Punjab: “On ne peut pas recouvrer les coûts de production de la pomme de terre pour la troisième année consécutive,’

0
37

La récolte a commencé dans Doaba région. Express Archive

Top News

  • Heureux Promesse de Jour 2018: les Souhaits, les meilleures citations, Facebook le Statut et les Messages WhatsApp

  • Rose ODI: Pourquoi l’Afrique du Sud va porter du rose contre l’Inde à Johannesburg

  • Promesse de Jour 2018: Top des promesses avec votre partenaire pour faire de votre amour plus fort

Malgré le Centre de l’annonce de sa nouvelle Opération Verts dans le Budget de l’Union la semaine dernière, les producteurs de pommes de terre du Pendjab peu d’espoir de voir la récupération de leur coût de production encore cette année, la récolte commence en Doaba région, la pomme de terre de la ceinture de l’état. Producteur de pommes de terre Raghbir Singh a dit qu’il a récolté ses cultures, la semaine dernière. “Je leur ai vendu à un taux de Rs 120 par 50 kg sac au marché de gros pour un couple de jours en arrière,” a dit Raghbir, ajoutant que le légume est vendu à Rs 12 à Rs 15 kg en marché de détail.

Satnam Singh, qui cultive des pommes de terre sur 15 hectares, dans Kagniwal village, a déclaré que le taux est le même pour les deux dernières saisons, 2016 et 2017 — Rs 1,50 à Rs 3 $ le kilo, ce qui est trois fois inférieur à leur coût de production.

Un producteur de pommes de terre passe de Rs 9 pour produire un kg de culture, ce qui inclut le Rs 6 en tant que coût de production et Rs 3 pour la récolte, le conditionnement et le stockage à froid ou de transport de mandies. “Le gouvernement se doit de vérifier cette énorme différence de gros et prix de détail”, a déclaré Raghbir.

En vertu du nouveau régime a annoncé dans le dernier Budget, un corpus de Rs 500 crore a été maintenue à l’aide de la pomme de terre, la tomate et l’oignon producteurs.

Jugraj Singh, qui a été la production de pommes de terre sur 200 acres de terre, y compris, 130 hectares de sa propriété familiale et 70 acres sur le bail, a déclaré que ses pertes sont énormes. “Je suis venu sous un énorme fardeau financier pour les deux dernières années en raison de plusieurs raisons, notamment l’absence d’infrastructures de commercialisation, demonetisation et les Marchandises et Services (TPS) sur les engrais et les pesticides. Je suis la culture, encore et encore, avec l’espoir de récupérer les pertes, mais à chaque fois que le fardeau de la perte est en augmentation”, dit-il.

“Au cours de la dernière décennie, depuis 2007 jusqu’à ce jour, il y avait trois excellentes et la moyenne des années pour la récolte, tandis que quatre années ont été très mauvais, y compris 2016 et 2017”, a déclaré un autre producteur de pommes de terre et le secrétaire de presse de Jalandhar Potato Growers’ Association (JPGA) Jagat Gill Thamanwal, ajoutant que même le coût de garder les pommes de terre dans le froid de stockages est plus que son prix sur le marché.

Nous obtenons environ 100 quintaux (10 000 kg) de pommes de terre d’un arpent après les dépenses de Rs 9 par kg et si le taux est bon, alors un agriculteur peut vendre à Rs 16 par kg, ce qui signifie qu’un agriculteur peut gagner de Rs 7 par kg et son bénéfice net serait de Rs 70 000 acres après la réunion de toutes les dépenses”, a déclaré JPGA Secrétaire Général Jaswinder Singh Sangha, ajoutant que, si le gouvernement a gardé Rs 500 crore corpus pour les cultures comme la pomme de terre, il devrait les acheter à des tarifs raisonnables ou de développer un marché pour cela.

Il a ajouté que les détaillants sont à gagner dès la récolte, mais les agriculteurs ne sont pas même d’obtenir le coût de production.

Les marchés doivent être interconnectées et aussi à l’exportation doit être augmenté au Moyen-Orient et de la Russie, où notre pomme de terre a une énorme demande, dit de la Sangha. “Maintenant, la nouvelle récolte est déjà sur le marché et le taux est encore très faible. Le gouvernement doit agir conformément à sa promesse pour nous sauver de troisième année consécutive pathétiquement faible prix de la culture”, a exhorté le Sangha. “Nous avons besoin de prix juste pour survivre”, a dit un autre producteur de pommes de terre Iqbal Singh Chattha.

Dans Doaba, composé de Jalandhar, de Kapurthala, Hoshiarpur et Nawanshahr districts, qui fournit ses graines à travers le pays, autour de 90 000 hectares de terres est consacrée à la récolte de pommes de terre où les 2,2 millions de tonnes de pommes de terre sont cultivées chaque année. Plus de 1,5 millions de tonnes de hangar à pommes de terre.

Pour toutes les dernières Nouvelles de l’Inde, télécharger Indian Express App