Paris accord sur le climat: Quelques progrès, mais de grandes questions restent en suspens à mi-parcours

0
9

Malgré un week-end date limite pour prendre une décision finale, la conférence a été incapable de résoudre les divergences sur la touche de la demande des pays en développement pour obtenir la question de la «pré-2020 actions» inclus dans le programme officiel des négociations. (Image Représentative)

À mi-chemin dans les négociations sur le changement climatique, tandis que certains progrès ont été réalisés relativement à l’élaboration de directives et d’un règlement pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, à quelques questions clés qui ont dominé les débats jusqu’à présent restaient en suspens. Nazhat Shameem Khan de Fidji, le négociateur en chef lors de cette conférence, a noté avec satisfaction que le large soutien qu’un plan d’action genre a reçu. “Il s’agit d’intégrer les questions de genre dans tous les travaux autour de la politique climatique. C’est vraiment excellent,” elle a dit aux journalistes le dimanche soir.

Fidji le Premier Ministre Frank Bainimarama, qui préside la conférence, revendiquée de bons progrès dans l’élaboration de lignes directrices pour l’Accord de Paris. “Dans l’ensemble, de nets progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Travail a procédé de manière constructive et nous faisons des progrès sur de nombreux éléments clés de la mise en œuvre des lignes directrices. Il y a bien sûr beaucoup de travail reste à faire mais je suis encouragé par les rapports positifs jusqu’à présent,” at-il dit dimanche.

Cependant, peu de progrès ont été réalisés sur au moins deux questions chers pour les pays en développement — l’intégration de la » pré-2020 actions de programme formel de négociations, et la question de la perte et de dommages et intérêts. Malgré un week-end date limite pour prendre une décision finale, la conférence a été incapable de résoudre les divergences sur la touche de la demande des pays en développement pour obtenir la question de la «pré-2020 actions» inclus dans le programme officiel des négociations.

Le pays se sont réunis samedi soir pour faire le bilan des progrès réalisés sur diverses questions dans la première semaine de deux semaines de négociations. C’est à cette réunion que la question de la «pré-2020 actions» était décidé. Cependant, alors que Salaheddine Mezouar du Maroc, président de la conférence de l’an dernier qui a été affecté à tenir des consultations informelles avec tous les pays, a noté l’engagement constructif et de progrès, il a dit il n’y a toujours pas de consensus sur la question. Il a alors été décidé de décaler la date limite pour la décision de lundi.

“Les Consultations sur la pré-2020 actions est encore faite par le Maroc. Il (Mezouar) fait de son mieux pour s’assurer d’un bon résultat des consultations et il viendra à nous, avec un rapport lundi,” Bainimarama, a déclaré dimanche soir.

Le «pré-2020 actions» désigne les obligations des pays développés en vertu du Protocole de Kyoto de 1997 qui a encore trois ans de plus pour s’exécuter. L’Accord de Paris, qui s’est terminé dans la capitale française en 2015, est essentiellement un successeur traité pour l’après-2020 monde.

Le Protocole de Kyoto a mis la responsabilité de la réduction des émissions que sur un petit groupe de riches et de pays développés. Ces pays ont dû réaliser des coupes ciblées dans la période comprise entre 2005 et 2012. Plus tard, à la conférence sur le climat de Doha, les amendements au Protocole de Kyoto prolongé son mandat jusqu’en 2020, avec des produits frais de cibles pour ces pays. Le programme de Doha Modifications, comme ils sont venus à être appelé, n’ont toujours pas opérationnel comme un nombre suffisant de pays n’ont pas encore ratifié.

L’inde et d’autres pays en développement ont demandé que des «pré-2020 actions» faire partie des négociations officielles ici. Ils ont rejeté une formule de compromis proposé en fin de semaine dernière pour discuter de ce sujet lors de l’examen prévu de réunion de l’année prochaine.

Shameem Khan a reconnu que d’importantes différences sur la question de la perte et des dommages-intérêts est resté. Les petits pays, en particulier l’île des etats, qui sont les plus menacés par les impacts du changement climatique ont été exigeant l’inclusion de dispositions pour la compensation de la destruction de la vie et aux biens causés par le changement climatique induite par les phénomènes météorologiques extrêmes sur leurs territoires.

Petites nations insulaires, qui font face à la perspective d’obtenir submergé par la montée du niveau de la mer, ont été exigeant une provision d’indemnisation pour les dommages que des pays comme souffrir en raison des changements climatiques. Ils ont fait valoir qu’ils, et d’autres pays moins avancés, ont dû affronter les pires impacts du changement climatique, alors qu’ils ont eu négligeable contribution à apporter pour les émissions de gaz à effet de serre. Il n’y a pas de consensus sur la question si il existe une autre voie de négociations sur ce point.

Pour toutes les dernières Nouvelles du Monde, télécharger Indian Express App