Sunjuwan attaque: ‘je l’ai appelé, mais le téléphone a été éteint’

0
16

Alors que les agences de sécurité s’attend à une attaque dans la Vallée du Cachemire, les terroristes ont mené la grève dans l’état de Jammu samedi. (Express photo par Praveen Khanna)

Nouvelles Connexes

  • Sunjuwan attaque: “a Perdu deux fils, le père… Dieu sait ce qui va arriver à cette famille”

  • Après Mufti de l’appel pour des entretiens avec Pak, allié du BJP, dit que le temps n’est pas le droit

  • Sunjuwan attaque: Cinq Armymen tué dans l’état de Jammu-camp de l’attaque, quatre d’entre eux à partir de Cachemire

Une famille toujours pas l’ombre de la mort à la porte, un autre en attente pour un corps et d’un tiers de deuil de la perte d’un fils et son père. L’attaque par des militants du camp de l’Armée dans Sunjuwan dans l’état de Jammu-gauche six morts le dimanche et cinq villages à travers l’état brisé.

“Seul son père est au courant. Sa femme, enceinte, six jeunes filles et de mères âgées sais seulement qu’il a subi de graves blessures et est en convalescence à l’hôpital,” dit hamidullah, ed Qureshi, à l’extérieur d’une maison de deux étages dans Batpora village, dans les collines près de la Ldc, à 13 km de Kupwara ville.

Hamidullah, ed neveu de Havaldar Habibullah Qureshi a été parmi les personnes tuées dans l’attaque de ciblage de l’état de Jammu-et-Cachemire, de l’Infanterie Légère (JKLI).

Les parents de Havaldar Habibullah Qureshi l’extérieur de son domicile en Kupwara. (Express Photo Par Shuaib Masoodi)

L’intérieur de la maison, Qureshi du père, Amanullah, un militaire à la retraite, est en silence en regardant une photo de son fils dans un coin. “Quand le camp a été attaqué, j’ai parlé à mon neveu sur le téléphone. Quand je l’ai appelé autour de 2.30 pm, il m’a dit de ne pas appeler à nouveau que la situation était très mauvaise et de tir qui se passait. Mais je ne pouvais pas contrôler ma curiosité, et l’appela de nouveau, après une heure de… son téléphone était éteint. J’étais la dernière personne de notre famille à parler avec lui”, dit hamidullah, ed.

Un autre oncle, Mohammad Shafi, un retraité JKLI soldat, dit son neveu était d’évacuer les soldats blessés quand il a été tué. ‘Il a été touché par trois balles sur sa poitrine. Quelques heures plus tard, un voisin basé dans le camp nous a dit au sujet de sa mort,’ dit-Shafi. ‘En 1995, il est devenu le 14e membre de notre famille à se joindre à l’armée. C’est une énorme perte irréparable. Le temps est venu pour les questions cruciales à être résolue une fois pour toutes dans cet état. Combien de temps nos jeunes soldats garder sur la question de mourir?’ il demande.

Hamidullah, ed neveu de Havaldar Habibullah Qureshi a été parmi les personnes tuées dans l’attaque. Vu ici sont parentes et amies de Qureshi à l’extérieur de sa maison. (Express Photo Par Shuaib Masoodi)

Abdul Hamid, un voisin, dit m. Qureshi a été la planification à la retraite dans deux ans. ‘Il n’a jamais pris sa famille au camp parce qu’il aimait son village et de quartier. La dernière fois qu’il est venu à la maison a été pour le mariage de son cousin en novembre. Il a été la planification de la retraite dans les deux prochaines années et a eu beaucoup de plans. Malheureusement, il n’a pas vivre à réaliser ses rêves’, dit Hamid.

Au Maidanpora village, à 30 km de là, des voisins et des proches de jeunes officiers (JCO) Mohammad Ashraf Mir sont en attente de son corps. Le 43-year-old a rejoint l’armée, alors qu’il avait à peine 20 et vivait dans le camp avec sa femme, deux filles et un fils. Son plus jeune frère, Farooq Ahmad Mir est aussi dans l’armée, mais en fonction dans un autre camp.

Les membres de la famille de Junior Officier Mohammad Ashraf Mir, qui a perdu la vie dans le Sunjwan camp de l’Armée attaque. (Express Photo Par Shuaib Masoodi)

Au village, Mir à l’âge des parents et un frère plus jeune, qui est un transporteur, reçoivent des personnes en deuil. “Je lui ai parlé heures avant le meurtre. Dans la soirée, j’ai appris qu’il avait été tué’, dit son père. “J’ai connu cette famille depuis des années. Ils étaient pauvres et qu’il aidait ses vieux parents. Mir seul fils étudie dans la Classe XII’, explique Abdul Ahad, un voisin.

Pendant ce temps, dans Pulwama quartier, une famille dans la Nigeenpora village est en deuil de la mort de Lance Naik Mohammad Iqbal, 32 ans, et son père Mohiudin Cheikh. “Les femmes n’ont pas été dit encore. Le père avait disparu Jammu à rester avec son fils’, dit Mohammad Iqbal, un voisin.

Au village, Mir à l’âge des parents et un frère plus jeune, qui est un transporteur, reçoivent des personnes en deuil. Voir ici, ce sont les membres de la famille de Junior Officier Mohammad Ashraf Mir. (Express Photo Par Shuaib Masoodi)

Pour toutes les dernières Nouvelles de l’Inde, télécharger Indian Express App