Derrière Kathua affaire, l’avocat de la lutte pour obtenir justice

0
31

Shanti Swaroop, NC Hiranagar bloc président, a affirmé que le parti était encore pour lui parler de l’expulsion. (Express Photo: Nirupama Subramanian)

Bien avant l’histoire de la gangrape et le meurtre de huit ans à partir de Kathua a secoué les gouvernements à Delhi et J&K, un 29 ans, avocat activiste était devenu le visage de l’agitation de la recherche de la justice pour la jeune fille. Dans les trois mois qu’il a fallu pour le cas d’attraper l’attention nationale, Talib Hussain, qui appartient à la Bakerwal communauté nomade et étudié jusqu’à la Classe 4 dans le même village que la victime, a été arrêté et aurait été intimidés par la police locale à arrêter les manifestations.

Hussain dit que, après avoir complété son BACCALAURÉAT en droit de l’année dernière, il a déménagé à new Delhi afin de se former en tant qu’avocat. “Mais bientôt, j’ai commencé à recevoir de mauvaises nouvelles de la maison. Il y avait une campagne de harcèlement notre peuple (Bakerwals). La police et le département des forêts a commencé à les prendre pour cible, les empêchant de se déplacer avec leurs troupeaux… Les personnes âgées pourrait être battu sur la simple accusation de vache de la contrebande. J’ai tout laissé et retourné à partir de Delhi’, dit-il, ajoutant que, dans Kathua, il a mis en place le “Tout-Tribal Comité de Coordination de la” lutte pour la mise en œuvre de la Forêt de Loi sur les Droits de J&K.

Hussain dit qu’il a organisé la première manifestation contre la gangrape et le meurtre de huit ans, le 17 janvier, dans Hiranagar. “D’ici là, nous avions déjà commencé à soupçonner que la police locale avait essayé de dissimuler le cas,’ dit-il.

Le 21 janvier, Hussain dit, peu de temps après, il avait organisé une manifestation de protestation, il a été arrêté par la police et emmené à Hiranagar poste de police dans Kathua. “J’ai été arrêté et gardé dans Hiranagar poste de police pendant deux jours. Un agent de police m’a dit que je devrais arrêter de ces manifestations. Il a dit que si je n’ai pas quitté la zone de police serait de réserver m’en vertu de la Loi sur la Sécurité Publique,’ dit-il.

SSP Kathua Suleman Choudhary, cependant, a nié que Hussain a été maintenu en détention pendant deux jours. “Il était en garde à vue pendant quatre heures. Il a été arrêté pour la tête d’une foule qui se sont rassemblés pour organiser une marche de protestation, mais a commencé battante pierres,’ le SSP a dit. Le SSP a également déclaré qu’il n’était pas au courant de tout fonctionnaire de police menace de livre Hussain en vertu de la Loi sur la Sécurité Publique. La jeune fille le cas de attiré une plus grande attention lors de Hussain a organisé un rassemblement dans l’état de Jammu-le 30 janvier.

Derrière Hussain de l’activisme pour les droits de son Bakerwal de la communauté est l’histoire de sa propre vie. “Je sais combien il est difficile d’être un Bakerwal. Mes parents étaient des nomades. Ils étaient toujours sur la route. Nous n’avons pas à la maison. Je suis né dans Kud (Udhampur) alors que mes parents étaient sur le chemin de Cachemire, avec leur bétail,’ at-il dit, ajoutant que la mort de ses parents, dans le 2014 des inondations après leur tente a été balayée.

“Après ma Classe de 4, mes parents m’ont émue aux une école dans Kathua. Je voudrais vivre dans des foyers de personnes et d’étude. Après mon Bachlor, j’ai rejoint l’état de Jammu-Université des études de droit. Un professeur dans l’état de Jammu payé pour mes études”, dit-il.

Hussain admet son activisme a atterri lui causer des ennuis plus tôt, aussi. “En 2013, nous demandons la mise en place de Gojri et Pahari centres de recherche dans l’état de Jammu-Université. La police a déposé une tentative d’affaire de meurtre contre moi et j’ai été rustiquée de l’université pendant deux ans. J’ai enfin terminé mon BACCALAURÉAT en droit en 2017. Et en 2013, lorsqu’un pilote est mort dans l’action de la police dans Nagrota, je suis allé à la protestation, exigeant une action contre les policiers. Encore une fois, un SAPIN a été déposée contre moi et j’ai été maintenu en détention de la police pendant huit jours,’ dit-il.Vendredi soir, Hussain aurait été chahuté et agressés lors d’un débat télévisé à Dabhar Chowk dans Udhampur, où il était allé pour rencontrer les parents de la victime.

Hussain, qui plus tard a déposé une plainte auprès de la Udhampur de la Police, a affirmé que les assaillants ont inclus BJP est Udhampur, président du district de Rakesh Gupta et ses partisans Sushant et Arjun. “Tous étaient sur le panneau et s’étaient mis en travers de leur points de vue, mais quand j’ai commencé à parler, Sushant m’a poussé et Rakesh a dit que j’étais un Pakistanais. Puis d’autres personnes dans la foule ont commencé à me frapper,” il a affirmé, ajoutant qu’il a été secouru par certains panélistes et de la police.

Udhampur SSP Rayees Mohammad Bhat a dit qu’ils étaient à la recherche à la plainte. “Nous avons une vidéo du programme. À partir de cela, il semble que certaines personnes ont essayé à crier les uns des autres. L’accusé a nié toute attaque sur Hussain a eu lieu au cours de la discussion,” dit-il.

Pour toutes les dernières Nouvelles de l’Inde, télécharger Indian Express App