“Restaurer l’internet, la fin des détentions’: Indien, Américain législateur introduit la résolution du Congrès sur le Cachemire

0
44

L’inde a défendu l’imposition de restrictions dans la Vallée du Cachemire au motif qu’ils ont été mis pour éviter le Pakistan depuis la création de plus de malice à la suite de l’abrogation de l’Article 370 du 5 août. (Express photo par Shuaib Masoodi/Fichier)

Indien de l’Amérique du Congrès Pramila Jayapal a introduit une résolution du Congrès exhorte l’Inde à la fin des restrictions sur les communications dans l’état de Jammu-et-Cachemire, aussi rapidement que possible et de préserver la liberté religieuse pour tous les résidents.

La résolution, présentée à la Chambre des Représentants, après plusieurs semaines d’efforts par Jayapal vendredi, n’a qu’un co-sponsor – le Congressiste Républicain Steve Watkins, du Kansas. C’est une simple résolution, qui ne peut être voté dans l’autre chambre, le Sénat, et n’a pas force de loi.

Avant l’introduction de la résolution, les Indiens-Américains aux usa poussait dans divers contextes contre elle. Son bureau est censé avoir reçu plus de 25 000 e-mails à partir d’Indiens-Américains, en plus des réunions en personne par plusieurs représentations de l’Indien-Américains.

Indiens-Américains détenus à des manifestations pacifiques à l’extérieur de son bureau, à l’encontre de son passage à la table de la résolution sur le Cachemire.

La résolution demande instamment à l’Inde de lever les dernières restrictions à la communication et à restaurer l’accès à internet à travers l’ensemble de l’état de Jammu-et-Cachemire, aussi rapidement que possible.

L’inde a défendu l’imposition de restrictions dans la Vallée du Cachemire au motif qu’ils ont été mis pour éviter le Pakistan à partir de la création des plus coquines via des proxys ou des terroristes, à la suite de l’abrogation de l’Article 370 du 5 août.

Alors que la résolution reconnaît les graves problèmes de sécurité de l’Inde dans l’état de Jammu-et-Cachemire et de la menace constante d’état soutenu le terrorisme transfrontalier, la résolution demande instamment à l’Inde de s’abstenir de l’usage de la menace et de la force excessive à l’encontre de personnes détenues et des manifestants pacifiques.

Il demande à l’Inde de “rapidement libération de détenus arbitrairement des gens” et de “s’abstenir de climatisation” la libération de personnes détenues sur leur volonté de signer les obligations de l’interdiction de toute activité politique et des discours.

La résolution fait valoir qu’il existe des preuves photographiques, indiquant que la détention de personnes ont été tenus de signer un cautionnement d’assurance, leur interdisant de faire des déclarations ou de participer à des activités politiques en tant que condition de leur libération.

L’inde a nié ces allégations. L’inde soutient que la révocation de l’état de Jammu-et-Cachemire à statut particulier a été sa décision souveraine et elle ne peut accepter une ingérence dans ses affaires internes.

Le gouvernement de l’inde a dit que l’abrogation de l’Article 370 était dans l’intérêt des résidents de l’état de Jammu-et-Cachemire. Il maintient le déménagement permettra de les aider à obtenir des droits qui ont été refusé pendant de nombreuses décennies.

Entre autres choses, la résolution demande instamment à l’Inde afin de permettre internationale des droits de l’homme d’observateurs et de journalistes d’accéder à l’état de Jammu-et-Cachemire et de fonctionner librement dans toute l’Inde, sans menaces.

Notant que la Constitution de l’Inde mandats d’un etat laïque qui défend les droits de tous les citoyens les libertés de religion, d’expression, de parole et à l’égalité de traitement devant la loi, la résolution condamne également tous motivés par la violence, notamment contre les minorités religieuses.

La résolution introduite par Jayapal, le premier Indien-femme Américaine à être élu à la Chambre des Représentants, est la deuxième du genre, la résolution du Congrès AMÉRICAIN sur le Cachemire.

Le premier, présenté par la Députée Rashida Tlaib, le 21 novembre, a échoué à obtenir même un seul co-sponsor. Sa résolution a été annoncé sur Twitter par un Pakistanais Américain et un haut fonctionnaire du Council on American–Islamic Relations, un Musulman droits civils et de défense des intérêts du groupe.

Congrès des observateurs considèrent que Tlaib, Jayapal avec Ilhan Omar, sont les trois les législateurs de prendre la tête de l’anti-Inde tenez à l’intérieur de la Chambre des Représentants.

Malgré les efforts intenses après le 5 août, ce groupe a réussi à obtenir trois législateurs, dont un à l’extérieur de leur cercle, pour les deux résolutions sur le Cachemire, est le reflet que de leur stand sur le Cachemire a fait peu de traction à l’intérieur du Congrès.

Ravi Batra, un éminent Indien de l’Amérique procureur de New York, le samedi accusé Jayapal de “l’être sans scrupules, anti-Hindou, pro-terreur et sans vergogne de se plier à des fins politiques.”

“Je rejette avec la plus extrême réserve – sans principe d’auto-promotion libéral fous qui n’ont jamais gouverné – des gens comme Pramila Jayapal et Ilhan Omar, qui ne fait que se plier à des fins politiques sans vergogne,” Batra a déclaré dans un communiqué.

Batra a témoigné devant la Maison des Affaires Étrangères Sous-Comité sur l’Asie, le Pacifique et la Non-Prolifération sur octobre 22, qui est essentiellement retrouvée dans un anti-Inde tirade par un petit groupe de législateurs.

Témoignant devant la sous-commission sénatoriale à l’invitation de la Maison des Affaires Étrangères, Président du Comité, Eliott Engel, Batra avait dit la terreur doit être éradiqué pour protéger les droits de l’homme.

Pour toutes les dernières Nouvelles de l’Inde, télécharger Indian Express App