Après 25 ans, le barrage de Narmada victime montré des terres pour la réinstallation

0
51

Kesu Dedhya Tadvi sous une lampe solaire avec sa femme Ganda Tadvi dans Manibeli, Nandurbar. (Express Photo: Prashant Nadkar)

UNE nuit pluvieuse en 1993, environ 1 heure du matin, Kesu Dedhya Tadvi vu tourbillonnant eaux de la rivière se précipiter dans sa cabane dans Nandurbar du district Manibeli village. Sa a été la première cabane sur le Maharashtra côté de la Narmada d’être submergé par le barrage de Sardar Sarovar.

Le mois dernier, Tadvi, maintenant âgé de 85 ans, a montré un lopin de terre où il sera réhabilité par le gouvernement de l’état. Vingt-cinq ans après, il a perdu trois hectares de terres agricoles, de sa cabane et de bétail pour le barrage, la réinstallation de la proposition tient peu de valeur, Tadvi dit.

“Teen baar jo dooba hai ghar mera, uska bharpai koi nahi. (Ma cabane a été submergé par trois fois, il n’y a pas de compensation),” la wisened vieil homme dit, insistant sur le fait qu’il n’acceptera pas le territoire qui lui a été attribué dans Akkalkuwa si il n’y a pas d’installations sanitaires et de l’accès routier. Comme lui, 65 de 200 familles Manibeli en attente de réhabilitation après la perte de maisons de continuer à vivre sur un parcours vallonné de stretch surplombant le barrage de Sardar Sarovar.

Trente-trois villages dans l’etat du Maharashtra ont été submergés, de 4 300 familles déplacées. Selon les données de la Narmada Bachao Andolan, 4,135 familles ont été réinstallées au cours des 25 dernières années. District collector Mallinath Kalshetty dit que des efforts sont en cours pour réhabiliter les familles restantes. Tadvi valoir que, en Mai de l’année dernière, il a été alloué 2 hectares pour l’agriculture, des semaines avant le barrage a été prévu pour une inauguration officielle par le Premier Ministre Narendra Modi. Il avait perdu trois hectares de terres agricoles. Il y a un mois, le gouvernement de l’état lui a montré une de 1 800 pieds carrés parcelle de terrain sur laquelle construire sa cabane.

“Notre histoire est celle d’une lutte. J’ai été emprisonné à plusieurs reprises au cours de la andolan exigeant de réinstallation,” Tadvi dit. Depuis 1993, la Manibeli village a été déplacé à trois reprises. Sarpanch Narayan Chima Tadvi dit le village d’origine s’élevait à une hauteur de 56 mètres, avant il a été submergé en 1993. “Le gouvernement nous avait informé un mois à l’avance que notre village serait submergé. Mais à l’époque qu’ils n’ont donné aucune option de réinstallation. Où pourrions-nous aller?”, il prétend. Tadvi, la plus ancienne du village, dit qu’elle a perdu 16 de chèvres, une paire de taureaux et une vache. Il pleuvait beaucoup, quand la tribu de la famille a couru pour se sauver eux-mêmes. “Dans les années 1990, j’ai gagné Rs 2 lakh par an. Maintenant, ce n’est rien,” dit-il. En 1993, l’ensemble du village s’est déplacé à plus de terrain sur la même colline. En 1994, le village a été submergé de nouveau. Tadvi déplacé plus de nouveau, faire de l’agriculture sur un petit lopin de terre. En 2008, leur village, maintenant, à une hauteur de 90 mètres, a été submergé dans un troisième temps. L’actuel barrage de hauteur est de 138,6 mètres et Tadvi vie à une hauteur de 140 mètres. La Narmada Développement Comité s’attend à ce que l’ensemble de la colline d’être submergés, une fois le barrage réservoir atteint sa pleine capacité.

Tadvi frère aîné décalé à Gujarat après la réinstallation. “Notre famille a été séparée”, dit sa femme Ganda Tadvi. Ils sont restés dans l’état du Maharashtra avec trois filles et un fils. Selon des documents avec le Narmada Bachao Andolan, Tadvi a été montré que réinstallés dans le Gujarat est Parveta village du gouvernement de papiers et il a continué à vivre dans Manibeli. Parveta a été le premier camp de réinstallation mis en place par le gouvernement du Gujarat pour les populations affectées par les barrages. “Je n’ai jamais été montré toute la terre dans l’état du Gujarat. Ils ont attribué m’terre sans me demander,” dit-il.

Chetan Salvi de la Narmada Bachao Andolan revendications plusieurs familles tribales ont été attribuées des terres de l’ex-parte décisions prises par le gouvernement, prétendument en violation de la réhabilitation des normes. En 2011, Tadvi nom a été retiré de l’état du Gujarat fichiers de réhabilité les gens. Son fils Ravindra se bat maintenant son combat, s’occuper de la petite ferme et visite des bureaux du gouvernement.

Pour toutes les dernières Nouvelles de l’Inde, télécharger Indian Express App