Sexe avec femme, âgés de moins de 18 ans seront au nombre de viol: Cour Suprême

0
75

Cour suprême de l’Inde (Photo d’archives)

Nouvelles Connexes

  • Cour suprême de regarder dans un plaidoyer sur l’application basée sur des services de cabine

  • CJI Dipak Misra laudes COMMISSION nationale des droits pour la diffusion de sensibilisation aux droits de l’

  • Les avocats, comme les personnes âgées: la Cour Suprême des cadres règles, 24 Tribunaux de grande instance

La Cour Suprême a jugé mercredi que le sexe avec une femme âgés entre 15 et 18 ans constituerait une contrefaçon sanctionnée par le Code Pénal Indien. La cour d’apex a dit une exception dans la loi sur le viol est discriminatoire, capricieuse et arbitraire. La question a été inscrite avant un banc composé de Juges Madan B Lokur et Deepak Gupta.

Le haut tribunal a également exprimé sa préoccupation à propos de la pratique du mariage des enfants, en disant justice sociale lois ne sont pas appliquées à l’esprit qu’ils avaient été adoptés.

“L’exception dans le viol de la loi en vertu de la CIB est contraire à d’autres lois, viole l’intégrité physique de la fille,” le banc dit. Il, cependant, a précisé qu’elle n’a pas abordé la question du viol conjugal.

La Cour Suprême a demandé au Centre et à l’état les gouvernements à prendre des mesures proactives pour interdire les mariages d’enfants à travers le pays. Il a exprimé son inquiétude sur des milliers de filles mineures mariées dans la masse des cérémonies de mariage à l’occasion de Akshaya Tritiya.

La pétition de l’ONG Indépendante de la Pensée avaient contesté la validité de la clause d’exception (2) à l’Article 375 de la CIB (qui traite du viol) qui dit que les rapports sexuels ou d’un acte sexuel par un homme avec sa femme, pas en dessous de 15 ans, n’est pas du viol. Cela a créé une dichotomie que l’âge du consentement est de 18 ans, il a été affirmé.

Les signataires de la pétition a prié pour que la clause soit frappé vers le bas comme il est “une violation des Articles 14, 15 et 21 de la Constitution”. Les requérants ont fait valoir que la clause d’exception est allé à l’encontre des objectifs de l’Interdiction du Mariage des Enfants et constitue aussi une violation des conventions internationales, dont l’Inde a été l’un des signataires.

Pour toutes les dernières Nouvelles de l’Inde, télécharger Indian Express App

© IE Médias en Ligne, les Services Pvt Ltd