Liban PM Saad Hariri a dit qu’il sera de retour à son pays bientôt

0
15

FICHIER PHOTO: le Premier Ministre Libanais Saad al-Hariri (Reuters/fichier)

Le liban, le Premier Ministre Saad Hariri a déclaré dimanche qu’il sera de retour à son pays “très bientôt” au milieu d’une crise politique qui a éclaté lorsqu’il a annoncé sa démission inopinée sur Nov. 4 en Arabie Saoudite.

Dans une interview en direct indiqué sur son Avenir à la TÉLÉVISION, m. Hariri a dit qu’il avait démissionné pour protéger le Liban de danger imminent, bien qu’il n’ait pas préciser qui menaçait le pays. “Je suis libre”, Hariri a dit à l’enquêteur, apparemment, en cherchant à montrer qu’il n’était pas détenu par les Saoudiens. Il a dit qu’il serait de retour au Liban “en quelques jours.”

Il a parlé sous la pression de responsables Libanais, qui a dit que sa démission n’a pas été acceptée parce qu’elle a été déclarée en Arabie Saoudite. Beaucoup de Libanais ont soupçonné Hariri a été placé en résidence surveillée dans le cadre d’un Saoudien plan pour démêler un gouvernement de coalition qu’il avait formé l’année dernière avec l’Iran adossé à groupe de militants du Hezbollah. Mais il a dit que sa démission était sa décision, rejetant les rapports qu’il a été contraint de quitter un gouvernement d’unité avec le Hezbollah.

Sa démission a été conçu pour “provoquer un choc positif” au Liban, rafic Hariri, a déclaré, mettant en garde contre ce qu’il a dit était de l’ingérence Iranienne qui ruine les relations avec les autres pays Arabes. Liban le Président Michel Aoun, a déclaré avant l’entretien que les “circonstances mystérieuses pour Hariri séjour dans la capitale Saoudienne de Riaydh rend tous ses positions discutables et dans le doute, et non de son propre gré.”

Un double-Libanais d’arabie Saoudite, l’arabie Saoudite alliée Hariri a annoncé de façon inattendue sa démission sur Nov. 4 dans un message pré-enregistré sur Saoudite, de la TÉLÉVISION, de critiquer l’Iran et le Hezbollah, et en disant qu’il craignait pour sa sécurité. Son père, l’ancien Premier Ministre Rafic Hariri, a été tué par un attentat à la voiture piégée à Beyrouth en 2005. Hariri famille vit à Riyad.

Hariri n’avait pas été entendu depuis, mais a rencontré des diplomates étrangers, et est apparu à la royauté Saoudienne et à Abu Dhabi. L’Arabie saoudite a intensifié sa rhétorique contre le Hezbollah et son patron, l’Iran, l’accusant à la fois de soutenir les rebelles Chiites au Yémen connu comme rebelles houthi. Un Saoudien de la coalition dirigée a été en guerre avec les rebelles houthi depuis le mois de Mars 2015. L’Arabie saoudite a demandé à ses citoyens de quitter le Liban, et beaucoup de Libanais craignent davantage de sanctions économiques ou même une action militaire contre son pays.

Un Libanais femme tient une pancarte soutenir le sortante le Premier Ministre Libanais Saad Hariri pour le retour de l’Arabie Saoudite pendant le Marathon de Beyrouth, Beyrouth, Liban, dimanche. (AP Photo/Hassan Ammar)

Plus tôt dimanche, des milliers de personnes qui fréquentent le Liban, le marathon annuel de l’évènement pour exhorter Hariri pour retourner à la maison. Hariri était un participant régulier au marathon, donnant à l’événement sportif international un gros coup de pouce. Cette année, le Président Michel Aoun a encouragé les coureurs à appeler sur Hariri pour le retour. Les organisateurs de dire plus de 47 000 participé au marathon.

Les spectateurs le long du parcours du marathon portaient des chapeaux et des affiches de la lecture “en cours d’Exécution pour vous” et “en Attente pour vous.” De grands panneaux avec des photos de Hariri a augmenté les frais généraux et d’une station de TÉLÉVISION locale a montré une heure de profil et entretien avec m. Hariri de l’année dernière. Une femme a soulevé une plaque de lecture: “Nous voulons que notre premier ministre.”

Ibrahim al-Masri, un âgé de 37 ans, Hariri partisan, dit le Libanais ne sais pas si c’était Hariri choix de rester en Arabie Saoudite. “Tout ce qu’il choisit, nous sommes avec lui. Nous voulons lui le premier arrivé au Liban. Nous mourrons pour lui,” al-Masri a dit.

Joanne Hamza, un professeur d’éducation physique, qui portait une casquette avec une photo de Hariri sur lui, a dit qu’il a été oubliée lors de la course. “Mais dans un sens, son absence a été fédérateur. Tous les Libanais, de toutes les sectes, sont absents de leur chef. C’est en quelque sorte rassurant, mais nous voulons toujours de lui avec nous.”

Dans le nord de la ville de Tripoli, samedi, des inconnus brûlé affiches Saoudite, le Prince héritier Mohammed bin Salman dans un signe de la montée des tensions. Ministre de l’intérieur, Nohad Machnouk a tweeté que ces actes ne reflètent pas les “vrais sentiments” du peuple de Tripoli ou du Liban, et a appelé les auteurs de ces actes soient traduits en justice.

Pour toutes les dernières Nouvelles du Monde, télécharger Indian Express App