Tillerson de livrer avertissement au Myanmar plus de Rohingya crise

0
12

Le Secrétaire d’État AMÉRICAIN Rex Tillerson (Fichier/AP)

Compte tenu de la généralisation des “atrocités” contre ethnique Rohingya personnes au Myanmar, aux États-unis a été prudemment intensifie la pression sur l’armée du pays, tout en prenant soin d’éviter de mettre en danger le gouvernement civil de Aung San Suu Kyi. Que les états-unis joue un rôle plus actif dans la région, plusieurs délégations Américaines ont traversé ces dernières semaines — Secrétaire d’État Rex Tillerson plans de voyage pour le Myanmar, le mercredi de rencontrer aung san Suu Kyi, la nation, le chef de file, ainsi que le chef de l’armée le Général Min Aung Hlaing. Le Myanmar est le pays anciennement connu comme la Birmanie.

Tillerson devrait adopter un ton ferme avec les chefs militaires, qu’il a jugé “responsable” de la crise à laquelle sont confrontés les Rohingyas, une assiégé minorité Musulmane qui a vu plus de 600 000 de ses membres fuir vers les pays voisins Bangladesh en deux mois et demi. Au nom de la mettre en bas d’un supposé Rohingya de la rébellion, l’armée a depuis fin août mené une vaste campagne militaire dans l’ouest de l’état de Rakhine, brûlant les villages et l’envoi de milliers dans ce qui est devenu le plus grand exode dans le monde d’aujourd’hui. L’organisation des Nations Unies a dénoncé la campagne, y compris les allégations de massacres et de viols de masse, comme “nettoyage ethnique.”

Récemment retourné à partir de Myanmar et le débordement des camps de réfugiés au Bangladesh, Simon Henshaw, le Département d’État responsable de réfugiés et de migrations, a déclaré la scène dans les camps était “choquante”. “L’ampleur de la crise des réfugiés est immense”, dit-il, ajoutant: “Les conditions sont difficiles. Les gens sont dans la souffrance.” “De nombreux réfugiés nous a dit, par les larmes, les comptes de voir leurs villages brûlés, leurs proches tués en face d’eux,” Henshaw a dit.

“Le monde ne peut pas rester là à être le témoin des atrocités qui sont rapportés dans ce domaine,” Tillerson a déclaré le mois dernier. Mais il est difficile de savoir quelles mesures les États-unis pourraient prendre. Jusqu’à maintenant, le Département d’Etat a simplement renforcé quelques mesures punitives visant à l’armée du Myanmar a. La première condamnations ont été “important”, Sarah Margon de l’organisation Human Rights Watch a déclaré à l’AFP, “mais ils ont arrêté et il a été très peu d’actions concrètes.”

Elle a appelé à des sanctions économiques ciblées destinées à mettre fin aux “certains les plus brutales et les horribles atrocités qui ont été vu au cours des années.” En l’absence d’une action plus résolue de la Maison Blanche ou du Département d’État, plusieurs membres du Congrès AMÉRICAIN sont en appelant à des sanctions à la limite de la coopération militaire avec le Myanmar et d’interdire à ses membres de l’armée depuis le sol AMÉRICAIN. Un projet de loi permettrait également d’interdire l’importation de rubis ou de jade du pays.

“Le projet de loi est un pas important, bien que tardive, la première étape dans la pousser les militaires du Myanmar pour mettre fin à la violence dans l’état de Rakhine,”, a déclaré Joshua Kurlantzick de New-York, le Conseil des Relations Étrangères. Maintenant, dit-il, d’autres parties du gouvernement “devrait prendre des mesures.” Le Département d’Etat n’exclut pas de soutenir de nouvelles sanctions. Mais les États-unis a été prudent de ne pas placer le blâme sur Aung San Suu Kyi, traçant une ligne entre les militaires et le gouvernement civil dirigé par le Prix Nobel de la Paix.

Pour toutes les dernières Nouvelles du Monde, télécharger Indian Express App