Électorale d’Obligations prix de l’anonymat, vous ne savez pas qui les a achetés

0
12

Dans le discours du Budget, Jaitley a promis l’introduction d’un nouveau mécanisme de financement des élections en Inde, curieusement appelé “électorale des obligations.” (Express Photo/Renuka Puri/Fichier)

C’est un secret de polichinelle que des financements politiques en Inde, c’est un euphémisme, une sordide affaire. Quand il s’agit de contributions à des partis politiques, l’opacité règne. La situation n’est pas beaucoup mieux quand il s’agit de dépenses, comme les candidats régulièrement déclarer laughably de petites quantités de dépenses de la campagne afin de donner l’apparence de se conformer à irréaliste plafonds de dépenses qui sont tout aussi risible.

Refuse de succomber à un examen externe de leurs comptes, en Inde, les principaux partis ont plutôt fait un pied de nez à la Centrale d’Information de la Commission de la décision que les parties, entités publiques, sont soumis au Droit à l’Information et la Loi. Dans une polarisé ère politique, joindre les mains pour protéger leurs glauque des opérations est une chose que les partis de tous bords peuvent se mettre d’accord.

C’est dans ce marais que l’Union Ministre des Finances, Arun Jaitley marché quand il a fait élection de réforme des finances une caractéristique de la dernière année de la présentation du Budget. Dans le discours du Budget, Jaitley a promis l’introduction d’un nouveau mécanisme de financement des élections en Inde, curieusement appelé “électorale des obligations.” La semaine dernière, le gouvernement Modi fait sa promesse, dévoilant les détails de ce nouveau programme.

Considéré comme une victoire pour la transparence dans les politiques de financement, les obligations sont, en fait, mais rien. Loin de réduire l’opacité dans la façon dont la politique est financée, ce nouveau véhicule simplement légitime.

Le nouveau système fonctionne comme suit. Les donateurs peuvent acheter des obligations — essentiellement non productifs d’intérêt, les billets à ordre émis par la State Bank of India (SBI) en quantités spécifiées (Rs 1,000, Rs 10 000 À Rs 1 lakh, Rs 10 lakh et Rs 1 crore), certains jours tout au long de l’année. Les obligations, qui sera valable que pour 15 jours, peut ensuite être déposés dans les comptes bancaires officiels de ces partis politiques enregistrés qui ont gagné au moins un pour cent des votes recueillis lors de la précédente général (ou l’état) de l’élection.

Une fois déposés, les obligations sont essentiellement convertis en dons. Le hic, c’est que le donateur ni les besoins de divulguer qu’il a acheté des obligations et qu’il ne doit identifier la partie destinataire. Le parti politique en question devront rapport qu’il a reçu des obligations, mais il n’a pas à dévoiler l’identité du donneur. Selon le gouvernement, la notification, les individus, les Hindous indivis, les familles, les entreprises et les associations sont tous admissibles à participer au régime en tant que donateurs.

Le résultat, selon le gouvernement, c’est que le nouveau système permettra de réduire l’utilisation de l’argent noir dans les élections. Parce que toutes les transactions liées à l’achat et le dépôt des électoraux des obligations se fera par le système bancaire, il y aura un papier numérique sentier qui va encourager l’utilisation de blanc d’argent, contrairement à la sous-la-table de transactions en espèces que celles qui prévalent dans le cadre du statu quo. En outre, les donateurs seront assujetties à la norme de ” know your Customer (KYC) les normes qui permettront d’atténuer les préoccupations concernant le blanchiment d’argent.

Est-ce que cela signifie pour l’avenir de la politique de financement en Inde?

Tout d’abord, pour déclarer électoral des obligations d’une victoire importante dans les efforts pour améliorer la transparence dans la politique de financement est grotesque. Il est, de par sa conception, rien de transparence sur le régime. En fait, le but déclaré est de protéger l’anonymat des donneurs en leur donnant un moyen de contribuer sans révéler leur identité (entreprises, de la crainte de représailles par les parties auxquelles ils n’ont pas donné, surtout les prix).

Grâce à deux autres changements enterré dans l’année dernière Loi de Finances dans le cadre de la Modi du gouvernement “réformes” de l’élimination de la pac sur les dons d’entreprises (qui, auparavant, s’élevait à 7,5% d’une société du bénéfice net moyen des trois années précédentes) et la suppression de la disposition prévoyant que les entreprises doivent déclarer leurs contributions à des partis politiques sur leurs déclarations de pertes et profits — les portes sont maintenant ouvertes pour l’illimité, les anonymes politique de donner.

Ce don n’est pas limitée aux entreprises, mais s’étend à des individus, des Ong et d’autres — comme les petits caractères du gouvernement de notification rend plaine. Un article à faire Défiler l’a souligné, des particuliers, des Ong et de fiducies de bienfaisance doivent produire des déclarations avec le gouvernement, mais face à aucune obligation de placer leurs comptes annuels dans le domaine public.

Deuxièmement, étant donné que les obligations sont des instruments destinés à être émis par le SBI il y a une entité qui ont une vue complète des opérations qui y prennent place: le gouvernement lui-même. Si les donateurs potentiels de profiter de la électorale obligations de route, sachant que le parti au pouvoir pourrait être en mesure d’accéder à des détails de la transaction est finalement une question empirique. Mais quand quelque chose est transparent pour le gouvernement, mais a gardé hors-limites pour les électeurs, les médias, la société civile ou de toute autre personne, il n’est guère significatif sorte de transparence.

Enfin, nous devons reconnaître que les obligations de ne pas frapper un grand coup contre l’opacité. Elles représentent plutôt une autre salve dans la guerre de la trésorerie. En accord avec le gouvernement Modi post-demonetisation ethos, la nouvelle modalité de financement encourage les paiements numériques et des flux de trésorerie à travers le système bancaire officiel. Alors que l’on peut à peine être opposé à réduire l’étendue de l’argent noir dans la vie politique, nous devons aussi être conscients des lacunes de gauche dans le système.

Une autre modification apportée à l’année dernière Loi de Finances a été de réduire la limite pour les dons en espèces aux partis politiques à partir de Rs. De 20 000 à Rs. De 2 000. Si le gouvernement était sérieux au sujet de freiner la trésorerie de financement des élections, pourquoi ne pas interdire les dons d’argent en tout? Après tout, sûrement partis politiques sont mieux adaptés que la plupart de traiter les transactions numériques. Encore plus curieux, c’est que tandis que le cash seuil a été abaissé à Rs. 2 000 de l’année dernière, la législation, aucune modification n’a été apportée à la divulgation de seuil (qui reste à Rs. De 20 000).

Électorale les obligations sont un brillant objet de la garantie pour recueillir positif gros titres, mais dont la lueur disparaît très vite après une inspection plus proche. En annonçant les changements récents, le Ministre des Finances a déclaré: “La politique mécanisme de financement développés dans les 70 dernières années a été confronté, à l’échelle de la critique en tant que personnes n’obtiennent pas de détails précis sur la façon dont beaucoup d’argent vient, d’où il vient et où il est passé.”

Jaitley est sur place dans son évaluation du passé. Malheureusement, il est aussi parler de l’avenir.

Milan Vaishnav est senior fellow et directeur de l’Asie du Sud Programme de la Dotation Carnegie pour la Paix Internationale et les tweets de @MilanV

Pour toutes les dernières Opinions Nouvelles, télécharger Indian Express App

© IE Médias en Ligne, les Services Pvt Ltd