La Berlinale et le Cinéma allemand

0
114

Fatih Akin est l’un des indigènes de grand réalisateur, son nouveau Film, “Le Gant d’or”, donc, était très attendue. Le Spectacle a été le Metteur en scène mais une Qui est volé.

La Berlinale est chaque Année un grand Gala du Cinéma allemand. Qui il crée le Festival, qui peut à la Concurrence? Dieter Kosslick donne le Cinéma allemand lors de sa dernière Berlinale, encore une fois un grand spectacle, trois usines allemandes sont, cette fois en lice pour l’Ours d’Or et deux d’entre eux fonctionnent dès le Début.

Attendu avec impatience par: Fatih Akin Adaptation

Fatih Akin a déjà de l’Ours d’Or, en 2004, il a remporté de lui à juste titre pour être émotionnel Drame “Contre le Mur”. En outre, remportèrent de ses Films Récompenses à Cannes, ainsi que lors de l’Européen et au Prix du film Allemand. Akin fait partie de la Crème de la Crème du Cinéma allemand. Clair que, son nouveau Film en Compétition à la Berlinale, un Événement.

Fritz Honka (Jonas Dassler) trouve ses Victimes (ici: Margarethe Tiesel), dans les Pubs, et apporte à la Maison

Et un Événement a de Fatih Akin le we. Toutefois, le Film n’est pas bon du tout. Le natif de Hambourg, avec des Racines turques raconte dans “Le Gant d’or” (d’après le Roman de Heinz Trognon) un Buveur et Mordgeschichte pleine Drastik et la Brutalité de sa ville Natale, ainsi, en fait, dans les Années 1970, a joué.

Le Gant d’or – Histoire d’un tueur en série

Fritz Honka, un fort Buveur, et avant tout, le Hamburger Local “Gant d’or” à l’envers, a l’époque, quatre Femmes de la Prostituiertenmilieu. Il démembrement, les Cadavres cachés et les Parties dans son Appartement. Parce qu’il est dans ses Actes très bestiale se passait à l’intérieur, s’est développé le Cas Honka, par Hasard, a été résolu, l’un des plus spectaculaires des affaires criminelles dans l’allemagne de l’ouest après-guerre.

Fatih Akin (Centre) entre Acteurs Jonas Dassler et Heinz Trognon (à gauche)

“Honka est, pour moi, n’est pas qu’un tueur en série comme Hannibal Lecter ‘Le Silence des Agneaux”, explique Fatih Akin. Honka était un vrai Homme de son Quartier ont été, ce aussi socialisé. Comme il était à l’école Primaire, le Réalisateur, était Honka une “Angstfigur de son Enfance”. “Attention, la Honka”, était alors à Hambourg, une sorte de Annonce et Schreckensruf dans les cours de Récréation et dans la Rue.

Honka était un physiquement et mentalement difformité anatomique Homme

Fatih Akin a été le Cas et Heinz Strunks Roman, il y a trois Ans, est apparu très nettement en Scène. Honka, en 1935, à Leipzig, en tant que Fils d’un communiste, dans le camp de concentration était assis, né, était Ouvrier, d’un Alcoolique, émotionnellement et physiquement déformé. Sexualité il ne pouvait vivre, aide les Femmes à la Souffrance infligea.

L’armée du Salut, de passage dans le “Gant d’Or”

Avec l’Estomac plein, le Film est difficile à supporter. Honkas Carnages, la Vie dans Alkoholexzess, le tout est de Fatih Akin, à travers les Limites du Supportable, comme apocalyptique Bilderreigen mise en scène. Le Hamburger le Quartier, ses Bars et Friteries, Honkas Appartement et surtout le Point de l’Action, de la ” Pub “Pour le Gant d’or”, pour cinématographiques descente aux enfers.

“Le Gant d’or”: une sanglante Horrorgroteske

Le Film n’était pas Sozialdrama, dit Akin, “la Notion m’a un belehrenden et vorverurteilenden arrière-Goût. Pour moi, c’est un Film plutôt quelque chose de Philosophique. Mon Film est le Portrait d’un Fou, dont des Meurtres, on ne sociaux peut expliquer.”

Jonas Dassler en tant que tueur en série Fritz Honka

D’autre part, Akin à son Adaptation, mais après portaient les Traces socialement pertinents Déclarations recherché: “Les Gens meurent dans des Immeubles et Sozialbauwohnungen et puant d’abord, pendant des semaines. Seulement à la Puanteur de retenir les Gens, que parce que quelqu’un est mort. Ce sent la pourriture, il y avait ici aussi. On essaie bien sûr, dans un Film historiquement correcte. Mais on veut le Passé, pas seulement des vieux et poussiéreux, d’apparence. Celui qui fait quelque chose, a quelques Développements récents dans le Cinéma n’est pas remarqué. Mon Film joue hier, mais il pourrait tout aussi bien aujourd’hui.”

Akin peint le Dégoût-Tableau de la Saint-Pauli en Scène pleine de Sons à partir de

Toutefois, grâce à la Drastik des Images, des Personnages et des Événements, sans doute à la plupart des Spectateurs, la Réflexion sur le Vu de difficile. Trop flashy, trop grauselig et répulsive, est-ce que la Toile ouvre. Où Heinz Trognon même en toute Clarté, les Actes décrit, il céda au Lecteur, d’une salle de Image des Événements en compte. Überdeutliche Cinéma-Images à l’Imagination, et donc productive, Vous aussi tuer – pour la Conclusion, après avoir regardé un film.

Il est exceptionnel dans le Rôle de la jeune Fille, dans aucun Système s’adapte: Hélène Zengel

Plutôt le Cœur du public, en revanche, étonnamment, le Film “Systemsprenger” des allemands Qui Nora Fingscheid. Votre au Festival-Concours illustré d’un Portrait d’une Fillette de neuf ans, entre une Mère outrée, les Foyers et les autres Institutions sociales, de va – et-vient, est passé sous la Peau. La jeune Fille, toujours des Attaques furieuses contre les Éducateurs et les Enseignants est hanté, ne se laisse pas enchaîner, il dépasse tous les Systèmes.

Fatih Akin: “Le Spectateur se faire Peur.”

Fingscheid a certainement le berührendere Sozialdrama tourné. Fatih Akin a déclaré, peu avant la première de son Film dans une Interview à l’Agence de Presse Allemande qu’il avait dans son nouveau Film, un Objectif clair eu. Il a fait un film d’Horreur voulez faire et a eu l’Intention d’, les Spectateurs effrayer: “Ce que je voulais: Le Spectateur se faire Peur. Et d’une Manière qu’il me fait Peur.”

La réalisatrice Nora Fingscheidt (en Rouge) avec des Artistes Albrecht Schuch, Hélène Zengel et Lisa Hagmeister

C’est lui sans aucun doute réussi. Mais le Dégoût l’emporte sur la Peur du Spectateur, qui se nourrit à partir d’un superficiel de Sensations fortes. Nora Fingscheidt, c’est différent. Elle présente en “Systemsprenger” un réel psychique et social des surfaces d’Horreur. Mais celui qui touche le Spectateur à une baisse de son Point de. C’est l’Horreur humaine Désespoir et apparaît tout à fait réel.

Ainsi, le Cinéma allemand avec deux faces différentes. Avec une Horreur, sur une Histoire vraie et fondée mais pour le Genre-Histoire de Fantasy. Et avec une Horreur tout à fait subtile, de l’humain touché et encore longtemps impérialistes.