La Construction en Zone Taj Trapèze: SC permet de gouvernement de délivrer des habilitations pour l’essentiel des équipements publics

0
48

La Cour Suprême de l’Inde. Un banc de juge en Chef de l’Inde S Un Bobde et les Juges B R Gavai et Surya Kant été saisi de l’affaire.

La Cour Suprême vendredi levé le “statu quo” commandées par lui l’année dernière dans la Zone Taj Trapèze (TTZ) et a dit que “il n’y aura aucun obstacle à ce que les autorités à envisager dans l’attente de l’environnement habilitations qui sont nécessaires pour assurer les services essentiels à l’intérieur de la Zone.

Un banc de juge en Chef de l’Inde S Un Bobde et les Juges B R Gavai et Surya Kant a conclu que “l’ordonnance de référé du 22 Mars 2018, de diriger maintien du statu quo, a été adopté pour assurer la présentation en temps opportun de la Vision de ce Plan par l’État de” et la même chose avait déjà été respecté.

Les directions sont venus à la demande de l’Uttar Pradesh, le gouvernement demande une clarification du 22 Mars afin.

Le banc a ajouté qu’en vue de cette mise en conformité, “l’Etat et les autres autorités statutaires sont libres de prendre en considération les demandes de la relocalisation des eco-friendly, non-polluant, les unités industrielles, sous réserve de l’méticuleusement se conformer aux lois et toutes les règles et conditions fixées par cette Cour (…)”.

Le banc a souligné que “l’accord avec la Centrale de l’Autonomisation du Comité et de l’avis de NEERI (National Environmental Engineering Research Institute), sont également nécessaires avant selon ces autorisations”.

Le SC a en outre dit “seuls ceux des petites, micro et macro-niveau des industries, qui sont à la fois non polluant et respectueux de l’environnement, et qui ont autorisations nécessaires de toutes les autorisations légales ainsi que l’approbation de la Centrale d’Autonomisation Comité et NEERI (National Environmental Engineering Research Institute), peuvent être mis en place au sein de la notification de la zone industrielle”.

La commande a ajouté qu’il y aura un “embargo sur l’octroi d’habilitations et/ou le déplacement de toute l’industrie lourde jusqu’à ce qu’une décision finale soit prise sur le document de vision”.

Dans sa demande, l’etat a dit que la première ébauche de la Vision du Plan, préparé par l’École de la Planification et de l’Architecture, avait déjà été déposée auprès de la SC Registre, le 24 juillet 2018 et qu’elle avait également donné ses suggestions sur le 3 avril 2019.

Il a déclaré qu’en raison du statut quo de l’ordre, les différentes autorités ont été confrontées à des difficultés dans leur décision sur l’environnement des dégagements, ce qui causait des difficultés à la fois le gouvernement et le public.

Le plaidoyer a exhorté la cour à permettre au gouvernement de l’état et des autres autorités statutaires de la subvention de l’environnement des habilitations nécessaires pour l’essentiel d’établissements publics, y compris l’approvisionnement en eau potable, traitement des eaux usées, les systèmes de drainage, d’évacuation des déchets solides unités, commune de stations de traitement des effluents, des déchets biomédicaux, les installations de traitement et de valorisation énergétique des déchets de plantes, entre autres.

La prise de note, la SC dit “à la lumière des prestations ci-dessus, qui est essentiel pour sécuriser les conditions de vie de TTZ résidents, nous sommes d’avis qu’il ne doit pas être une entrave pour l’octroi des autorisations nécessaires pour la la même. Nous sommes conscients du fait que les citoyens ont un droit fondamental à ces services essentiels; et comment, de manière contre-intuitive, ne permettant pas la construction d’une telle infrastructure de base peut lui-même créer de nouveaux polluants des déchets et menacent l’environnement”.

L’ordre de noter que le 8 décembre 2017, la cour, lors de l’examen de l’affaire, avait “identifié une urgente d’intérêt public dans la préparation de l’avenir Vision globale du Plan pour préserver le Taj et ses environs, en cours de la Zone Taj Trapèze…qui s’étale sur six districts de l’Uttar Pradesh et un district (Bharatpur) dans le Rajasthan”.

Les Directions ont été émises à l’élaboration du plan en consultation avec toutes les parties prenantes ainsi que des experts en matière de patrimoine, de l’environnement, de la faune et de prévention de la pollution.

Le 22 Mars 2018, l’état a informé la cour qu’un Comité de Projet a été constitué dans le but et que le premier projet prendra environ quatre mois pour être prêts. À la suite de la présentation, la cour a ordonné que “jusqu’alors, il y aura un statu quo dans la Zone Taj Trapèze (TTZ).”

Pour toutes les dernières Nouvelles de l’Inde, télécharger Indian Express App

© IE Médias en Ligne, les Services Pvt Ltd