Va me déclarer Musulman si la CABINE obtient le Parlement nod: le Militant Dure Mander

0
45

Dure Mander (à gauche) lors d’un séminaire à Mumbai. (photo d’archives)

Ancien officier IAS et militant des droits humains Dure Mander a déclaré mardi qu’il allait se déclarer officiellement en lui-même en tant que Musulman, si le Parlement adopte le projet d’Amendement de la Citoyenneté. Mander a également dit qu’il allait refuser de soumettre des documents pour le registre national des citoyens (CNRC) de l’exercice.

“Je vais enfin la demande de la même peine, comme tout les sans papiers Musulmane, le centre de détention & retirée de la citoyenneté. Se joindre à cette désobéissance civile”, dit-il dans un tweet.

Après plus de sept heures de débats houleux, le Lok Sabha adopté le projet de Loi sur le coup de minuit par une division de la voix avec le 311 pour et 80 contre. Le projet de Loi est susceptible d’être déposé dans le Rajya Sabha, mercredi.

Plus tôt dans une interview avec Sada Fois, Mander, a déclaré le projet d’Amendement de la Citoyenneté et National CNRC permettrait de retrouver “les souvenirs et les angoisses de la partition”.

Mander a accusé le PARTI de l’exercice de la national CNRC pour les Musulmans seulement après la protection de ceux des autres communautés par le biais de la CABINE.

“Laissons de côté la politique et de la légalité questions pour un moment. Juste le manque de compassion sur ce que vous faites pour des millions de personnes les plus pauvres. comment l’état peut créer quelque chose comme une catastrophe qui ne semble pas avoir de fin.

“BJP du plan de jeu sera d’abord de créer une voie pour la protection des gens de tous les autres de l’identité religieuse à l’exception des Musulmans à travers la CABINE et puis nationale du CNRC. Effectivement ce que vous dites il y a un va être un ressortissant du CNRC pour les Musulmans. Destructeur de tout ce que nous croyons que les Indiens,” il a dit à Sada Fois.

Effacé, mercredi dernier, par l’Union du Cabinet, le projet de Loi vise à fournir des Indiens de la citoyenneté pour les Hindous, les Sikhs, les Bouddhistes, les Chrétiens, les Jaïns et les Parsis — il laisse de côté les Musulmans — qui sont entrés dans le pays à partir de Pakistan, au Bangladesh et en Afghanistan jusqu’au 31 décembre 2014.

Mander est aussi parmi la quarantaine de “citoyens concernés” qui a déplacé la Cour Suprême, lundi, la demande d’examen, de ses Ayodhya jugement.

En 2018, Mander a démissionné de son poste Spécial de la surveillance à la Commission Nationale des Droits Humains, en disant: il n’y a “aucun rôle constructif” pour lui de jouer.

Mander dit que la COMMISSION avait demandé de lui soumettre un rapport indépendant sur les “conditions des personnes réputées être des étrangers dans l’Assam, les camps de détention”. Mander a dit après le dépôt de son rapport, il a envoyé plusieurs rappels à la COMMISSION nationale des droits cherchant détails des mesures prises sur elle, mais n’avait reçu aucune réponse.

En 2017, Dur Mander commencé Karwan-e-Mohabbat pour montrer sa solidarité avec les victimes de la foule lynchage à travers le pays. Mander et de 35 personnes, dont des travailleurs sociaux et des universitaires de la tournée de l’Assam, du Jharkhand, du Karnataka, de Delhi, de Shamli, Mewat, le Rajasthan et le Gujarat, rencontrer les familles des victimes tuées dans des violences collectives.

Pour toutes les dernières Nouvelles de l’Inde, télécharger Indian Express App

© IE Médias en Ligne, les Services Pvt Ltd