sur le pays, les deux classifications étant apparemment et manifestement discriminatoire, arbitraire, déraisonnable et n’ont pas rationnel en lien avec l’objectif visé”.

Une législation discriminatoire sur la base d’une valeur intrinsèque et de base trait de caractère d’un individu ne peut pas former un raisonnable classification basée sur une intelligible differentia, l’état dit, ajoutant que le “religieux classification apporté viole le double test de classement en vertu de l’Article 14, dont la protection n’est pas limitée ou restreinte aux Citoyens seul et s’étend à toutes les personnes”.

Le moyen soutenait que la CAA, Passeport Règles et les Étrangers de l’Ordre “est une colourable des lois, d’autant qu’il y a une interdiction Constitutionnelle de fait de la législation en violation de la laïcité de la Constitution; mais, en dépit de même, le Législateur a édicté elle”.

Il a dit il n’y a aucune justification en regroupant, pour l’application de ces modifications, les trois pays du Pakistan, de l’Afghanistan et du Bangladesh. “Un tel regroupement ne repose pas sur une justification de principe justifiant une spéciale de traitement de l’irrationnel choisi la classe des minorités religieuses face à la persécution sur la base de la religion qui y est.”

“Il n’y a pas de raison de ne pas étendre les droits conférés à une classe de minorités au Pakistan, en Afghanistan et au Bangladesh pour les minorités religieuses appartenant au dit pays de Sri Lanka, le Myanmar, le Népal et le Bhoutan” et cela, dit-il, était une violation de l’Article 14.

Les dispositions ont été “discriminatoire dans la mesure où elle ne couvre qu’une classe de minorités à partir d’une classe de pays partage des frontières avec l’Inde et à qui et à partir de là ont été des migrations transfrontalières”. Ils “donnent sur d’autres auraient persécuté les minorités religieuses et les minorités sectes qui y sont tels que Ahmaddiyas, les Chiites et les Hazaras”.

Ils donnent également sur les questions de la Rohingya au Myanmar et les Musulmans du Sri Lanka, qui, dit-il, sont aussi infimes minorités dans les deux pays.

Le gouvernement du Kerala a dit “tous les persécutions ne sont pas uniquement fondées sur des motifs religieux seuls et sont, pour des raisons comme l’appartenance ethnique, linguistique, etc”, mais que les amendements “ne couvrent pas les persécutions sur la base de l’ethnicité, de la linguistique, etc, même dans la classe dit des trois pays”.

“Ils ne couvrent pas les questions ethniques de Balochs, les Sindhis, Pakhtuns et Mohajirs au Pakistan et les Biharis au Bangladesh… en Outre, la Contestée Loi ne couvre pas la composition ethnique et linguistique des problèmes de Tamouls au Sri Lanka. L’Contestée Modification de la Loi et des Règles et des Ordonnances autres donnent sur les questions ethniques Indiens en Malaisie et les îles Fidji. La Diaspora Indienne en Malaisie et les îles Fidji sont les descendants de ces Indiens qui ont migré il y a dans la recherche de travail ou portées à cet égard que les travailleurs sous contrat lorsque celles-ci étaient colonies Britanniques”.

Les modifications, l’etat a dit, aussi que “violer les obligations internationales de l’Inde au titre des Articles 14 (qui prévoit que chacun a le droit de chercher et de trouver dans d’autres pays de l’asile contre la persécution) et 15 (qui prévoit que chacun a le droit à une nationalité et que nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité ni du droit de changer de nationalité) de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de l’Article 26 (qui prévoit que toutes les personnes sont égales devant la loi, que toutes les personnes ont droit sans discrimination à une égale protection de la loi et que la loi doit interdire toute discrimination et garantir à toutes les personnes une protection égale et efficace contre toute discrimination, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou autre, l’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou autre statut) du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques”.

Pour toutes les dernières Nouvelles de l’Inde, télécharger Indian Express App